mardi 7 avril 2020

Contes du jour et de la nuit

contes-du-jour-et-de-la-nuit- Parricides, ivrognes, enfants pervers, maris aveugles, ravissantes idiotes, bourgeois lâches et mesquins, paysans cruels et cupides, vous ne trouverez dans ces contes, de jour comme de nuit, que bourreaux ou victimes. Mais s'ils sont tous à tuer, ils tuent aussi beaucoup, ou se pendent, ou se tirent à la rigueur un coup de revolver dans la bouche par peur de la mort... Maupassant serait-il le grand ancêtre méconnu du néo-polar ? -

**********

Mon avis :

Dis-moi quel conte tu lis, je te dirai qui l'a écrit... Une phrase qui résume à elle seul le style, reconnaissable entre tous, de Guy de Maupassant. Grand écrivain de son temps, je vous avais parlé ICI de Pierre et Jean, un court roman puissant et mené tambour battant, oscillant entre ombre et lumière, amour et haine, raison et folie pure. Cette fois-ci, intéressons-nous à ce que l'auteur, maître du genre, sait si bien livrer à son public lecteur ! Laissons-nous porter par les mots, voyageons au gré de contes aussi légers qu'inattendus, clairs comme le jour, sombres comme une nuit d'encre...

**********

  • Au détour d'une histoire

Recensant quelques vingt nouvelles, ce recueil hétéroclite accueille aussi bien le récit cocasse teinté de mystère, que le conte plus noir et torturé, où subsiste une part d'incertitude dérangeante. Maupassant excelle dans l'art d'écrire de courtes histoires tantôt caustiques, salaces ou fanfaronnes, tantôt macabres ou inquiétantes, le tout sur des thèmes aussi variés qu'improbables. Le lecteur se retrouve ainsi confronté aux soupçons, fondés ou non, d'un facteur à l'imagination débordante, à la cruelle et sournoise vengeance d'une mère dévastée par la mort de son fils, à la rencontre étonnante de deux amoureux perdus de vue depuis fort longtemps, au parricide sordide commis par un jeune menuisier incompris, ou bien encore à l'éxubérante suprématie d'un enfant casse-cou qui mènera son père à la mort...

Tant d'autres sujets sont traités dans ce petit ouvrage qui regorge d'histoires passionnantes. Pour ma part, je les ai beaucoup aimées, et aucune n'a véritablement ma préférence, car la diversité du recueil permet l'exaltation des sens et la découverte d'une oeuvre riche, complète, accessible à tous. Le contenu se veut réaliste, agréable, mais empreint d'une philosophie de vie touchante. Chaque nouvelle interpellera le lecteur à sa manière, car Maupassant parvient à instaurer une confiance, une chaleur humaine imperceptible entre ses personnages, aussi vils et déplaisants soient-ils, et son lectorat. Il crée un climat bienveillant qui réussit à dédramatiser les pires situations et à attendrir le coeur des hommes face au destin, souvent irascible, qui se joue des différents protagonistes. D'autant qu'avec ces petits récits, Maupassant se livre à la mise en scène, à la description tout à la fois émouvante et saugrenue des vies paysannes et bourgeoises normandes qui le fascinaient tant. Curieux, son recueil fait également la part belle à la Corse, une terre rocailleuse, ensoleillée, sèche et marine, un monde énigmatique aux accents toniques et rageurs de la vendetta !

***********

  • Quelques mots de plus...

Il est difficile de parler d'un livre aussi court, à peine plus de cent soixante pages (sans compter les annexes, bien sûr), mais j'ai envie de conclure cette chronique sur la beauté, le charme qui émane de cet ouvrage. Dix pages suffisent à Guy de Maupassant pour planter le décor, introduire ses personnages, apaiser et dérouter en même temps l'esprit de son lecteur... Quel talent ! Car si la plupart des histoires relèvent de la nouvelle à chute, certaines présentent une fin moins inattendue que ne le laisse entendre le reste du récit. L'auteur embrouille, l'auteur réinvente et s'approprie véritablement ces contes, s'attachant à les rendre tout aussi divertissants qu'enrichissants. Sur le plan de la réflexion, nombre d'histoires vont nous amener à nous remettre en question par rapport à des comportements, des attitudes que nous pouvons avoir, ou à voir avec un regard nouveau, plus limpide et critique, le monde qui nous entoure, la société dans laquelle nous évoluons et dont les auteurs des temps passés, tel Maupassant, analysaient déjà les anciens travers et autres codes rédhibitoires.

Ainsi, le lecteur est non seulement amené à passer un agréable moment de lecture, mais également à s'instruire de manière implicite. Une lecture comme celle-ci induit inévitablement une pensée, un enseignement intérieur inconscient. Les idées traversent les âges, restent actuelles pour la plupart et s'inscrivent dans un cadre littéraire aussi passionnant que dérangeant. Les règles sociétales sont mises à mal, observées dans toute la splendeur de leur carcan rigide, décortiquées, finement tournées en dérision, ostensiblement rejetées par la fiction d'une histoire, la beauté de son intrigue, la magnificence de ses protagonistes, la force de son écriture...

**********

En résumé, j'ai adoré lire les Contes du jour et de la nuit ! Petite lecture rapide et intelligente, elle saura vous charmer et vous transporter dans une réalité d'un autre temps, une époque sublimée, enluminée par la plume sensible et vibrante d'émotions de Guy de Maupassant. Des nouvelles jouant avec notre perception mentale, usant de stratagèmes dignes d'un roman à suspense ou d'un thriller haletant pour maintenir l'attention du lecteur et s'amuser de le voir se perdre en conjectures qu'une chute insoupçonnée, brillante, vient interrompre d'un simple claquement de doigts.

**********

Détails sur ce livre :

Contes du jour et de la nuit, publié aux éditions Le Livre de Poche

Collection : Les Classiques de Poche

Auteur : Guy de Maupassant

Nombre de pages : 192 pages

**********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

Posté par Sue-Ricette à 08:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,


vendredi 3 avril 2020

Outlander - Tome 1

outlander-1- Au cours d'une promenade sur la lande, elle est attirée par des cérémonies étranges qui se déroulent près d'un menhir. Elle s'en approche et c'est alors que l'incroyable survient : la jeune femme est précipitée deux cents ans en arrière, dans un monde en plein bouleversement ! 1743. L'Écosse traverse une période troublée. Les Highlanders fomentent un nouveau soulèvement contre l'occupant anglais et préparent la venue de Bonnie Prince Charlie, le prétendant au trône. Plongée dans un monde de violences et d'intrigues politiques qui la dépassent, Claire ne devra compter que sur elle-même pour surmonter les multiples épreuves qui jalonnent ce formidable voyage dans le temps. Elle connaîtra l'aventure et les périls, l'amour et la passion. Jusqu'au moment crucial où il lui faudra choisir entre ce monde palpitant qu'elle aura découvert et le bonheur qu'elle a connu et qui, désormais, lui paraît si lointain... -

**********

Mon avis :

Il est des livres dont la lecture nous apparaît vitale, essentielle, mais pour lesquels nous n'avons de cesse de reporter la découverte. Prolonger le plaisir de l'inconnu, se complaire dans l'ignorance d'une histoire qui nous attire et nous fait en même temps frissonner comme seuls certains ouvrages, sans en avoir seulement lu la première page, parviennent à nous faire trembler d'appréhension. Ces livres détiennent pourtant les clés et renferment les secrets qui embraseront notre âme de lecteur et la laisseront se consumer lentement sous le feu de l'indécision. Coup de coeur ou déception, qui peut savoir...

**********

  • Les noeuds du temps

Élément aussi immatériel qu'insaisissable, le temps au long cours est un farceur, un être espiègle, un enfant immortel à la sagesse infinie, égarant les âmes esseulées, soufflant un chuchotis d'amour au creux de l'oreille... Il va et vient, inverse le cours des choses, s'amuse de notre fascination teintée d'incompréhension, sourit à la simple évocation des mystères qu'il se plaît à cacher dans ce que nous, les hommes, appelons le passé, le présent et le futur... Mais finalement, l'avenir que nous imaginons ne sera-t-il pas, un jour ou l'autre, le présent des nouvelles générations, aux yeux desquelles notre époque sera lointaine, fade peut-être, vieillie et dépassée ? Quant au passé qui fut le nôtre, les hommes qui le peuplaient alors avaient-ils imaginé un seul instant que les siècles défilant, le monde connaîtrait de tels changements ? L'Histoire ne peut le dire. Perdus dans les méandres de nos questionnements, l'essence même du temps nous échappe : être heureux, trouver sa route dans le dédale sinueux d'une ère oubliée ou, au contraire, encore inconnue.

C'est là toute la magie subtile du premier tome d'Outlander. Inconsciemment, je me suis attachée à ce XVIIIe siècle barbare, dangereux, inexploré du vivant de l'homme du XXIe siècle. Et pourtant... Peut-on réellement affirmer que notre monde, tel qu'il est aujourd'hui, est tellement plus civilisé et sécurisé ? Les risques de viol, les vols de rue, les duels entre bandes rivales, la délimitation des territoires, les courses-poursuites effrénées entre les bandits, les hors-la-loi et autres mécréants, et les représentants d'une justice parfois trop impartiale ou alors totalement inexistante... Sommes-nous à l'abri d'éviter une guerre sanglante de pouvoir, là où Anglais et Écossais se sont entre-tués pour asseoir sur le trône des souverains estimés de chacun ? L'homme moderne est-il davantage intelligent, cultivé et en parfaite adéquation avec son temps que ne le furent ceux des années 1700 ?

Ainsi, je me suis véritablement fondue dans cette intrigue passionnante et passionnée, dans laquelle se confondent la politique et ses enjeux, l'historique, la finance, l'amour... Ce sont les thèmes principaux et visibles dès les premiers instants de lecture. En creusant un peu la chose, j'ai pu m'apercevoir de la force symbolique qui se dégageait du texte et que Diana Gabaldon, l'auteure, a su décrire avec une justesse remarquable. La pensée de la romancière met notamment en avant que deux époques, à première vue aux opposés l'une de l'autre, si elles se trouvent juxtaposées dans l'espace-temps invisible, peuvent défier les préjugés temporels et se lier dans une harmonie inédite. C'est un peu comme si, malgré l'aspect littéraire de cette chronique, j'incluais également une partie scientifique qui viendrait étayer mon avis et vulgariser le fil rouge, à mi-chemin entre la physique et la philosophie, qui fait toute l'attractivité et le charme de ce roman. Ce tome 1 pose donc une, et même plusieurs problématiques intéressantes qui donnent à réfléchir sur le temps et son influence sur l'homme, l'impact qu'il a sur le monde végétal et animal, sans oublier les conséquences des choix qui sont faits et imposent tôt ou tard des bouleversements majeurs dans nos vies...

Si Claire n'avait pas franchi les frontières du temps, qu'aurait-elle su de cette existence trépidante, souvenir vivace dans les mémoires des anciens ? Son voyage résulte de plusieurs facteurs, scientifiques si l'on veut, mais laissons la féerie opérer, le hasard faire son oeuvre et les boucles temporelles se croiser lors d'un équinoxe d'automne que viennent égayer les célébrations traditionnelles des populations celtiques, aux abords d'un mystérieux cromlech. Les pierres chantent, résonnent d'un écho entêtant, appellent celle dont la destinée n'est autre que de traverser les âges...

giphy

**********

  • Je suis prest

Après le côté approfondi de cette lecture, revenons aux aspects plus légers qu'elle présente ! J'ai envie de m'attarder sur les personnages, surtout sur les deux principaux que sont Claire et Jamie. Claire, tout d'abord, car j'avais beaucoup de doutes en commençant ma lecture. Pourquoi ? Parce que la série TV adaptée des romans avait faussé ma perception de son caractère, et je l'avais mal cernée. Le feuilleton m'a donné l'image d'une femme pénible, vulgaire, désobéissante, nonchalante et désinvolte, sans oublier son inconscience totale. Bref, la série m'avait plus ou moins refroidie à son sujet et j'appréhendais ma rencontre avec la jeune infirmière au cours des huit cents et quelques pages du roman. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir en réalité une femme investie et soucieuse, qui n'est pas uniquement focalisée sur "Je veux retourner à mon époque, auprès de Frank...". Ce fut cette rengaine franchement déplaisante qui m'avait énervée dans l'adaptation, je ne supportais pas son personnage, car il me semblait qu'elle se fichait complètement d'avoir voyagé dans le temps jusqu'en 1743, et qu'il n'y avait pour elle qu'un seul et unique objectif : revenir en 1945 coûte que coûte. Dans le livre, pas du tout ! Claire est ouverte d'esprit, sensible, attachante, intelligente et maligne, débrouillarde et pleine de ressources face à cette expérience incroyable.

Elle est loin d'être pleurnicharde et faible comme elle peut l'apparaître dans la série (du moins, dans la saison 1, car je n'ai pas encore visionné la suite), et c'est ce côté fort et raisonné qui m'a beaucoup plu chez elle. Elle arrive à faire la part des choses, à peser le pour et le contre, à dissocier ses deux existences parallèles... C'est une femme concernée, impliquée, dévouée, un peu inconsciente par moments, mais sans jamais être effrontée plus que de raison, ou insubordonnée.

Quant à Jamie, il est dans le livre l'homme que j'avais pu voir dans la série TV. Charmant, beau, gentil, patient, compréhensif, doué pour le combat, mais également cultivé et prêt à se sacrifier pour protéger ceux qu'il aime. Bref, il a toutes les qualités ! Il pourrait être parfait, mais l'imperfection est humaine, et Jamie possède ses propres défauts qui font de lui quelqu'un d'entier, sans tomber dans un extrême de perfection exagérée, sans basculer non plus dans l'irresponsabilité horripilante des antagonistes : bien que calme, il est rageur, jaloux parfois, mais jamais violent et cruel. Il est à l'écoute, il comprend Claire et l'aime d'un amour démesuré, mais il ne lui tolère pas la désobéissance et attend d'elle qu'elle tienne son rôle de femme tout en lui accordant une liberté de conscience peu commune pour l'époque. C'est très juste et bien amené, l'écriture débordante de vie de Diana Gabaldon sublime tant le côté scientifique que littéraire et donne un charisme nouveau aux protagonistes, une personnalité qui définit chacun et les éloigne du manichéisme classique, occultant le noir et le blanc pour baigner dans un nuancier de gris.

Personnellement, j'ai été soufflée, transportée, j'ai adoré écouter les légendes écossaises autour d'un feu de camp monté à la hâte, dormir à la belle étoile, parcourir les plaines, traverser les épaisses forêts, chevaucher de village en village, coucher dans une humble auberge... Même les litres entiers de whisky bus tout au long de l'histoire par les personnages mettent du baume au coeur et donnent le sourire, invitant le lecteur dans une espèce de convivialité chaleureuse où les rires gras des hommes enivrés réchauffent bien plus le corps et l'esprit que les manières empruntées de l'armée anglaise !

giphy (1)

**********

En résumé, le premier tome d'Outlander est un coup de ♥ ! Tant pour l'histoire que pour les personnages, c'est un voyage littéraire et temporel merveilleux qui s'offre à nous. Si la série TV suit dans la grandes lignes l'intrigue, je lui ai véritablement préféré le roman, plus complet et riche à mon sens, car il permet de mieux comprendre l'ensemble de l'oeuvre et d'aborder sans peine les thèmes qui y sont évoqués. Laissez la romance, légère mais efficace, rythmer votre découverte de cette magnifique saga, et baladez-vous au coeur des highlands en toute sérénité...

**********

Détails sur ce livre :

Outlander - Tome 1 : Le chardon et le tartan, publié aux éditions J'ai Lu

Auteur : Diana Gabaldon

Nombre de pages : 853 pages

**********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

coup de coeur

Posté par Sue-Ricette à 16:12 - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 1 avril 2020

BILAN - Mars 2020

giphy

 

Bonjour à toutes et à tous,

Il est venu le temps... du bilan du mois de mars ! Et non, pas celui des cathédrales. Mais qui dit 1er avril, dit blague un peu désuète qui fait toujours son petit effet et qui donne le sourire. Le confinement n'empêche pas la bonne humeur, même si c'est vrai qu'il est difficile d'échapper à l'actualité oscillant entre l'inquiétude et l'incompréhension. Du coup, petit interlude sans prise de tête pour vous parler de ce qui a rythmé mon mois, les lectures, les petits bonheurs divers, les projets qui prennent forme...

Chamboule-tout général, je renverse l'ordre des choses ! Aujourd'hui, j'ai envie d'être originale, inventive, et pour ce faire, j'ai choisi de débuter mon point mensuel non pas par mes lectures, mais par les projets qui ont vu le jour ou qui se sont concrétisés petit à petit tout au long du mois. Parlons écriture ! Car oui, j'ai des choses à vous dire. Depuis plusieurs mois maintenant, je travaille sur un roman qui devrait paraître dans le courant de l'année. J'ai longtemps tâtonné quant à la tournure que je souhaitais donner à l'histoire, mes séances d'écriture devant l'écran de mon ordinateur n'étaient guère régulières, demandant souvent des pauses, des remises en question, des doutes aussi... Pourtant, je restais motivée à l'idée de poursuivre la rédaction de ce manuscrit, un désir invisible mais bien présent de donner vie à ce récit, de le voir se concrétiser enfin. À l'heure actuelle, je travaille encore dessus, les derniers chapitres se profilent à l'horizon, et c'est tout à la fois une excitation extrême et un pincement au coeur indéfinissable. Je ne sais pas combien de temps nécessitera le reste de la préparation, mais qu'importe, car après tout, je suis sûre d'une chose : j'ai hâte de vous présenter mon nouveau livre.

**********

Parce que les petits bonheurs sont le sel de la vie, voici ce qui m'a rendue heureuse aujourd'hui ! Mais une question se pose : pourquoi aujourd'hui ? À dire vrai, c'est un petit bonheur que j'attendais depuis plusieurs jours déjà, mais les délais postaux étant modifiés par rapport à la situation actuelle, je ne l'ai reçu qu'à midi. Pour le coup, l'attente en valait vraiment la peine, car je ne regrette pas du tout mon achat ! Une petite table portative bien pratique pour travailler sur mon ordinateur en étant confortablement installée dans mon lit, ou bien pour lire sans me faire mal à la nuque ou en forçant sur ma vue pour déchiffrer le texte. Tout ce dont j'ai besoin est à portée de main (souris, téléphone, bouteille d'eau ou boisson autre (grâce à l'encoche placée à cet effet)), et l'écran de mon PC, à hauteur de mes yeux désormais, ne m'oblige plus à incliner la tête. Bye bye, les torticolis et les maux de crâne carabinés !

Je l'utilise en ce moment même, et en plus d'être pratique, elle est résistante et légère en même temps, car fabriquée en bambou (ça donne de jolies finitions, c'est agréable au toucher et à l'oeil). Bref, j'en suis très contente ! Si cela vous intéresse, il s'agit de la table pliante Todeco, que j'ai trouvée ICI.

table-pliante

 

L'autre petit bonheur de mon mois de mars, c'est l'achat (un peu compulsif, il faut bien l'avouer !) d'un livre d'un auteur qui m'est totalement inconnu, mais dont les résumés de ses différents ouvrages ont su piquer ma curiosité. Traversant actuellement une période où j'ai envie de découvrir la Turquie et sa culture (vous la sentez, l'influence Tarkan ?), j'ai cherché dans la littérature si je trouvais chaussure à mon pied, et j'ai rapidement déniché l'auteur dont je m'apprête à vous parler, et que peut-être certain(e)s d'entre vous connaissent déjà : Orhan Pamuk.

De ce que j'ai pu voir, le monsieur a plusieurs livres à son actif et a reçu des prix littéraires prestigieux, comme le Médicis ou le Nobel. Pour autant, est-ce que cela garantit une lecture qualitative et qui saura me faire vibrer ? Je n'en sais rien, je n'essaie pas de me focaliser sur les avis lus ici et là, de me calquer sur les impressions d'autres lecteurs, car j'ai envie de découvrir cet auteur et son oeuvre avec une neutralité bienveillante, sans préjugé, sans quelque à priori que ce soit. Du coup, j'ai fait d'une pierre deux coups en achetant Istanbul, souvenirs d'une ville, qui va non seulement m'initier à la plume de l'écrivain, mais également me plonger en plein coeur d'Istanbul, la capitale turque.

istanbul-souvenirs-d-une-ville

**********

Et sinon, qu'est-ce que j'ai lu en mars ? Eh bien, pas grand-chose ! Deux livres, c'est tout. Mars a été chargé, fatigant et fatigué, ce qui explique ce mini-bilan lecture. Toutefois, parmi ces deux livres se trouve un pavé de plus de huit cents pages : Outlander, le tome 1, de Diana Gabaldon. Voilà un bon moment que celui-ci me faisait de l'oeil dans ma bibliothèque ! J'ai pris mon temps pour le lire, mais quelle lecture... Un coup de ♥. Je me suis retrouvée embarquée dans les highlands du XVIIIe siècle à chevaucher aux côtés du beau Jamie Fraser, et le temps fut comme suspendu.

Après cette épopée écossaise, je suis revenue à quelque chose de plus classique. J'ai dévoré les Contes du jour et de la nuit, de Guy de Maupassant, que j'avais choisi pour le Classic Year Challenge. Là encore, une agréable découverte qui, à sa manière, me fit également voyager dans le temps. Les chroniques arrivent bientôt sur le blog, patience !

**********

Enfin, un mot sur les articles parus au cours du mois. Tout d'abord, le bilan de février que vous pouvez lire en cliquant ICI. Et ensuite, des chroniques ICI, ICI et . Cette manière de fonctionner et de gérer le blog me convient toujours, tant pour moi, qui ne m'astreins plus à un rythme trop régulier de billets, que pour vous, qui pouvez lire tranquillement les quelques posts sortis tout au long du mois.

**********

Comment ça, c'est déjà terminé ? Ça alors ! Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter de passer un bon mois d'avril, au chaud chez vous, accompagné(e)s de douces lectures. Ce qu'on vit actuellement est loin d'être facile, mais la solidarité, l'entraide, le soutien et la fraternité n'ont jamais été aussi importants qu'en ce moment. Chacun à notre façon, on peut contribuer à rendre tout ça moins pénible et à aider les personnes qui en ont besoin. Alors oui, c'est usant, rageant (surtout avec ce beau soleil, on est d'accord !), mais qu'est-ce que tout ceci à côté d'une vie et de plusieurs millions d'autres... Prenez soin de vous, pensez à celles et ceux qui chaque jour se battent pour mettre un terme à cette fichue maladie.

Je vous dis à bientôt pour un prochain article.

Sue-Ricette

Posté par Sue-Ricette à 16:02 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

lundi 23 mars 2020

Croire encore au bonheur

croire-encore-au-bonheur- Amélia menait une vie paisible aux côtés de ses enfants et de son mari. Pourtant, tout a basculé le jour où celui-ci a brutalement disparu dans une terrible explosion… Après avoir connu la perte de celui qu’elle considérait comme l’homme de sa vie, Amélia se débat seule entre l’éducation de ses enfants et la gestion du quotidien. Son précaire équilibre est fragilisé avec l’arrivée d’un mystérieux voisin, aussi charmant que troublant.

De l’autre côté de la Manche, le célèbre chanteur Joshua Darell voit sa sécurité compromise. Las que ses moindres faits et gestes soient constamment révélés dans la presse, il décide de s’exiler en France dans le plus grand secret… Sa rencontre avec la jeune mère de famille lui confirmera que le bonheur ne se mesure ni à la notoriété ni à la richesse.

Au fil des mois, une étonnante histoire s’écrit, laissant place à des sentiments nouveaux que ces deux-là pensaient ne plus avoir le droit d’éprouver. Mais alors qu’Amélia et Josh se découvrent et s’apprivoisent petit à petit, des évènements inattendus mettent à mal leur amour naissant…

Tandis que tout semble se liguer contre eux, peuvent-ils croire encore au bonheur ? -

**********

Mon avis :

Je tiens à remercier Ninon Amey, l'auteure de ce roman, de m'avoir accordé sa confiance pour la lecture et la critique de son livre.

Le bonheur. Un thème tout aussi passionnant que complexe, qui fascina et fascine, aujourd'hui encore, l'intellect collectif. Pur produit de l'inconscient humain ou quête véritable d'une joie simple et merveilleuse ? Qui peut répondre à cette question sans passer par de vastes interrogations... Pourtant, au coeur même de ces innombrables questionnements, se pourrait-il qu'un roman réussisse à nous donner les clés ?

**********

  • La mélodie du bonheur

L'actualité de ces derniers temps laisse peu de place à la sérénité. La panique, les angoisses, le stress, l'anxiété et la peur sont tout aussi virales que peut l'être la pire des maladies. Le moral en prend un coup, l'ennui s'installe... Alors, en cette période difficile, pour pallier à l'inquiétude et mettre au placard les idées noires, il est essentiel de se distraire et d'apporter un maximum de réconfort aux personnes fragiles et qui souffrent de la morosité ambiante. Mon conseil lecture du jour est un concentré de bonne humeur, d'amour, de tendresse... Voyageant entre l'Angleterre et la France, Croire encore au bonheur, le dernier roman de Ninon Amey, m'a transportée bien au-delà de tout ce que j'ai pu imaginer.

Avec cette histoire, l'auteure aborde des thèmes à la fois beaux et importants, comme la résilience, le deuil, mais aussi l'acceptation de soi, la gestion de la célébrité et du stress intense qu'elle provoque. À la lecture de cette adorable romance, ce n'est pas une question qui se pose, mais une affirmation qui vient en tête : lorsque l'on a touché le fond, on ne peut que remonter à la surface. Et c'est bien vrai ! Après tant d'épreuves traversées, la seule chose à faire est d'espérer, de croire que tout est encore possible. Pour Josh et Amélia, nos deux attachants héros, le happy ending a-t-il sa place en plein coeur de la tourmente ? Mystère ! Pas de spoil ici, je préfère taire leur destin et laisser la magie des mots faire son oeuvre auprès des lecteurs curieux qui n'auraient pas encore fait leur connaissance.

Quoi qu'il en soit, on se laisse bercer par la douceur qui se dégage de l'intrigue, on retombe en enfance le temps de quelques classiques de la chanson Disney (si vous l'avez déjà lu, vous comprenez certainement de quoi je parle), on apprécie les moments intimes entre Josh et Amélia, ces instants partagés relevant de la plus pure forme de romance qui existe. La plume légère et enchanteresse de Ninon Amey nous amène au-dessus des nuages, dans un cadre qui pourrait être idyllique et parfait si quelques rebondissements savamment placés ne venaient pas déstabiliser le lecteur et l'impliquer pleinement dans l'histoire, le laissant déverser toute la rage amoureuse trop longtemps contenue. Les minces espoirs s'envolent, effilochés au gré de vents contraires, parfois violents... La tempête gronde au dehors, les nuages assombrissent notre coeur désillusionné, et pourtant, malgré les trop nombreux obstacles sur notre chemin, il n'est pas vain d'espérer le retour du soleil, sa lumière bienveillante qui réchauffe notre âme et fait fondre la prison de glace qui laissait s'éteindre à petit feu l'étincelle de vie brillant en nous.

**********

  • Cultiver son jardin intérieur

Le confinement que nous vivons en ce moment est propice à de nombreuses activités culturelles. Écouter de la musique, chiller (raisonnablement, bien sûr) devant Netflix, cuisiner, prendre soin de soi, regarder des vidéos (avec modération, là aussi) sur YouTube et lire. On ne le dit pas assez souvent, mais la lecture est une activité extra qui ne s'adresse pas seulement aux intellos à lunettes. Non ! C'est le moment de se faire plaisir, de partager autour de ça, de faire des découvertes inattendues, de nouer des liens avec la communauté littéraire présente sur Instagram, Livraddict et autres...

La lecture vous emmènera dans des mondes merveilleux, qu'ils soient réels ou non, elle vous fera voyager à travers le temps et l'espace sans bouger de votre canapé. C'est un moyen d'évasion, car les auteurs ont ce don de nous aider à évacuer les tensions accumulées depuis trop longtemps, à nous plonger avec passion dans une intrigue captivante mettant en scène des personnages atypiques, héroïques ou bien détestables à souhait. Les possibilités sont infinies, et si, pour vous, le genre littéraire qui vous apporte réconfort et sérénité est la romance, alors celles qu'écrit Ninon Amey ne pourront que vous mettre du baume au coeur. Chacune à leur manière, elles mettent en avant des sujets parfois difficiles, des thématiques sur lesquelles il n'est d'ailleurs pas toujours évident de composer. Pourtant, l'auteure parvient à traiter ces idées avec une force touchante, une force délicate qui permet au récit d'aller de l'avant sans tomber dans la mièvrerie romantique et, de l'autre côté, sans basculer dans le drame tragico-romantique. À chaque histoire ses personnages avec des traits de caractère qui les rendent attachants, séduisants, qui permettent au lecteur, même virtuellement, de faire preuve de compassion et d'empathie et qui donnent cette touche incomparable à l'intrigue, ce petit soupçon d'inconnu qui met le sourire aux lèvres.

On s'émeut, on s'attendrit, on rit, on pleure, on vit ces histoires et on peut même s'y identifier, s'y retrouver. Ninon Amey est la metteuse en scène talentueuse de ses romans, elle écrit pour son plaisir et celui de ses lecteurs, elle cherche le mot juste, celui qui saura transmettre toutes sortes d'émotions, celui qui donnera toute son authenticité à l'histoire, et celui, enfin, qui saura rester beau et simple.

**********

En résumé, Croire encore au bonheur est une lecture coup de ♥ ! Un récit magique, des personnages bien construits, une auteure autoéditée à découvrir de toute urgence pour mettre de l'amour, de la joie, de la bonne humeur et, surtout, du bonheur dans nos existences confinées. Une dose de douceur et de positivité dans un monde prêt à exploser, un monde où tout va trop vite...

**********

Détails sur ce livre :

Croire encore au bonheur, autoédité en ebook (existe aussi au format papier)

Auteur : Ninon Amey

Nombre de pages : 358 pages

Sortie le 6 mars 2020

**********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

coup de coeur

Posté par Sue-Ricette à 14:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 17 mars 2020

La Faute de l'abbé Mouret

la-faute-de-l-abbé-mouret- Serge Mouret est le prêtre d'un pauvre village, quelque part sur les plateaux désolés et brûlés du Midi de la France. Barricadé dan sa petite église, muré dans les certitudes émerveillées de sa foi, assujetti avec ravissement au rituel de sa fonction et aux horaires maniaques que lui impose sa vieille servante, il vit plus en ermite qu'en prêtre. À la suite d'une maladie, suivie d'une amnésie, il découvre dans un grand parc, le Paradou, à la fois l'amour de la femme et la luxuriance du monde. Une seconde naissance, que suivra un nouvel exil loin du jardin d'Éden... -

**********

Mon avis :

Quel plaisir de retrouver la plume de Zola dans ce cinquième tome des Rougon-Macquart ! La découverte de cette merveilleuse fresque familiale, saga littéraire incroyable, est pour moi du bonheur à l'état pur, car je savoure la lecture de chaque volume qui passe entre mes mains. Me voilà à présent rendue au quart de la série, prête à faire le point sur ma récente lecture de La Faute de l'abbé Mouret...

**********

  • Une réécriture moderne et efficace

Il est des livres surprenants, des livres qui nous entraînent dans leur sillage, nous prennent par la main et nous tirent vers l'inconnu. Sans savoir ce qui nous attend, nous pénétrons dans un univers qui, bien qu'ancré dans une réalité historique, nous apparaît de manière tout à fait irréelle, immatérielle, comme si le temps n'avait aucune emprise sur l'intrigue et ses personnages... Simple imagination ou talent de l'auteur ? Personne ne peut savoir et affirmer avec certitude qu'il s'agit de l'un ou l'autre. Pour ma part, je pense que ce roman relève d'un habile mélange de ces deux points de vue et réunit toutes les conditions nécessaires pour en faire un énorme coup de coeur, tout comme les quatre précédents volumes !

Tout d'abord, confrontons-nous au point majeur de cette histoire : réécriture façonnée, imagée mais profonde de la Genèse biblique, La Faute de l'abbé Mouret est un récit d'une intensité tout à la fois merveilleuse et inquiétante. Émile Zola, puisant dans les ressources et les racines de l'humanité, insuffle l'énergie et la puissance qui font de cette histoire un ouvrage au charme angoissant. Situé entre ombre et lumière, oscillant entre Bien et Mal, hésitant entre la vie et la mort... Un poison lascif qui se distille progressivement dans les veines de nos personnages, répandant en eux une toxine aux effets destructeurs, au pouvoir capable de briser un esprit et de diviser les coeurs.

Faisant fi des principes de son époque, Émile Zola conçoit son intrigue sur la tentation, l'envie, le désir, les pulsions irrépressibles qui trahissent l'abstinence choisie par Serge Mouret. L'abbé, pourtant si reclus dans sa foi, si convaincu de son amour pour Dieu, ne se laisserait-il pas aller à une dévotion suprême envers la Vierge Marie ? Fébrile, à la limite d'un amour interdit, l'ecclésiastique fuit la vie réelle baignée de la lumière chaleureuse du soleil, parfumée de l'odeur de la terre, bruyante des cris d'animaux, résonnant de la joie innocente et des rires cristallins des jeunes filles du village... Délaissant une réalité démystifiante à ses yeux, l'abbé Mouret préfère se réfugier dans le sein réconfortant, dans la virginité inaccessible et pure de Marie, la Sainte Vierge qui lui offre la douceur et l'amour simple d'une femme sans commettre l'infâme péché de chair. Mais à force de croyances maladives, d'incessantes litanies et d'interminables prières, à force d'offrande de son corps, de son coeur et même de son âme tout entière à la seule détentrice de sa foi, l'isolement psychologique du jeune Serge pourrait bien, tôt ou tard, causer sa chute et provoquer sa descente aux enfers.

Ainsi, l'on se trouve face à une intrigue incisive et percutante, sombre, menée tambour battant, mais qui se veut également visuelle, auditive et odorante, respirant les mille et une fragrances composant les allées, les jardins, les chemins et les parcs aux senteurs diverses, d'un massif de fleurs au parfum capiteux jusqu'à l'arbre verdoyant dégoulinant de résine mielleuse, en passant par les herbes folles dont se dégage une fraîcheur incomparable. Le clapotis rassurant d'un ruisseau tout près apaise l'oreille, la vue de la nature sauvage, paradisiaque, idyllique, propice à laisser naître les amours, enchante l'esprit fougueux, vivant d'une jeunesse nouvelle de la blanche Albine et de l'impétueux Serge, tandis que chantent les oiseaux nichés au creux des troncs moussus et que résonnent les grésillements étranges et autres stridulations des insectes cachés ici et là.

Définitivement, Zola sait comment emballer, comment emporter son lecteur, comment lui permettre de s'évader sans pour autant voyager dans des mondes inconnus peuplés de créatures imaginaires. L'humain seul, terrifiant parfois, suffit à étonner son public, à amener la réflexion nécessaire vis-à-vis de ses propres convictions, à induire ce doute dérangeant qui perturbe et laisse l'esprit critique faire son oeuvre. Ce roman est loin de m'avoir laissée indifférente, et sa lecture n'en fut que plus magique, tragique aussi, car le récit, s'il est dépaysant, offre une palette d'émotions, une nuance de sentiments allant de l'exaltation profonde à la confusion la plus totale, en passant par le chagrin désespéré, torturé, déchaîné par une foule d'idées contradictoires.

**********

  • Un classique après l'autre...

Lu dans le cadre du Classic Year Challenge dont je vous ai parlé juste ICI, La Faute de l'abbé Mouret m'a impressionnée, car Zola met toute sa force d'écriture et tout son talent d'auteur au service d'un roman riche de détails, foisonnant de couleurs, criant d'une vérité déchirante de réalisme. Il est, je pense, impossible de rester insensible face à une telle histoire, et ce, malgré les longueurs, les passages à rallonge sur lesquels l'on pourrait pinailler. Tout comme avec les quatre premiers tomes des Rougon-Macquart, Zola frappe fort et, surtout, frappe juste. Il n'est pas dans le déni littéraire de ce qu'il raconte, pas plus qu'il n'exagère la mise en scène de son récit. Les personnages d'Albine et Serge, aussi complémentaires que contraires, s'imbriquent parfaitement dans le contexte luxuriant de cet Éden aux barreaux dorés : prisonniers d'un amour impossible, tous deux dévastés par cette relation inaboutie, ils sont, pour l'une, les pantins d'une société dont ils doivent suivre aveuglément les règles et, pour l'autre, les jouets désoeuvrés d'une génétique familiale servile.

**********

En résumé, La Faute de l'abbé Mouret est un énorme coup de coeur pour moi ! Encore une fois, j'insiste sur l'intensité voluptueuse qui se dégage de l'intrigue et qui lui confère sa beauté vénéneuse. Même la plus belle des fleurs peut renfermer le plus mortel des poisons... Ce roman, aussi grandiose et extraordinaire soit-il, cache au fil des pages des épines redoutables dans l'ombre desquelles se tapit la fièvre florissante que seul Émile Zola sait donner à ses livres.

**********

Détails sur ce livre :

La Faute de l'abbé Mouret, publié aux éditions Le Livre de Poche

Auteur : Émile Zola

Nombre de pages : 510 pages

**********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

coup de coeur

Posté par Sue-Ricette à 08:00 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,


dimanche 15 mars 2020

Pour une étreinte

pour-une-étreinte- Après avoir échappé de peu à un mariage arrangé, lady Rose s’épanouit dans son rôle d’ambassadrice à la Cour du Roi. Passionnée par son nouveau travail, elle préfère ne pas penser au prochain prétendant que son père choisira pour elle. Quand, à la suite d’un incident, son chemin croise celui de Kalen, l’un des premiers valets du roi, elle découvre des sentiments qu’elle préférerait combattre.

Travailleur et fier de ses responsabilités envers le royaume, Kalen ne peut combattre la flamme que lady Rose fait naître en lui. Alors qu’il succombe à son charme, il n’ignore pas que la future Comtesse ne lui est pas destinée… Cependant, certaines choses sont trop absolues pour être combattues.

Quand un monde sépare des amants faits pour être ensemble, les sentiments sincères peuvent-ils être suffisants ? -

**********

Mon avis :

Je tiens à remercier Liv Fox, l'auteure de ce roman, de m'avoir accordé sa confiance pour la lecture et la critique de son livre.

Alors que leur coeur ignore tout de l'amour véritable, deux êtres que tout oppose peuvent-ils voir leur destin basculer par le simple frôlement d'une étreinte ? La force profonde des sentiments parviendra-t-elle à faire face à l'ordre des choses ? Est-il encore possible d'aimer lorsque l'inéluctable vérité nous rattrape et réduit à néant nos minces espoirs de bonheur ?

**********

  • Le gouffre des larmes

Liv Fox a ce pouvoir de conteuse qui transporte son lecteur au loin, qui l'amène au coeur même de contrées inexplorées et l'envoûte grâce au charme qui se dégage des histoires qu'elle écrit. Chaque récit est empreint d'une forme de sensibilité qui lui est propre et fait de chacune de ces intrigues une romance à part entière, créant une bulle de douceur unique qui emporte le lecteur et les personnages dans un monde inaccessible. Comme ses soeurs aînées, Pour une étreinte se fait suave et intelligente, généreuse et modérée, belle et intense.

Aux côtés de Rose et Kalen, l'on apprend qu'aucun obstacle, aussi infranchissable puisse-t-il paraître, ne peut barrer la route de notre destinée. Que l'on y croit ou pas n'a pas d'importance, car seul l'appel du coeur parvient à se frayer un chemin au-delà des frontières de l'invisible et à toucher les émotions profondes de notre âme soeur. Un geste anodin, la réciprocité des sentiments seuls suffisent à bouleverser le quotidien de ces deux êtres qui se côtoyaient sans se voir et se persuadaient tant bien que mal de la naïveté de leur esprit. Pourtant, que faire lorsque la voix joyeuse du coeur distille dans nos veines la vie et les couleurs qui manquaient à notre existence, tandis que le silence creux de la raison siffle à nos oreilles un vent de doutes et d'incertitudes ?

Dans chacune de ses histoires, Liv Fox confronte ses héros à des dilemmes que l'on pourrait qualifier de cornéliens, tant il est difficile d'opter pour le poison ou les larmes. Mais finalement, le remède ne serait-il pas pire que le mal ? Par honneur, Rose se résout à abandonner ses rêves, choisit délibérément de garder seulement le souvenir de ces moments heureux, de ces instants éphémères... Oscillant entre un bonheur de façade et un chagrin muet, peut-elle encore espérer rebondir après avoir touché le fond de sa détresse ? Aucun spoil dans cette chronique, je trouve que la magie des mots de cette romance suffit à chasser la grisaille ambiante et à laisser les rayons du soleil réchauffer notre âme pour que l'hiver maussade cède la place au printemps plein de vie.

**********

  • À la découverte de Liv Fox...

Ce n'est pas la première fois que je mets Liv Fox à l'honneur sur le blog, car chacun de ses romans a fait l'objet d'une chronique sur ces pages. D'ailleurs, si vous ne connaissez pas les autres ouvrages qui composent sa bibliographie, je vous invite à cliquer ICI, ICI, ICI et . Cinquième tome d'une série de romances doudou, Pour une étreinte est une très jolie histoire pleine de tendresse qui a su m'émouvoir et me faire sourire, comme seul un bon livre sait le faire.

Voilà quelques mois que j'ai fait la connaissance de cette auteure et de ses ouvrages, et je guette à chaque fois avec grande impatience la sortie de ses prochains livres car, comme avec Ninon Amey ou Valérie Bel, je sais n'être jamais déçue et passer un agréable moment en tête à tête avec une intrigue passionnante et des héros indéniablement bien construits.

**********

En résumé, Pour une étreinte est un coup de ♥ ! Un roman d'une centaine de pages qui vous transportera dans un ailleurs enchanté et qui saura vous toucher à sa manière si vous lui laissez sa chance. Un condensé de bonheur, une lecture plaisir, un voyage merveilleux au Royaume de Lumière, aux côtés de personnages attachants, à la découverte de l'Amour avec un grand A...

**********

Détails sur ce livre :

Pour une étreinte, autoédité en ebook

Auteur : Liv Fox

Nombre de pages : 150 pages (au format numérique)

Sortie le 26 février 2020

**********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

coup de coeur

Posté par Sue-Ricette à 12:18 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 11 mars 2020

BILAN - Février 2020

giphy

 

Bonjour à toutes et à tous,

Je suis en retard pour le bilan de février. Avec quelques jours de décalage, il est temps de vous présenter mes lectures et autres petits bonheurs du mois dernier ! Mais avant tout, une petite explication sur la raison de ma non-présence ici, sur mes réseaux sociaux et sur vos blogs s'impose. La faute à une rhinopharyngite assez retors qui m'embête depuis bientôt deux semaines... Heureusement, je me soigne et je me sens mieux depuis quelques jours maintenant, ce qui me permet de reprendre du service sur mes pages et de revenir flâner dans vos univers.

Du coup, trêve de bavardages, entrons dans le vif du sujet ! En février, j'ai lu quatre livres. Tout d'abord, j'ai commencé le mois avec l'excellent Les morts ne pleurent pas, d'Eve Ruby Lenn. Un très bon thriller qui n'est pas sans rappeler les incontournables aventures de Sherlock Holmes, une histoire que je ne peux que vous conseiller de découvrir ! Ensuite, rendez-vous avec Valérie Bel et sa nouvelle romantique Un amour de sacrifice, qui fut pour moi un amour de coup de coeur ♥ Puis, je me suis plongée dans la lecture intense et passionnante de La Faute de l'abbé Mouret, d'Émile Zola (chronique à venir), avant de faire la connaissance de lady Rose et Kalen dans Pour une étreinte, la nouvelle romance doudou de Liv Fox (chronique à venir également).

Côté blog, j'ai publié sept articles en février. Les liens des chroniques déjà parues se trouvent juste au-dessus, sans oublier celles traitant de mes lectures de janvier ICI et ICI, mais aussi le bilan de l'édition 2019 du Cold Winter Challenge que vous pouvez lire en cliquant , ou encore mes nouvelles réponses au Liebster Award et l'article de présentation du Classic Year Challenge.

Pour rester dans les lectures, je lis actuellement le tome 1 de la saga Outlander, de Diana Gabaldon. Certain(e)s d'entre vous connaissent mon amour pour la série TV qui en a été tirée, et surtout pour Jamie Fraser, l'Écossais de mon coeur ♥ Je n'en suis qu'au début pour le moment, je n'avais pas trop envie de lire ces derniers temps avec cette fichue rhinopharyngite, mais il me tarde désormais de retourner dans les highlands du XVIIIe siècle !

**********

En février, j'ai assez peu regardé de films et séries. Du coup, je n'ai rien de bien intéressant à vous raconter de ce côté-là... En revanche, si Netflix n'a pas beaucoup travaillé le mois dernier, YouTube a beaucoup chauffé et mes oreilles résonnent des chansons d'un artiste que j'ai découvert sur le blog de mon amie Grignote dans l'article qu'elle a publié juste ICI. Si j'avais déjà pu voir passer le nom de Tarkan et les vignettes de ses clips vidéo sur la plateforme d'écoute, je n'y avais jamais vraiment prêté attention... Pourtant, la lecture du billet de Grignote a piqué ma curiosité et je me suis laissée tenter par le titre phare du chanteur turc, à savoir Şımarık.

 

Cette chanson a été une véritable révélation, car depuis, j'ai découvert d'autres titres de Tarkan et je les adore ! Pour certains, je les ai même appris par coeur et j'arrive à les chanter, alors que de base, la langue turque m'était totalement inconnue. J'ai les mélodies dans la tête, je ne m'en lasse pas... Et pour ne pas gâcher la chose, en plus d'avoir une voix très chantante et suave, Tarkan est trop beau ♥ (et là, c'est le moment où mes joues virent au rouge et où un soupir énamouré passe mes lèvres, les yeux perdus dans le vague ! ^^ (c'est cliché, mais on s'en fiche, non ?))

Du coup, il m'était impossible de vous parler de Tarkan sans vous partager les chansons que j'aime. Je ne vais pas insérer toutes les vidéos ici, mais seulement le clip de Hüp, un titre dont j'ai trouvé la traduction en anglais et dont les paroles sont très touchantes. Pour les autres chansons, je vous laisse les liens en dessous :

**********

Voilà pour ce bilan du mois de février ! Un mois sympatique qui s'est terminé un peu en queue de poisson, mais j'attaque mars avec le sourire, les chansons de Tarkan en tête et des envies lecture à tout va... Malgré une météo encore grisonnante et fraîche par chez moi, on sent que le renouveau printanier arrive et cela fait un bien fou ! Vivement le retour des beaux jours et d'une actualité plus sereine. Prenez soin de vous, faites attention et protégez-vous ♥

Je vous dis à bientôt pour un prochain article.

Sue-Ricette

giphy (1)

Moi, fan de Tarkan ? Oui, complètement !

Posté par Sue-Ricette à 19:35 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

lundi 24 février 2020

Classic Year Challenge 2020

giphy

Câlins + bisous + GIF de chat (trop mignon) = la recette du bonheur ♥

 

Bonjour à toutes et à tous,

Parce que c'est parfois compliqué de trouver une introduction originale pour débuter un article, aujourd'hui je vais faire simple et vous donne sans plus tarder la couleur (ou plutôt le thème) de ce billet matinal. En flânant sur les blogs des copinautes, j'ai découvert chez mon amie Gaëlle, créatrice de Pause Earl Grey, le Classic Year Challenge. Il s'agit d'un défi lecture basé, comme son nom l'indique, sur les classiques de la littérature. Le but étant de lire un livre par mois (soit douze sur un an) sans contrainte, pour le seul plaisir de découvrir les chefs-d'oeuvre incontournables qui traînent sur nos étagères, dans nos PAL et qui nous sont parfois totalement inconnus... La seule règle à respecter pour valider sa participation est de lire soit des ouvrages considérés comme des classiques, soit des livres datant d'avant la seconde moitié du XXe siècle.

Étant donné que je prends le CYC en cours de route avec un mois de décalage, je lirai en tout onze classiques cette année. Pour ma part, je trouve cette idée vraiment géniale ! C'est motivant, inspirant et ça permet aux classiques de revenir sur le devant de la scène littéraire. Du coup, je vous propose de découvrir les livres qui m'accompagneront durant le reste de l'année...

 **********

Février

La Faute de l'abbé Mouret, Émile Zola

la-faute-de-l-abbé-mouret

 

Mars

Contes du jour et de la nuit, Guy de Maupassant

contes-du-jour-et-de-la-nuit

 

Avril

De la Terre à la Lune, Jules Verne

de-la-terre-a-la-lune

 

Mai

Son Excellence Eugène Rougon, Émile Zola

son-excellence-eugène-rougon

 

Juin

Robinson Crusoé, Daniel Defoe

robinson-crusoe

 

Juillet

La peau de chagrin, Honoré de Balzac

la-peau-de-chagrin

 

Août

Traité sur la tolérance, Voltaire

traité-sur-la-tolérance

 

Septembre

Orgueil et préjugés, Jane Austen

orgueil-et-préjugés

 

Octobre

Jane Eyre, Charlotte Brontë

jane-eyre

 

Novembre

L'Assommoir, Émile Zola

l-assommoir

 

Décembre

Les Misérables, Victor Hugo

les-misérables

**********

Une année bien remplie en perspective, au cours de laquelle je ferai sans aucun doute de très belles découvertes. Il ne faut pas non plus oublier que ces classiques ne seront pas les seuls ouvrages qui composeront ces onze mois de lecture, d'autres livres viendront s'ajouter au fur et à mesure. En tous les cas, merci à Gaëlle pour cette chouette initiative du Classic Year Challenge ! Si vous souhaitez participer, n'hésitez pas à consulter l'article consacré au challenge et publié sur Pause Earl Grey, en cliquant ICI.

Je vous dis à bientôt pour un prochain article.

Sue-Ricette

giphy (1)

Bye tout le monde !

Posté par Sue-Ricette à 11:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 17 février 2020

TAG - Liebster Award : le retour !

liebster-award

 

Bonjour à toutes et à tous,

Pas de chronique aujourd'hui, mais bien un TAG ! Voilà plusieurs mois qu'il n'y en avait pas eu sur le blog, alors je profite d'avoir été nominée par mon ami Jay (clic ICI pour lui rendre visite dans son univers) pour le Liebster Award pour donner un nouveau souffle à ces articles. Dans les premiers mois d'existence de Graines de Souris, j'avais déjà été sollicitée pour répondre au Liebster Award, et je m'étais prêtée au jeu avec plaisir ! D'ailleurs, vous pouvez découvrir mes réponses juste .

Voici donc aujourd'hui le deuxième round de ce TAG emblématique de la blogosphère ! Cette fois-ci, j'ai un peu simplifié le concept, puisque je vais seulement répondre aux onze questions de Jay. Pas de nomination, seulement le plaisir de s'amuser et de passer un bon moment. Let's go !

**********

1. Si tu pouvais déjeuner avec un(e) auteur(e), avec qui déjeunerais-tu ?

Eh bien, ça démarre fort !  Pour tout dire, je bloque dès la première question. Choisir un auteur est pour moi trop réducteur, car chacun est unique dans sa manière de penser, de voir le monde dans lequel il évolue, d'appréhender la société de son époque (qu'elle soit actuelle ou passée)... Bref, je suis un peu perdue ! Pourtant, il m'apparaît clair que ce ne serait pas un écrivain de notre temps, car je me sens plus proche, littérairement et philosophiquement parlant, des auteurs des siècles derniers. Et en toute honnêteté, il m'est impossible de n'en choisir qu'un, donc j'opte pour un joker et sélectionne trois écrivains qui, à mon sens, ont marqué l'esprit collectif de par leurs oeuvres puissantes et grandioses de réalisme, criantes de vérité : Voltaire, Victor Hugo et Émile Zola.

 

2. Comment organises-tu ta bibliothèque ? Édition ? Genre ? Coup de coeur ? Pile à Lire ?

Ici, la réponse est simple ! Mes bibliothèques sont rangées selon une logique que, je pense, je dois être la seule à comprendre : 

a) Classement par maisons d'édition

b) Rangement par ordre alphabétique de nom d'auteur (de A à Z, et pas l'inverse)

c) S'il y a plusieurs livres d'un même auteur, ses ouvrages sont placés soit dans un ordre numérique (de gauche à droite ou de haut en bas, toujours le plus petit numéro de collection en premier, et ainsi de suite), soit volume par volume s'il s'agit d'une saga.

giphy

Je vous l'avais dit, c'est compliqué !

 

3. Tu es plutôt : livre emprunté, livre d'occasion ou "non, seulement neuf SVP !" ?

Pour ma part, j'essaie de privilégier au maximum le seconde main, les livres d'occasion qui ont une histoire, un passé, un vécu et qui ne demandent qu'à poursuivre leur route et à rendre encore de nombreux lecteurs heureux... Après, si un livre me fait très envie, mais que son état en occasion est vraiment passable, j'achèterai plutôt du neuf.

 

4. Un endroit insolite pour lire, mais qui sait pourquoi, tu l'adores ?

Alors... Je ne suis pas du genre à emmener mes lectures partout avec moi, car j'aurais trop peur de les perdre ou de les abîmer. Du coup, il n'existe pour moi aucun endroit insolite que j'apprécie pour bouquiner.

 

5. Pour toi, un livre peut-il te plonger dans son univers au point d'en avoir des hallucinations des cinq sens ?

À cette question, je répondrai : oui, complètement. Un ouvrage, s'il sait transporter son lecteur dans un ailleurs fabuleux, s'il parvient à l'enchanter, à l'immerger dans son intrigue passionnante... Alors, oui ! Une lecture qui laisse une trace invisible, un souvenir, une marque à l'épreuve du temps dans l'esprit de celui ou celle qui l'a découverte ne peut que créer un merveilleux voyage des cinq sens.

 

6. Les éléments décisifs pour un coup de coeur selon toi ?

Pour moi, un coup de coeur est un livre qui transcende son lecteur dans tous les sens du terme. Un coup de coeur, c'est une lecture qui touche, qui émeut, qui interpelle aussi, une histoire qui peut rappeler à tout un chacun sa propre vie, des personnages auxquels on peut s'identifier, s'attacher, un monde qui nous surprend et nous attire... Chaque lecteur percevra le coup de ♥ à sa manière, car il n'existe pas une, mais mille façons de se perdre dans la magie de la littérature.

 

7. Écrire ou lire, s'il fallait choisir ?

Eh bien, les deux ! En plus de souffrir du syndrôme de la boulimie livresque et des achats de livres compulsifs, je suis également auteure autoéditée à mes heures perdues. J'ai déjà deux ouvrages à mon actif : un recueil de nouvelles et une nouvelle romantique. N'hésitez pas à les découvrir en cliquant juste ICI !

 

8. Lire : un hobby solitaire ou pas du tout ?

Je répondrai ici que tout dépend des personnes qui nous entourent. Discuter de ses dernières découvertes, partager des avis, échanger des points de vue peut s'avérer enrichissant et extraordinaire si cela se fait avec d'autres mordu(e)s de lecture. À l'inverse, lire peut devenir une activité solitaire si nos proches, amis ou famille, ne partagent pas cette passion qui nous anime.

 

9. Quelques conseils pour celleux qui voudraient ouvrir un blog ?

Soyez vous-même. Je pense que c'est le plus important, car si l'on décide d'ouvrir un blog, c'est par plaisir, par envie de s'amuser et de découvrir d'autres sites qui nous ressemblent... Alors, en devenant blogueur, respectez vos valeurs, vos convictions, et n'essayez pas d'être quelqu'un d'autre, de faire comme tout le monde. Démarquez-vous, soyez unique et créez un univers qui correspond à la personne que vous êtes au quotidien, pas à celle que vous souhaitez incarner derrière votre écran.

Ne faites pas du blogging une contrainte hebdomadaire ou journalière. Par expérience, je sais que vouloir en faire trop et se répandre en de multiples sujets peut, au bout d'un moment, démoraliser et stresser la personne qui gère le blog, parfois même nuire à la qualité et à la diversité des articles. Donc, restez dans la positivité, dans l'énergie simple, la chaleur humaine, la convivialité de posts réguliers sur lesquels vous pouvez échanger avec vos abonnés, sans pour autant vous imposer un rythme infernal de publication.

Rendez votre blog attractif et intéressant. Soignez la mise en page et la qualité de vos billets, soyez attentif au visuel de votre blog, relisez toujours plusieurs fois vos chroniques pour être sûr de ne laisser échapper aucune faute : un blog dont le contenu se veut riche, travaillé et agréable à l'oeil suscite davantage l'intérêt et la curiosité de son lecteur.

 

10. Quels objectifs visais-tu quand tu as ouvert ton blog ?

En créant Graines de Souris, j'avais envie de faire découvrir mon petit monde, je souhaitais partager avec les autres blogueurs/blogueuses, mais aussi avec celles et ceux qui décideraient de me suivre, de se joindre à moi pour entamer ce voyage... La blogosphère est un vaste monde dont les frontières s'étendent un peu plus chaque jour, c'est une aventure incroyable, géniale, digne des plus grands romans !

Lorsque j'ai ouvert mon petit blog le 9 février 2017, je ne savais pas que, trois ans plus tard, je serais toujours là, accompagnée de mes abonnés et followers fidèles, des lecteurs d'un jour, des visiteurs de passage... Et cette sympathique communauté qui s'est formée autour de Graines de Souris me donne le sourire, elle me rend heureuse et me donne envie de continuer l'aventure, de poursuivre ma route et d'être encore là dans un an, deux ans, cinq ans... Qu'importe le temps, car tout ce qui compte pour moi, c'est de faire battre le coeur de cet univers que j'aime tant.

 

11. Tu as déjà imaginé ou eu une discussion avec un personnage de fiction ? Si oui, le.s.quel.s ?

En vérité, cela m'arrive souvent. Et en général, les scénarios improbables (et vraiment clichés, qu'on se le dise) qui prennent forme dans mon imagination ont pour seul but de rencontrer les book boyfriends de mon coeur : Jamie Fraser, Daemon Black, Damon Salvatore, Reyes, Grigore... Et oui, j'assume totalement de parler à des hommes terriblement beaux et qui, malheureusement, n'existent qu'entre les pages des livres dont ils sont issus !

**********

Voilà, c'est déjà terminé ! J'espère que cette seconde édition du Liebster Award vous aura plu, n'hésitez pas à me dire dans les commentaires ce que vous auriez répondu à ma place, car qui sait, je ne suis peut-être pas la seule à ranger mes bibliothèques de cette façon ou encore à communiquer de manière tout à fait irréelle avec des personnages sexy à en mourir et créés de toutes pièces par leurs auteurs... En tous les cas, je tiens à remercier Jay d'avoir pensé à moi pour ce TAG, je me suis bien amusée à y répondre !

Je vous dis à bientôt pour un prochain article.

Sue-Ricette

Posté par Sue-Ricette à 12:21 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 16 février 2020

Un amour de sacrifice

un-amour-de-sacrifice- Marie aura 50 ans dans quelques jours. Paul, l'homme avec lequel elle entretient une relation depuis trois ans, est beaucoup plus jeune qu'elle. Il est en âge de devenir père, elle ne peut plus être mère.

Et si, par amour, elle décidait de faire le plus difficile des sacrifices ? Et si Paul réagissait de façon inattendue ? -

**********

Mon avis :

Je tiens à remercier Valérie Bel, l'auteure de cette nouvelle, de m'avoir accordé sa confiance pour la lecture et la critique de son livre.

Que serions-nous prêts à faire par amour ? Aurions-nous le courage de songer à l'impensable ? Ces derniers temps, chacune de mes lectures me porte, à sa manière, vers ces questionnements, vers ces interrogations secrètes, énigmatiques, de vastes réflexions qui m'amènent à penser que la seule frontière qui nous sépare du bonheur amoureux est celle que nous choisissons d'ériger face à nos peurs profondes de l'inconnu et de ses mystères cachés...

**********

  • Ne me quitte pas

Chanson magnifique et puissante du répertoire de Jacques Brel, Ne me quitte pas m'inspire la supplique désespérée de Paul, l'amant de Marie, qui s'évertue à prouver son amour à celle qu'il aime et chérit plus que tout au monde, sous le regard vide et terne de cette femme qu'il adore. Pourtant, à 50 ans, Marie commence à voir la vie sous un nouvel angle et remet peu à peu en question la relation qu'elle entretient avec cet homme qu'elle aime et qui l'aime passionnément en retour. Elle qui ne peut rien lui offrir des cadeaux merveilleux de la fraîcheur, de la jeunesse du corps et de l'âme, elle qui ne peut réaliser son souhait de fonder une famille, comment peut-elle envisager de briser ses rêves et de réduire à néant ses espoirs au seul prétexte d'un caprice égoïste ?

Ainsi, Valérie Bel compose ici une courte tragédie romantique, où l'héroïne se trouve piégée entre la raison et le coeur. Tandis que l'une lui crie de renoncer à cette folie illusoire, l'autre tente de la rassurer et d'amener un peu de lumière dans les ténèbres de son existence. Cette nouvelle n'est pas sans me rappeler la pièce antique Antigone, dont l'histoire, devenue célèbre au fil du temps, nous raconte le destin funeste d'une femme qui, par amour de ses convictions, refuse de se plier aux bonnes moeurs, aux devoirs légitimes qui lui incombent. Un récit épique et intense, que Valérie Bel retranscrit de manière subtile et moderne sous les traits d'une quinquagénaire fatiguée, perdue dans les méandres de sa conscience. À l'inverse d'Antigone pourtant, Marie ne possède pas cette foi indestructible, cette détermination sans faille qui caractérise la jeune princesse grecque dans l'oeuvre de Sophocle et de Jean Anouilh. Ici, l'héroïne ne choisit pas de rester forte et brave, elle n'est pas convaincue de ses propres décisions et s'isole dans le déni pur et simple de ses sentiments véritables. Marie choisit de ne pas faire face à cette réalité qui s'impose à elle, qui l'attire inexorablement et qu'elle cherche vainement à repousser.

De par son humanité hésitante et frémissante d'incertitudes, Marie se voit errer dans les limbes d'une vie monotone, d'un quotidien assombri par le doute, les remords, les regrets que le temps, entité à l'humeur changeante, à la personnalité imprévisible, induit sournoisement dans son coeur ravagé par la tristesse sourde que les larmes ne parviennent pas à endiguer. La question qui se pose alors m'amène à porter sur cette magnifique histoire un regard métaphorique, à l'imaginer sous un angle plus philosophique pour mieux la comprendre : destin ou hasard, chacun(e) de nous est amené(e) à suivre une voie qui lui est propre, à tracer un chemin que seules nos décisions sont en mesure de dessiner pour nous permettre d'emprunter les différentes routes de notre existence. Un fil rouge invisible nous suit inlassablement, témoin de ce qui fut, de ce qui est et de ce qui sera, courant au loin, point quasi imperceptible à l'horizon... Alors que ce lien avait conduit Marie à connaître le bonheur aux côtés de Paul, elle a choisi d'emprunter un parcours sur lequel aucune corde écarlate ne serpente pour la guider. Elle marche, seule, désemparée, effondrée, elle chemine doucement sans savoir où ses pas la mèneront. La tentation de faire demi-tour ne la quitte pas, les empreintes laissées dans le sable de sa déchéance sont encore là, derrière elle, mais la faible persuasion qui l'habite l'en dissuade à jamais.

Alors qu'une nouvelle histoire semble s'écrire pour Marie, le sentier constamment obscurci par la tempête sur lequel elle avance péniblement pourrait-il être un raccourci inattendu vers la lumière ? Je n'en dirai pas davantage ici, car la lecture de cette nouvelle vaut vraiment le détour et nous apprend que quoi qu'il arrive, une force au-dessus de nous, une main bienveillante nous amène toujours à vivre cette vie qui n'appartient qu'à nous.

**********

  • Un récit autoédité

L'autoédition est une merveilleuse aventure littéraire que j'ai le plaisir de connaître sous ses deux aspects principaux : la chronique et l'écriture. En tant que blogueuse, j'aime découvrir des auteur(e)s autoédité(e)s, partager et échanger avec eux tout comme je le fais avec vous, mes lecteurs et abonnés, j'aime comprendre et apprécier leurs histoires, me plonger dans leur imaginaire romantique, feel good, fantastique, fantasy... C'est une expérience enrichissante et dont, je trouve, nous sommes trop peu à parler, car l'autoédition ne vaut pas moins que l'édition classique ! L'on peut être déçu par un livre publié dans une grande maison d'édition, tout autant qu'il peut arriver de ne pas adhérer à une intrigue autoéditée.

Ce sont là les aléas de la vie de lecteur, qui font que certaines de nos découvertes nous laissent un souvenir mémorable, mais pas forcément dans le bon sens du terme. Et aujourd'hui, avec cette chronique, j'ai envie de rendre ses lettres de noblesse à l'autoédition, qui contient de merveilleuses pépites que je n'aurais jamais soupçonnées si je n'avais pas fait le premier pas vers ce chemin peu commun de la littérature. Alors, n'ayez pas peur de laissez entrer dans vos vies des ouvrages comme ceux de Valérie Bel, car ils ouvrent des portes vers des mondes fabuleux qui pimentent le quotidien et lui apportent cette petite touche de magie !

**********

En résumé, Un amour de sacrifice est une lecture que j'ai tout simplement adorée ! Ne vous fiez pas à la trentaine de pages de ce récit, laissez-le vous charmer à sa façon, laissez-le travailler dans l'ombre de votre inconscient à vous donner le sourire et à vous faire aimer la vie comme jamais auparavant... Une courte aventure au pays de l'Amour, une nouvelle poétique et pleine d'émotions.

**********

Détails sur ce livre :

Un amour de sacrifice, autoédité en ebook

Auteur : Valérie Bel

Nombre de pages : 30 pages (au format numérique)

**********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

coup de coeur

Posté par Sue-Ricette à 12:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,