la-conquete-de-plassans- "Dormez sur vos deux oreilles, disait Flaubert à Zola inquiet, c'est une oeuvre, votre bouquin, fort, très fort, râblé, bien portant." Il s'agissait de ce quatrième volet des Rougon-Macquart, histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire. C'est la conquête d'une ville légitimiste, en réalité Aix, la ville natale de Zola, par un prêtre bonapartiste qui subjugue les femmes, la belle société, la jeunesse et le clergé. Au milieu des intrigues mesquines ou cocasses des honnêtes gens ", ce prêtre ambitieux et sans scrupule, véritable Satan, va conduire les héros, dans un déchaînement de violence, à la folie et à la mort. -

**********

Mon avis :

Avec la rentrée des classes qui a eu lieu hier, j'ai envie de vous parler aujourd'hui d'un classique que j'ai lu il y a peu. La Conquête de Plassans est le quatrième tome de la saga des Rougon-Macquart, écrite par Émile Zola, et vous n'êtes pas sans savoir combien j'apprécie cet auteur et son oeuvre !

Ce nouvel opus n'échappe pas à la règle, c'est encore une fois un coup de coeur ! Mon ressenti vis-à-vis de cette histoire n'est pas tout à fait le même que pour les trois premiers volumes, mais ce roman reste pour moi une excellente lecture.

**********

  • Zola, ce grand romancier...

Au cours des siècles passés, de nombreuses personnes ont marqué leur époque, que ce soit grâce aux exploits accomplis durant leur vie, leur règne couronné de succès ou au contraire entaché par des scandales, ou bien encore les valeurs, les idéaux qu'ils défendaient... Aux côtés de Voltaire, Émile Zola fait partie de ces personnalités littéraires desquelles je me sens proche. Les combats qu'ils ont menés tout au long de leur existence me bouleversent, mais me font également prendre conscience des nombreux enjeux auxquels le monde dans lequel nous vivons se voit confronté. Qu'elles soient sociales, sociétales, environnementales, économiques, humanitaires ou autres, les causes à soutenir ont toujours existé. Avec le temps, ces idées qui nous émeuvent et nous tiennent à coeur ont évolué, elles se sont adaptées au monde moderne. Mais finalement, ces courants de pensée qui ont traversé les siècles, qui ont façonné l'histoire de l'humanité, ces valeurs pour lesquelles des personnes à l'influence notoire se sont engagées ne sont-elles pas présentes dans nos vies depuis toujours ?

Avec les Rougon-Macquart, Émile Zola signe un plaidoyer pour et par les hommes en vingt tomes. Même si je n'ai lu que les quatre premiers volumes pour le moment, je commence à entrevoir la dimension humaniste de son oeuvre, la portée de ses écrits, les messages qu'il a voulus transmettre... Peu importe la cause que vous défendez, la manière dont vous vous y prenez pour le faire, vous rencontrerez forcément des détracteurs sur votre chemin pour détruire ce que vous avez construit, mais il y aura également des personnes qui vous comprennent et qui partagent les mêmes idées que vous. Certains se sentiront davantage touchés par la pauvreté dans le monde, tandis que d'autres s'attacheront à aider les animaux... Au final, ce n'est pas tant le combat que nous menons qui compte, mais plutôt la façon dont chacun(e) de nous l'appréhende et comment nous pouvons conjuguer nos efforts pour rendre le monde un peu meilleur. Émile Zola l'a bien compris et a fait de cette fresque familiale bien plus qu'une série de romans !

Nous sommes toutes et tous uniques, et nos différences devraient nous rapprocher au lieu de nous éloigner les uns des autres. Cette idéal n'est pas forcément incompatible avec celui-ci, alors pourquoi dissocier et cataloguer les personnes qui défendent telle cause et pas telle autre ? La solidarité, la bienveillance, la tolérance et l'entraide ne devraient rencontrer aucune frontière. Lorsque l'on prend le temps d'y réfléchir, on se rend compte que les hommes ont encore beaucoup à apprendre d'eux-mêmes et, surtout, de la nature. Les électrons présents dans les atomes, le sens du courant électrique... Le plus et le moins sont intimement liés, et deux valeurs que rien ne prédestinait à fusionner peuvent ainsi contribuer à rendre ce monde meilleur.

**********

  • Entre ombre et lumière

Dans ce roman, Émile Zola va véritablement jouer avec nos émotions et notre esprit. Il va solliciter toute notre humanité pour observer, comprendre et analyser les enjeux présents dans cette nouvelle histoire. Religion et politique sont ici les thèmes centraux, par le biais desquels l'auteur va instaurer un climat de tensions et de mésentente. Plassans, qui n'a retrouvé qu'une relative tranquillité à la suite des précédents épisodes, voit arriver dans ses rues l'abbé Faujas. Avec sa mine austère, sa soutane abîmée et son apparente bienveillance, ce personnage devient peu à peu l'antagoniste principal de l'histoire. S'il se veut guide des âmes égarées et représentant de la foi, il n'est en rien l'homme bon et désintéressé qu'il prétend être. Émile Zola le fait évoluer de manière très subtile, ne laissant presque rien paraître du double-jeu machiavélique qu'est le sien...

Éloquent et persuasif, Faujas se révèle être un fin calculateur que l'auteur dépeint avec un certain cynisme, voire même du mépris. Il sait se montrer convaincant et exprimer à la fois douceur et autorité, assujettissant ainsi progressivement les habitants de Plassans. La lucidité de certains d'entre eux, comme Mouret, se voit ainsi blâmée par la crédulité des autres. Ovide Faujas incarne en quelque sorte ce mal sournois et perfide qu'il est censé combattre grâce à la parole divine. Peu bavard, discret, mais aussi cruel, il n'hésite pas à profiter de la naïveté des personnes qui l'entourent pour mieux se jouer d'elles par la suite !

Grâce à sa plume franche, Émile Zola réussit à créer une formidable opposition entre ombre et lumière, entre le Bien et le Mal, l'honnêteté et le mensonge... L'hypocrisie, la dissimulation et les complots de toutes sortes sont monnaie courante dans cette histoire où tout n'est finalement qu'une question de pouvoir : qui sera le maître de Plassans ? Félicité Rougon continue encore et toujours de manigancer dans le dos des autres, qualifiant ainsi son salon de "terrain neutre" aux idées politiques de chacun, les Trouche eux-mêmes, malgré leur simplicité d'esprit, se révèlent particulièrement fourbes vis-à-vis de la famille Mouret. Mais tout cet acharnement à vouloir conquérir une ville insoumise à l'autorité de l'Empire, cette lutte sans fin ne risque-t-elle pas au contraire de causer la perte de Plassans ? De la conduire droit à la catastrophe ? L'auteur nous livre donc une fin incroyable, digne d'un roman aussi sombre et torturé que ses personnages.

D'autres sujets tout aussi tragiques et durs sont abordés dans ce quatrième tome. Le lecteur plonge ainsi les yeux fermés dans les esprits tourmentés de Marthe et François Mouret, où cohabitent une folie malsaine, dérangeante, mais aussi un engourdissement de la pensée, des capacités de raisonnement et de discernement... Pourtant, malgré cette ambiance pesante et inquiétante, il subsiste une infime lueur d'espoir et de clairvoyance. Émile Zola entraîne son lectorat avec lui dans la chute lente et douloureuse de ses héros, faisant d'un homme de Dieu le diable en personne.

**********

  • Un roman grandiose

La Conquête de Plassans est un livre pour le moins immersif et prenant ! Les descriptions, bien que longues, sont très réalistes et minutieuses. Le jeu contradictoire des personnages est un véritable tour de force psychologique et le rendu est tout simplement impressionnant. Le roman se ponctue de métaphores, d'allusions discrètes, presque invisibles, créant ainsi une dimension mystique. Le style d'écriture de l'auteur est toujours aussi envoûtant. Tout au long du roman, les personnages sont présentés de telle sorte, qu'ils nous apparaissent tantôt assez attachants, tantôt détestables à souhait...

**********

En résumé, La Conquête de Plassans est un coup de ♥ pour moi ! À la lecture de ce quatrième tome, on ressent toute la dureté du monde qui nous entoure, on découvre toute la noirceur qui peut se cacher dans le coeur des hommes et, surtout, on observe, totalement impuissant(e)s, l'insouciance de l'enfance s'envoler avec la jeune Désirée Mouret... Un grand livre, qui mérite d'être lu !

**********

Détails sur ce livre :

La Conquête de Plassans, publié aux éditions Le Livre de Poche

Collection : Les Classiques de Poche

Auteur : Émile Zola

Nombre de pages : 443 pages

**********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

116742601_o