samedi 20 mars 2021

Les Yeux du Dragon

les-yeux-du-dragon- L'ombre de Flagg plane depuis quatre siècles sur le royaume de Delain... Le jour où la silhouette du sinistre magicien se glisse derrière le trône du roi Roland, c'est en vue d'accomplir son noir dessein : assurer le triomphe du mal. La machination se met en marche, vénéneuse comme le poison. Mais c'est compter sans une antique maison de poupées, quelques milliers de serviettes de table, les yeux d'un vieux dragon empaillé et, bien sûr, le courage de ceux qui refusent la tyrannie...

On sait que les contes de fées sont les premiers récits de terreur. En écrire un à l'intention de sa fille Naomi était donc pour Stephen King une sorte de retour aux sources. -

**********

Mon avis :

Voilà un moment maintenant que j'entends parler de ce roman ! Stephen King, le maître de l'horreur en personne, propose ici à son lectorat un ouvrage quelque peu inédit, s'attaquant à un genre littéraire auquel on ne s'attend pas forcément de la part de l'auteur : la fantasy. Si le romancier est principalement connu pour ses intrigues fantastiques, étranges, terrifiantes et angoissantes, il est en revanche un peu plus discret quant à la publication d'histoires épiques, légendaires, héroïques et magiques (n'oublions pas malgré tout La Tour Sombre, son oeuvre majeure dans le genre) ! Les Yeux du Dragon est donc le premier roman fantasy de Stephen King que je lis, et je dois dire que découvrir l'écrivain sur un autre terrain que celui qui a fait sa renommée était tout à la fois plaisant, enrichissant et original. Un petit tour dans l'Imaginaire, ça vous dit ?

**********

  • Les contes de fées : histoires pour enfants ou adultes ?

Quelles sont nos attentes face à l'idée que l'on se fait d'un monde imaginaire ? Typiquement, la magie y est présente, les créatures enchanteresses et diaboliques y abondent, les territoires et régions y sont nombreux, vastes, étendus et offrent, tant aux voyageurs venus de contrées lointaines, qu'aux insatiables papivores que nous sommes, une diversité de paysages, de climats, de faune et de flore riche et colorée, presque palpable. L'on y trouve également des hommes au coeur pur, et d'autres, rongés par la cupidité, l'avidité et la soif de pouvoir, de destruction... Schéma classique, me direz-vous. Mais après tout, qu'importe ! Les codes de la fantasy, s'ils sont ici assez revus, sont cependant exploités à bon escient par Stephen King. Certes, la menace de l'Ombre pèse sur le royaume imaginé par l'auteur et nous renvoie à l'idée du combat millénaire entre le Bien et le Mal. Pour autant, devons-nous détester cette approche, devons-nous forcément anticiper le déroulement de l'intrigue et ne pas tout simplement apprécier ce qu'elle a à nous offrir ? Tel un conte de fées, Les Yeux du Dragon développe le concept d'une épopée fantastique accessible à tous, mais une épopée qui se veut également plus complexe en deuxième lecture, plus complète et plus mécanique dans sa réflexion. Stephen King ne se contente pas en effet d'énumérer les évènements, de détailler les tragédies et d'affirmer la psychologie de ses personnages. Avec cette histoire, il cisèle et affine au contraire chaque partie de l'intrigue, aussi infime soit-elle, de manière à ce que chacune de ces parcelles, mises bout à bout, émaillées de l'indéniable sens de l'observation du romancier, s'imbriquent parfaitement les unes dans les autres et forment un tout finalement assez inattendu dans la construction et la forme que choisit de lui donner le maître de l'horreur.

Composé d'un peu plus d'une centaine de chapitres, Les Yeux du Dragon interagit vraiment avec son lecteur, car il ne se contente pas de présenter les faits et de les disséminer aux quatre vents des pages tournées et des mots qui s'enchaînent. Une véritable logique se met en place et fait se recouper chaque détail, même le plus insignifiant, créant une suite, une cascade de drames, un flot de péripéties, une foule de retournements de situation... Le tout écrit avec une précision chirurgicale, une méticulosité analytique qui contraste merveilleusement avec le style enfantin, la plume libérée et insouciante dont l'auteur use pour créer un paradoxe littéraire savoureux ! L'on se retrouve ainsi à naviguer dans la plaisante incertitude d'un récit aux accents passionnants, tragiques, épiques, effrayants parfois, tantôt purs, tantôt sournois, alternant entre différents points de vue, toujours externes certes, mais permettant à chacun(e) de s'immerger pleinement dans les destins croisés de tous les protagonistes. La rapidité des chapitres permet d'ailleurs au rythme de garder sa dynamique, sans quoi je pense le côté très réflexionnel de l'histoire ferait perdre de son intensité au bon déroulement de l'intrigue. Stephen King reste donc malgré tout pleinement maître de son roman, tout en restant fidèle à son charme premier en tant qu'écrivain du genre horrifique : embrumer l'esprit de son lectorat, le faire douter, le perdre pour mieux le retrouver et le surprendre par l'ingéniosité de ses va-et-vient, par la finesse des recoupements qu'il impose dans la contextualisation de son récit et, surtout, par la tranchante impartialité qui se détache de cet ensemble, qui ne s'encombre pas de fioritures dans la forme, mais s'enrichit de moults indices sur le fond et crée ainsi la patte coupante, directe et reconnaissable entre toutes de Stephen King.

**********

  • Entre fiction et réalité, il n'y a qu'un pas...

Et si notre monde n'était qu'une vaste étendue imaginaire ? Une vie inconnue, qui nous dépasse, nous prend de court et nous emporte dans le tourbillon tumultueux de son incessant cycle... J'en viens à me poser cette question après voir lu Les Yeux du Dragon. Peut-on vraiment se perdre, se confondre dans la véracité de notre réalité qui n'est peut-être pas celle que l'on croit ? Qu'est-ce qui nous pousse à avancer chaque jour et à croire que tout ce qui nous entoure est cette perméable réalité à laquelle nous nous raccrochons ? Ainsi, l'univers imaginé et mis en place dans Les Yeux du Dragon revêt les caractéristiques principales que l'on attend d'un monde fantaisiste, comme je l'évoquais plus haut. Pourtant, ce monde n'appartient à aucune ère précise, il ne se définit pas vraiment sur une échelle temporelle qui lui serait propre et qui étayerait plus encore l'arbre de vie du royaume de Delain. Si l'imagination de Stephen King lui confère malgré tout un passé, une histoire de plus de quatre cents ans, la couverture spatio-temporelle reste vague, floue, et nous donne l'idée d'un monde immatériel qui ne se situerait ni dans le fictionnel classique, ni dans la réalité palpable.

À la lecture de ce roman, j'ai été amenée à m'interroger, à remettre en question ma vision globale de tout ce qui m'entoure, la perception que j'en ai et les déductions que je peux faire. J'en suis arrivée à la conclusion qu'il n'y a pas qu'une réalité, comme il n'y a pas qu'un seul être humain sur Terre. Ma réalité ne sera pas celle de quelqu'un d'autre, elle reflète qui je suis, ce que je suis, les valeurs que je porte en moi, les doutes qui m'habitent, les joies qui me traversent, les peines qui m'affligent... Ma réalité me définit, et nous avons toutes et tous une réalité en chacun de nous, une réalité qui nous aide à avancer, nous motive et nous forge. Métaphoriquement, et pour en revenir au roman de Stephen King, l'auteur façonne sa propre réalité, il ne se calque pas fondamentalement sur les choix existentiels des autres, mais dessine les contours de ce qui l'anime et (ré)interprète à sa manière les codes de la réalité humaine, celle qui nous rapproche autant qu'elle nous éloigne, mais, plus que tout, celle qui nous définit et nous rend uniques.

"Nous sommes ce que nous pensons. Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées. Avec nos pensées, nous bâtissons notre monde."

Bouddha

**********

En résumé, Les Yeux du Dragon est une très bonne lecture ! Aussi divertissant qu'instructif, il ravira petits et grands lecteurs, amateurs de frissons, de sensations fortes, d'émotions, de réflexion, ou au contraire gros consommateurs de SFFF, chacun(e) y trouvera son compte... Sautez le pas de l'imaginaire, franchissez la frontière du réel et plongez au coeur d'une histoire à la trame passionnante, piquante, intelligente et menée de bout en bout avec une dextérité assassine !

**********

Détails sur ce livre :

Les Yeux du Dragon, publié aux éditions J'ai Lu

Auteur : Stephen King

Nombre de pages : 472 pages

**********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

Posté par Sue-Ricette à 15:21 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :