vendredi 8 janvier 2021

Dracula

dracula- Répondant à l'invitation du comte Dracula qui prépare son prochain voyage en Angleterre, Jonathan Harker découvre à son arrivée dans les Carpates un pays mystérieux. Un pays aux forêts ténébreuses et aux montagnes menaçantes. Un pays peuplé de loups dont les habitants se signent au nom de Dracula. Malgré la bienveillance de son hôte, le jeune clerc ne peut qu'éprouver une angoisse grandissante. Ce comte, qui contrôle son courrier et verrouille les portes de son château, ne se reflète pas dans les miroirs et se déplace sur les murs en défiant les lois de l'apesanteur... Jonathan Harker doit se rendre à la terrifiante évidence : il est prisonnier d'un homme qui n'est pas un homme. Et qui partira bientôt hanter les nuits de Londres... -

**********

Mon avis :

Que ne saurait-on parler de vampires, de créatures de la nuit, sans évoquer l'oeuvre à l'origine de toute chose ? Tout mythe prend racine dans les tréfonds de l'imagination humaine, débordante, sans limite, libre de toute frontière entre le réel et l'absurde... C'est ainsi qu'en 1897, pour la première fois, paraît un livre étrange, sombre, à la résonance mystique, aux notes doucereuses, un roman écrit par Bram Stoker et empreint de cette sensuelle bestialité qui caractérise si bien le vampire originel Dracula, un ouvrage aussi grandiose que dantesque !

**********

  • Un voyage vers les ténèbres

Embarquons sans tarder pour les Carpates, cette région montagneuse et solitaire perdue au coeur de la Roumanie. Les forêts y sont denses, inquiétantes, silencieuses, les villages épars, la faune sauvage palpitante de vie... Imaginez, représentez-vous ce cadre hors du temps, ce lieu qui, bien que semblant paisible au premier abord, renferme les plus terribles secrets. Bram Stoker plante ainsi le décor gothique de son roman, laissant le lecteur curieux se plonger dans les notes du journal de Jonathan Harker, un jeune clerc naïf, innocent, pur, ignorant tout des affres de la vie, de la perversion humaine, de la corruption des coeurs et des âmes... Sa détermination n'a d'égal que son zèle, l'aveuglant parfois au point de le pousser dans des extrêmes de crédulité assez troublants ! Bien que téméraire, Jonathan se révèle être, comme quelques autres héros de ce roman, un personnage ambigu que l'on aimerait pouvoir apprécier, mais que l'on ne peut s'empêcher de détester inévitablement. Pourtant, il est cette métaphore, cette allégorie vivante de la jeunesse de ce monde lâchée en pleine nature, dans la fourmilière géante de la civilisation, sans autre solution que celle de zigzaguer entre les méandres de l'existence, au milieu du flot ininterrompu d'âmes qui s'élèvent là où d'autres s'abaissent...

On retrouve dans Dracula toute la psychologie humaine détaillée, approfondie, les vices cachés au plus profond de notre être, les démons qui sommeillent en nous et ne demandent qu'à se réveiller pour laisser paraître au grand jour les tourments qui nous rongent, la haine qui nous assaille, la peur qui obscurcit nos pensées et nous déraisonne. Dracula est l'entité qui personnifie et magnifie dans ce qu'elle a de décadent la moralité humaine, les bassesses et les fragilités qui nous détruisent lentement. Pourtant, là où le Comte Dracula mystifie ces traits de caractère, laissant ainsi transparaître de manière infime son côté antihéroïque, Jonathan Harker, sa femme Mina et tous leurs amis apparaissent comme des êtres poussés par la vengeance, la rancoeur, le désarroi, l'incompréhension totale et par un grand sentiment d'injustice à commettre des actes de mort, plus terribles encore peut-être que ceux infligés par le vampire. Car si celui-ci s'abreuve d'innombrables vies, ces existences serpentent entre le monde des vivants et celui des morts : ne pouvant espérer accéder au repos éternel, elles se voient condamnées à errer dans les limbes d'une mort sublime et bestiale. Or, les différents protagonistes eux, ôtent définitivement ces vies, coupant ainsi le cordon qui maintenait ces âmes entre les deux mondes. L'acte des hommes ne serait-il donc pas plus cruel et abject, d'une certaine manière, que celui du non-mort ? La question se pose et m'apporte une réelle réflexion. En effet, peut-on accorder davantage foi aux agissements qui se veulent nobles du docteur Van Helsing et de ses amis, qu'aux desseins immémoriels et sanglants de Dracula ?

Bien que fantastique, ce roman m'a donc permis de découvrir une facette sociale et sociétale non négligeable à l'époque de Bram Stoker. Nos choix de vie font-ils de nous des parias, des créatures infernales vouées à la déchéance ? Nos différences doivent-elles être le reflet d'une hostilité commune et irrémédiable ? Ainsi, le romantisme naturel de cette oeuvre, au lieu de trancher avec le gothique fondamental de l'intrigue, s'associe avec le lyrisme ensorcelant de ses lignes fantomatiques et angoissantes !

**********

  • Mythe ou réalité ?

Depuis la parution de Dracula en 1897, le vampire n'a cessé de fasciner son public, de l'hypnotiser littéralement. La culture populaire s'est emparé du mythe, l'a façonné et remodelé, mais toujours les origines demeurent ! Je trouvais donc intéressant de plonger au coeur des racines de la légende vampirique et de s'attarder quelques instants sur la véritable histoire derrière le roman culte, grâce à une chronique radio complète diffusée sur Europe 1 l'année dernière et soigneusement travaillée par Franck Ferrand, présentateur de l'émission historique L'ombre d'un doute sur France 3.

**********

En résumé, Dracula fut une excellente lecture pour moi ! Entre ombre et lumière, mystère et mysticisme, foi catholique profonde et paganisme outrageux, le roman de Bram Stoker est une oeuvre à la fois romantique et gothique, charmante et effrayante, curieuse et fascinante... Laissez-vous happer, transporter aux confins d'un monde de ténèbres ! Partez pour les inquiétantes montagnes de Transylvanie, voyagez au gré des vents, par-delà les mers, et embarquez pour un Londres victorien sanglant et obscur aux côtés du vampire éternel.

**********

Détails sur ce livre :

Dracula, publié aux éditions Le Livre de Poche

Auteur : Bram Stoker

Nombre de pages : 595 pages

**********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

Posté par Sue-Ricette à 19:50 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :