mercredi 15 novembre 2017

La Passe-Miroir - Tome 1

la-passe-miroir-1- Ophélie vit sur l'arche d'Anima avec sa famille, qui ne rêve que d'une chose : la marier ! Après de nombreuses tentatives infructueuses, sa mère apprend finalement à la jeune fille qu'elle va épouser Thorn, un homme froid et peu loquace habitant la Citacielle. Contrainte de partir, Ophélie ne pourra compter que sur ses dons de liseuse et sa capacité à traverser les miroirs, pour comprendre le rôle qu'elle a à jouer dans cette histoire. Pourquoi doit-elle cacher sa véritable identité ? Quel est le but de son union avec Thorn ? -

**********

Mon avis :

La Passe-Miroir est sans aucun doute le livre dont j'ai le plus entendu parler depuis que je me suis remise à lire. BookTube et la blogosphère regorgent d'avis très positifs sur ce roman, voire coups de coeur pour un grand nombre d'entre eux ! Cela m'intriguait, je me demandais ce que cette histoire pouvait bien renfermer pour être aussi appréciée.

Après quelques mois d'attente, je me suis enfin lancée dans la lecture du tome 1 de la saga écrite par Christelle Dabos, et je comprends maintenant pourquoi tout le monde recommande ce roman avec autant de ferveur. J'ai été conquise par ma lecture, c'est un gros coup de coeur ! Et je vous propose de détailler tout ça avec moi :)

**********

  • Ophélie : une héroïne insoupçonnée

Dans La Passe-Miroir, nous allons suivre les aventures d'Ophélie, une jeune fille vivant sur l'arche d'Anima. Conservatrice du musée national, elle aime la compagnie des archives dont elle s'occupe, de son écharpe élimée, de son oncle et de son petit frère, les seules personnes qu'elle apprécie vraiment. Mais sa mère n'a qu'une idée : la marier !

Le jour où sa soeur débarque à l'impromptu au musée pour lui annoncer que son mariage a été convenu et qu'elle ne peut refuser cette union, Ophélie est désemparée, prête à tout pour échapper au destin morne de dame de la cour qui l'attend... Car son futur mari n'est pas n'importe qui ! Il est l'intendant de la Citacielle, une arche appartenant au Pôle, et l'héritier de la lignée des Dragons.

Résignée, la jeune fille quitte Anima pour le Pôle glacial et fort peu accueillant, où elle va découvrir que toute cette histoire de mariage n'est qu'un prétexte à des ambitions bien plus grandes que ce qu'elle imaginait. Ce sont les grandes lignes de ce roman, qui va nous amener bien plus loin que la simple intrigue mystérieuse et à laquelle on trouve facilement une solution ! Ophélie est le personnage principal, et c'est grâce à elle que La Passe-Miroir évolue de manière progressive vers un ouvrage captivant et complexe.

Trahisons, complots et intrigues de cour sont les maîtres mots du livre de Christelle Dabos. Et Ophélie, par ses agissements et ses réflexions, va changer le point de vue du lecteur ! Lorsque j'ai commencé à lire Les Fiancés de l'Hiver, j'ai été rapidement happée par l'histoire, une excellente association de littératures Fantasy et jeunesse, mais je ne m'attendais pas à pénétrer dans un univers où le pouvoir et l'ambition sont rois.

Notre jeune héroïne n'est pas préparée à tout cela, et va devoir apprendre à faire avec : ces sourires de façade deviennent son quotidien, et les nobles ne se complimentent que pour mieux se haïr. Au début du roman, Ophélie semble fade et terne, tout comme ses lunettes dont le verre se teinte d'une certaine couleur selon son humeur. Mais plus l'histoire avance, plus elle s'enhardit ! Elle qui paraît faible, fragile et inintéressante, se révèle être une femme forte, très intelligente et débrouillarde.

Ophélie sait s'adapter à chaque situation, son don de liseuse et sa capacité à traverser les miroirs ne sont que des plus à ajouter à son incroyable personnalité. Je pense que son personnage est devenu l'un de mes préférés dans la littérature, car c'est une héroïne insoupçonnée ! Rien ne la prédisposait à devenir le centre de cette histoire, et elle est finalement bien plus importante que ce qu'elle croyait.

**********

  • Christelle Dabos : une plume incroyable !

Si l'intrigue et les personnages m'ont totalement conquise, la plume de l'auteure est tout simplement sublime ! Christelle Dabos emploie un vocabulaire riche et soutenu, les tournures de phrases sont distinguées, car le contexte social ainsi que les lieux imaginés s'y prêtent très bien : la majeure partie de l'histoire se déroule dans des châteaux, où les personnes les plus nobles sont invitées à séjourner et à profiter du bon temps à la cour.

L'auteure sait choisir les mots en fonction de la situation, en fonction du ton avec lequel elle fait parler ses personnages. Elle réussit à merveille à doser les termes élégants et à jongler avec un lexique plus courant. Le lecteur va peu à peu s'identifier au personnage d'Ophélie, puisque c'est à travers ses yeux que l'on voit tout. La plume de Christelle Dabos est belle, fluide, intense, ironique, désinvolte parfois... Pour ma part, je l'ai énormément appréciée, d'autant plus qu'elle nous offre également une palette d'émotions variée, avec la crainte, le doute, la joie, la tristesse, la haine, la froideur, le mépris, la douceur...

**********

  • Le tome 2 : une suite prometteuse...

La suite de ce premier tome promet d'être tout aussi intrigante et prenante, et pleine de rebondissements. Je pense que l'auteure va encore davantage accentuer le coté fourbe de nombreux personnages, et l'intrigue va aller crescendo pour nous faire nous poser toujours plus de questions au sujet de Thorn, de Berenilde, d'Archibald, du Chevalier et même d'Ophélie.

Car si la jeune fille est pour le moment le seul personnage digne de confiance dans ces romans, le flou et le doute planent sur les autres protagonistes et leurs véritables intentions. Le tome 2 ne nous donnera peut-être pas les réponses aux interrogations qui nous taraudent l'esprit, mais il apportera certaines clés, certains indices, qui nous aideront à mieux comprendre le fin mot de tout cela.

**********

En résumé, vous l'aurez compris, j'ai adoré Les Fiancés de l'Hiver ! J'ai eu un peu de mal à mettre mes idées en place de manière concise, car le coup de coeur que j'ai eu pour cette histoire a légèrement désordonné mes pensées et mes réflexions, donc j'espère que le tout est quand même bien structuré. En tout cas, La Passe-Miroir est une saga que je vous recommande chaudement à mon tour, pour son univers, ses personnages, son intrigue... bref, je ne peux que vous conseiller de la lire !

**********

Détails sur ce livre :

La Passe-Miroir - Tome 1, publié aux éditions Gallimard

Auteur : Christelle Dabos

Nombre de pages : 519 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

116742601_o

Posté par Sue-Ricette à 08:30 - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : ,


mercredi 8 novembre 2017

Tobie Lolness - Tomes 1 et 2

tobie-lolness- Tobie Lolness est le fils de Sim, un éminent scientifique de l'Arbre connu pour ses travaux sur la vie, les insectes, les oiseaux... Le jour où Sim dévoile une invention qui pourrait changer le cours des choses des Cimes jusqu'aux Basses branches, tout le monde se retourne contre lui et sa famille. Désormais ennemis publics n°1, les Lolness n'ont plus qu'une chance de s'en sortir : Tobie. Il s'est enfui et est devenu un fugitif, mais il est prêt à tout pour sauver ses parents et Elisha, une jeune fille aussi mystérieuse que belle, une amie et peut-être même plus... -

**********

Mon avis :

J'adore la nature, les arbres, le vent, les feuilles et leurs couleurs changeantes... Et cet amour se ressent également à travers la littérature ! Un roman qui narre les aventures d'un petit homme pas plus haut que le pouce, un roman jeunesse où la nature est le coeur même de l'histoire... Tobie Lolness ne pouvait que me plaire, et ce fut le cas !

**********

Le coup de coeur n'est pas passé loin, mais j'ai beaucoup apprécié ma lecture. Timothée de Fombelle a écrit une histoire magnifique qui peut être lue à tout âge. En trois points, je vous propose de découvrir ces romans plein de vie ! :)

  • L'intrigue : notre monde expliqué par la fiction

Tobie Lolness est une duologie jeunesse incroyable. J'ai adoré les personnages, leur façon d'agir et de penser, les décors naturels, la société de l'Arbre qui possède des codes presque similaires aux nôtres... À la base, le monde dans lequel vivent Tobie et sa famille est paisible. Sim Lolness est un scientifique reconnu et apprécié, jusqu'au jour où il dévoile une machine révolutionnaire, capable de changer le quotidien de tout un chacun.

Jo Mitch est l'antagoniste de cette histoire, et il tentera par tous les moyens d'obtenir le secret de cette machine ! Peu importe si l'anarchie s'installe progressivement dans l'Arbre, peu importe si l'on place un tyran à la tête de la société, peu importe si la moralité et le bon sens sont bafoués... Le peuple de l'Arbre n'est pas différent de nous : ils sont humains au fond, mais certains sont trop fiers, d'autres n'en ont pas conscience et d'autres encore sont privés de leur humanité.

À travers la fiction, Timothée de Fombelle transmet un message d'actualité au public. C'est un peu la même chose que dans le roman de Ray Bradbury, Fahrenheit 451 : l'auteur s'implique de manière implicite dans son ouvrage, pour dénoncer des faits majeurs, pour attirer l'attention des gens sur des causes importantes. Tobie Lolness vise principalement la jeunesse, car les jeunes sont assez réceptifs à ces messages cachés, mais les adultes peuvent tout autant lire cette duologie riche en valeurs altruistes et humaines !

**********

  • La plume de l'auteur : unique !

J'ai totalement adhéré à la plume de l'auteur ! Timothée de Fombelle a un style unique, direct, beau, fluide, piquant parfois, émouvant... bref, j'ai énormément apprécié son écriture ! On passe de la tristesse à la joie, du doute à la certitude, de la bienveillance à la méchanceté et d'autres encore ! Les mots sont soigneusement choisis, rien n'est laissé au hasard, pas même les expressions de notre quotidien.

L'auteur donne un sens original à des phrases telles que vieille branche, il n'est pas dans son assiette... Chaque action des personnages, chaque pensée, chaque parole est essentielle et les mots prennent un sens nouveau sous nos yeux ! Les personnages sont très recherchés, leur psychologie est fouillée, du recoin le plus sombre du cerveau de Léo Blue jusqu'à la petite étincelle de bonté qui caractérise si bien Tobie.

C'est un point qui m'a beaucoup plu. On se représente très bien les Cimes, les Basse branches ou encore les Rameaux, car chaque ligne de ces romans regorge de détails immersifs. Les animaux peuplant l'Arbre ne sont pas oubliés non plus, et on arrive facilement à s'imaginer dans la peau de Sim Lolness ou Tobie pour mieux observer les oiseaux, les charançons, les fourmis...

**********

  • Tobie : dans son coeur et dans sa tête...

Le seul point plutôt négatif de ma lecture est le personnage de Tobie. Nous allons suivre ses aventures à travers deux livres, nous allons apprendre à mieux le connaître, car il faudra affronter les insectes, le froid, la faim, la haine de ses amis... mais malgré tout, il me manquait quelque chose ! J'avais placé la barre de mes attentes très haut, et on pourrait penser que je chipote, mais je n'ai pas eu l'impression de sentir Tobie totalement impliqué dans ce tout ce qui lui arrive.

Alors oui, on le suit dans sa tête et dans son coeur, mais au niveau des dialogues et des différentes interactions entre les personnages, Tobie est assez absent. Étant donné qu'il est le héros de cette histoire, j'aurais aimé "l'entendre" davantage. À de nombreuses reprises, ses silences parlent d'eux-mêmes et nous laissent deviner qu'il a un plan, une idée pour aider tout le monde...

Ce sera peut-être un détail pour vous lorsque vous lirez les romans de Timothée de Fombelle, mais cela a eu un certain effet sur moi. Ce n'est pas grand chose et ma lecture n'en a pas pour autant été gâchée, mais je trouve que cela aurait été un plus à ajouter à l'univers rocambolesque de Tobie Lolness !

**********

En résumé, j'ai adoré ma lecture ! Tout était fait pour me plaire, j'ai adhéré à l'imagination débordante de l'auteur, à sa plume et aux personnages qu'il a créés. J'aurais pu encore évoquer d'autres aspects de ces livres, comme les révélations inattendues qui surprennent le lecteur, le rythme prenant, les illustrations... Mais les points que j'ai soulevés ici sont ceux qui m'ont le plus marquée.

Je ne ressors pas du tout déçue de cette duologie, au contraire, même s'il me manque cette petite note d'implication totale de la part de Tobie. En tout cas, ces romans sont à découvrir et à partager. Que vous soyez jeunes, moins jeunes, amateurs de littérature jeunesse ou pas, foncez !

**********

Détails sur ces livres :

Tobie Lolness - Tomes 1 et 2, publiés aux éditions Gallimard

Auteur : Timothée de Fombelle

Nombre de pages : 311 pages (tome 1) et 343 pages (tome 2)

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

117325945

Lus pour le Pumpkin Autumn Challenge, dans la catégorie Féérique Citrouille, Bibbidi-Bobbidi-Boo !

Posté par Sue-Ricette à 08:34 - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 25 octobre 2017

Pierre et Jean

pierre-et-jean- Pierre et Jean raconte l'histoire de deux frères : Pierre, l'ainé, médecin, brun, impulsif et colérique ; Jean, le cadet, avocat, blond, doux et calme. Ce court roman raconte comment Jean hérita de la fortune d'un ami de ses parents, et comment Pierre en devint jaloux. Il raconte aussi les soupçons naissants et grandissants de l'ainé sur sa mère... Le passé de sa famille peut-il lui apporter les réponses ? -

**********

Mon avis :

En ce moment, j'étudie le réalisme et le naturalisme. Ces deux mouvements comptent de nombreux auteurs et artistes au XIXe siècle, et Guy de Maupassant en fait partie. J'ai lu Pierre et Jean, un court roman de 217 pages, qui parle de jalousie, de secrets de famille et d'amour... Ce fut pour moi une lecture coup de coeur et je vous propose de détailler tout ça en trois points ! :)

**********

  • L'histoire

Dans Pierre et Jean, nous allons suivre le quotidien d'une famille bourgeoise du Havre, les Roland. Pierre et Jean, les deux fils, sont à l'opposé l'un de l'autre mais vivent heureux avec leurs parents. Les journées sont calmes, on va souvent pêcher dans le bateau familial, on dîne quelquefois avec Madame Rosémilly, une jeune veuve et amie des Roland.

Jusqu'au jour où le notaire annonce à Jean, le cadet, qu'il vient d'hériter de la fortune de Monsieur Maréchal, un ancien ami de la famille, mort il y a peu. L'étonnement et la surprise se font d'abord ressentir, pour ensuite laisser place à la joie et à la fierté des parents pour leur fils maintenant riche !

Ce n'est pourtant pas vraiment la même chose pour Pierre, l'ainé, qui se rend bien compte que son frère a hérité de tout l'argent de ce Monsieur... Cela le laisse un peu abasourdi, étant donné que Maréchal connaissait et appréciait les deux frères depuis leur plus jeune âge. L'esprit de Pierre se met alors à bouillir de mille questions, auxquelles le jeune homme tentera d'apporter des réponses.

Une fois les bases de l'histoire posées, on peut se lancer les yeux fermés dans ce livre ! Guy de Maupassant invite le lecteur à découvrir un court roman haletant, dans lequel les soupçons et le doute sont très présents. Pourquoi Pierre irait-il chercher des réponses à ses questions dans le passé de sa mère ? Qui est vraiment cette femme ? L'auteur nous donne une piste, que l'on suit en même temps que le héros : on progresse avec lui, on apprend, on réfléchit...

Cette idée revient assez souvent dans le roman, mais Maupassant s'arrange parfois pour réussir à nous faire changer d'avis : peut-être que ce n'est pas ce que l'on croit, toute cette histoire pourrait n'être simplement que de mauvaises pensées émises par un frère jaloux... C'est un tour de force psychologique que nous propose l'auteur, notamment avec les personnages !

**********

  • Les personnages : entre réalisme et naturalisme

Pierre et Jean sont frères, mais tout les oppose : caractère, physique, parcours scolaire... Lorsque Jean apprend qu'il hérite de la fortune de Monsieur Maréchal, Pierre se sent lésé, oublié, une jalousie naissante s'insinue doucement en lui, des préoccupations nouvelles et un comportement que sa famille ne lui connaît pas. Il se replie davantage sur lui-même, parle peu, rentre tard, réfléchit durant plusieurs heures dans le port du Havre, devient désagréable et bougon...

Les questions qui le taraudent le minent, l'empêchent de dormir la nuit, le rendent mauvais et très soupçonneux à l'encontre de sa mère. Pour se détendre, il essaie d'envisager l'avenir de manière positive, se disant qu'il peut accomplir autant de choses que son frère mais en travaillant pour y parvenir ; il imagine son futur cabinet de médecin, cherche des locaux, compare les sommes à payer, pense à son organisation et détermine les prix à pratiquer.

Et pour cela, Guy de Maupassant a poussé toutes ces descriptions jusqu'au naturalisme. Des expressions, des détails, des jeux de mots... autour du personnage de Pierre, tout s'accentue de manière technique et scientifique ! Le naturalisme est un mouvement littéraire, notamment caractérisé par l'oeuvre d'Émile Zola avec la série des Rougon-Macquart. Maupassant est en quelque sorte un prédécesseur de cette idée encore plus développée que le réalisme.

Pour moi, ce grand auteur du XIXe siècle est à mi-chemin entre les deux mouvements littéraires. Et les personnages de Pierre et Jean le montrent bien ! Car si l'ainé est médecin, ce n'est pas pour le simple plaisir de lui attribuer une fonction : les détails naturalistes sont bien présents, même si le roman est plutôt à dominante réaliste.

Jean, le cadet, est doux, calme et bon pour sa famille. Son frère le trouve naïf et simplet, incapable de raisonner justement et de faire bon usage de sa nouvelle fortune ! Je ne vous en dis pas plus à ce sujet, car ce serait vous spoiler. Mais si l'ainé est un homme de sciences, le cadet est un homme de lettres : avocat, Jean donne l'impression d'écouter les conseils de ses parents, qui lui suggèrent de dilapider son argent !

Guy de Maupassant laisse son lecteur se fondre dans cette impression, jusqu'à lui faire partager certains sentiments haineux de Pierre. Les 217 pages nous laissent supposer des frères totalement opposés, mais au final pas tant que cela... La chute de ce roman est belle et quelque peu inattendue, elle nous permet de nous projeter dans une suite et d'imaginer les évènements qui pourraient se produire.

**********

  • La plume de l'auteur : sublime !

Si l'histoire et les personnages font la majeure partie du travail, la plume de l'auteur fait le reste ! Comment vous dire que j'ai adoré le style d'écriture de Maupassant ?! J'avais l'impression de lire un roman moderne, contemporain, avec des expressions du quotidien et des tournures de phrases compréhensibles et immersives... À aucun moment je ne me suis ennuyée, les mots sont choisis mais jamais démodés, ils apportent un coté haletant et une atmosphère pesante à l'histoire.

Je pense que je lirai d'autres oeuvres de Guy de Maupassant, pour comparer sa plume d'un récit à l'autre, voir si je retrouve ce style moderne et addictif ! Parce que oui, j'ai totalement adhéré à ce roman et c'est une lecture coup de coeur pour moi. Le livre n'est pas très gros, les pages défilent sous nos yeux, notre cerveau cherche à comprendre, et la plume de l'auteur est tout simplement sublime !

**********

En bref, je ne peux que vous recommander de lire Pierre et Jean. C'est un classique de la littérature française, écrit par un grand auteur du XIXe siècle, court, prenant, intéressant, avec une intrigue située au Havre, dans le port, sur la mer... Une belle découverte pour moi, que je relirai très certainement !

**********

Détails sur ce livre :

Pierre et Jean, publié aux éditions Le Livre de Poche

Collection : Les Classiques de Poche

Auteur : Guy de Maupassant

Nombre de pages : 217 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

116742601_o

Posté par Sue-Ricette à 14:27 - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 18 octobre 2017

Miss Peregrine et les enfants particuliers - T.1

miss-peregrine- Jacob Portman, 16 ans, se souvient qu'il adorait écouter les histoires de son grand-père étant plus jeune. La Seconde Guerre Mondiale, l'orphelinat au Pays de Galles, Miss Peregrine Faucon, les enfants particuliers... Jusqu'au jour où son grand-père l'appelle, paniqué. Jake vient le voir au plus vite et le découvre blessé à mort. Le jeune garçon entr'aperçoit le visage effrayant d'une créature présente sur les lieux, et pour comprendre les dernières paroles de Abe, son grand-père, il va partir à la recherche des enfants particuliers... -

**********

Je dédie cette chronique à Loulou et à mes ami(e)s Livraddictien(ne)s, avec qui j'ai lu le premier tome de Miss Peregrine et les enfants particuliers :) Merci à toutes et tous, c'était vraiment chouette !

**********

Mon avis :

J'ai lu ce roman dans le cadre d'une lecture commune sur Livraddict, et j'ai beaucoup aimé ma lecture. Nous sommes sur un roman Fantasy/fantastique, avec une intrigue originale et prenante ! Miss Peregrine et les enfants particuliers est une très bonne histoire, seuls deux éléments ont fait baisser ma note. Je vous propose de détailler tout ça avec moi :)

  • Jacob : entre héros et personne lambda

Je vais commencer par un des deux points négatifs de ma lecture, à savoir le personnage principal : Jacob. Pour moi, il n'est ni héros, ni Monsieur-tout-le-monde. Sa vie bascule du jour au lendemain, son grand-père meurt dans d'étranges conditions et il doit comprendre ce qui s'est passé.

Je suis d'accord avec l'auteur au premier abord : en allant au Pays de Galles, on ne s'attend pas vraiment à découvrir des enfants particuliers doués de capacités extraordinaires, ni à faire des voyages dans le temps ! Mais j'ai trouvé Jacob trop terre à terre pendant une bonne partie de l'histoire.

Il se croit en plein rêve jusqu'à la moitié du roman environ. Il y a un mieux à partir de là, mais on retombe rapidement dans l'état d'esprit de ce garçon qui n'arrive toujours pas à y croire. Sans vous spoiler quoi que ce soit, vers la fin du livre, Jacob a découvert beaucoup de choses sur le passé de grand-père. Il est comme lui, mais se refuse à cette idée : lui veut vivre une vie normale.

C'est une facette de ce personnage que j'ai trouvée agaçante. Découvrir une chose à laquelle on ne s'attendait pas du tout suscite toujours l'étonnement et le doute. Mais une fois que l'on a tous les éléments en main, que la vérité s'est imposée à nous, comment peut-on encore rejeter ce que l'on a devant les yeux ?

De plus, Jacob est un personnage assez plat. Avec lui, je n'ai pas ressenti autant d'émotions que le roman de Ransom Riggs voulait en faire passer. À certains moments, il m'a fait penser à Clary dans The Mortal Instruments : plus observateur, que héros. Je trouve qu'il faut savoir doser le niveau d'action dans un roman. Trop de rebondissements, et tout va trop vite. Pas assez, la lecture n'avance pas et le rythme est lent.

Dans Miss Peregrine et les enfants particuliers, le rythme est bien jaugé. L'auteur a réussi à me prendre au jeu de son histoire, tout en ménageant les révélations inattendues ! Pourtant, le personnage de Jacob est parfois trop plat vis-à-vis de certaines situations : il ne réagit pas, ou alors assez tardivement, ou encore pas comme il aurait fallu...

Si mon amie Plouf (je te fais plein de bisous si tu passes par ici ♥) était là, elle dirait : "C'est un personnage intéressant, parce qu'il ne passe pas d'une personne comme toi et moi, au héros invincible, qui sait déjà comment se battre et qui a une mentalité à toute épreuve !". Et je suis d'accord, Jacob a au moins ça pour lui qu'il reste humain malgré tout, avec ses peurs, ses doutes, ses points forts et ses points faibles...

**********

  • La fin du roman : pas une chute en soi...

Rassurez-vous, je ne vais pas vous dévoiler les dernières pages de Miss Peregrine et les enfants particuliers ! :) Je tenais simplement à éclaircir ce point, qui me semble un peu bâclé par l'auteur. Alors oui, les toutes dernières lignes nous laissent présager un très bon second tome, mais j'ai eu l'impression d'un cheveu sur la soupe. J'aurais aimé avoir une fin plus étoffée, avec une phrase clôturant ce premier tome.

Je pense que l'auteur aurait pu la travailler davantage : faire planer le doute du lecteur sur le tome 2, mais ne pas laisser le tome 1 en suspens. En bref, je suis un peu restée sur ma faim !

**********

  • L'intrigue et les personnages

On passe aux points positifs de cette lecture, avec tout d'abord l'intrigue. Ransom Riggs nous propose un roman au titre assez accrocheur et à l'intrigue pour le moins originale ! Miss Peregrine et les enfants particuliers est ce genre de livres que j'apprécie énormément, avec des thèmes inhabituels et/ou peu exploités d'ordinaire dans la littérature Fantasy/fantastique.

Avec le livre de Ransom Riggs, nous restons dans notre monde. Seuls les décors, les lieux et le temps changent. La traversée du temps est le thème que j'ai préféré dans cette histoire ! C'est vraiment bien imaginé, à aucun moment l'auteur ne s'emmêle dans ses explications de boucles, de futur et de passé... Bref, j'ai adoré !

Je vous ai parlé plus haut de Jacob, mais les enfants particuliers sont de loin les personnages que je préfère dans ce roman. Millard, le garçon invisible, est drôle, sensible et ce serait super sympa d'avoir un ami comme lui ; Bronwyn, c'est un peu le garçon manqué de la bande : sous sa force surhumaine, se cache une petite fille au grand coeur ; il y aussi Claire, Hugh, Fiona, les Jumeaux, Olive, Enoch et Emma, que j'ai su apprécier à mesure que l'histoire avançait.

J'ai beaucoup aimé aussi le fait que des photos soient incluses sur certaines pages, cela donnait un côté vrai et authentique au roman. Elle représentent pour la plupart les enfants particuliers, mais aussi des lieux, des souvenirs... J'ai trouvé très agréable d'avoir un support pour mieux imaginer l'univers de ce livre.

**********

En bref, j'ai passé un très bon moment de lecture ! Si vous êtes amateur de Fantasy et/ou de littérature fantastique, je vous recommande chaudement Miss Peregrine et les enfants particuliers. Et si vous n'aimez pas particulièrement ces genres littéraires, je vous le conseille également ^^ Mis à part Jacob, qui est parfois énervant et un peu décevant, l'histoire est top !

**********

Détails sur ce livre :

Miss Peregrine et les enfants particuliers - T.1, publié aux éditions Le Livre de Poche Jeunesse

Auteur : Ransom Riggs

Nombre de pages : 436 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

117325945

Lu pour le Pumpkin Autumn Challenge, dans la catégorie Creepy, Spooky, Halloween

Posté par Sue-Ricette à 08:12 - Commentaires [45] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 11 octobre 2017

Wonder

wonder- August Pullman, dix ans, n'est jamais allé à l'école. Né avec une malformation au visage, il va pourtant intégrer un collège et se faire peu à peu accepter par les autres élèves. La vie est faite de bonheur, de joie, de petits tracas comme de gros chagrins, de réflexions, d'amitié et de solidarité. Wonder est une magnifique leçon de vie, un petit bijou de sensibilité et de drôlerie ! -

**********

Mon avis :

Avec Wonder, je ne suis pas passée loin du coup de coeur. Ce roman touchant et émouvant n'a pas réussi à me transporter autant que ce que j'aurais souhaité. J'en ai peut-être attendu trop, avec tous les avis positifs que j'ai pu lire et voir sur la blogosphère et BookTube...

Nous y rencontrons August, un petit garçon de dix ans né avec une malformation faciale. Il n'est jamais allé à l'école, il a appris avec sa mère et le reste de sa famille. Le regard des autres, leur jugement... c'est un frein pour August, qui décide pourtant d'intégrer le collège Beecher à la rentrée.

L'établissement semble accueillant, le personnel à l'écoute. Pour l'aider à s'adapter, le directeur réunit trois élèves pour lui faire visiter le collège. Tout pourrait bien se passer, mais Julian, un des trois collégiens, fait des remarques déplaisantes sur le visage d'August, le bouscule et commence à le prendre à part...

C'est le début de bien des malheurs pour August, qui saura malgré tout retrouver sa joie de vivre.

**********

Wonder fut une lecture poignante et magnifique, mais je n'ai pas accroché sur certains points. J'ai vécu de très beaux moments en compagnie d'August, mais je n'étais qu'observatrice et l'auteure n'a pas su totalement m'immerger dans l'histoire de ce petit garçon.

  • Les intentions de l'auteure

R.J. Palacio a écrit un roman complètement empreint de réalisme. En effet, la malformation dont souffre August dans l'histoire existe bel et bien, et elle touche un assez grand nombre de personnes à travers le monde. L'auteure a voulu sensibiliser le public à ce genre de problèmes, auxquels chacun peut être confronté au cours de sa vie.

Le quatrième de couverture indique : Ne jugez pas un livre un garçon sur sa couverture son visage. Pour moi, cette phrase résume à elle seule l'esprit du livre : ne pas se fier aux apparences. Derrière un garçon au visage repoussant, se cache un enfant au grand coeur, drôle et attachant ! La vie est faite de telle sorte, que tout le monde ne démarre pas et n'évolue pas de la même manière. Mais chacun d'entre nous a droit aux mêmes chances de vivre et de réussir, quels que soient ses origines, ses convictions, sa couleur de peau, son état de santé, son âge, son sexe...

**********

  • Les personnages et leurs émotions

Si Wonder est aussi unique, c'est pour son histoire ! Parler d'une personne comme vous et moi n'aurait pas un intérêt particulier, sauf si cette personne développe des capacités physiques, mentales ou intellectuelles extraordinaires. August ne lit pas dans les pensées, il ne court pas super vite, il n'a pas une force surhumaine... Il est juste difforme, mais c'est sa différence physique qui le rend si particulier !

On s'attache très rapidement à lui, on entre peu à peu dans son quotidien, entre sa famille et l'école. August est un garçon adorable et courageux, mais pour moi l'auteure n'a pas su restituer toutes les émotions véhiculées par son roman. Peut-être que je chipote un peu, mais je pense que la personnalité des héros de cette histoire, même si elle est recherchée et travaillée, demandait à être encore un peu plus fouillée.

Olivia, la soeur d'August, est tiraillée entre deux émotions : l'amour et la jalousie. Elle aime son petit frère d'un amour incommensurable, mais ses parents se soucient beaucoup d'August à cause de sa santé, et elle se sent un peu oubliée... L'alternance de ces deux ressentis est très bien imaginée, mais j'aurais voulu m'émotionner davantage, vivre l'inquiétude et la sérénité, la tristesse et le bonheur de la famille Pullman.

Seuls deux personnages ont réussi à m'immerger totalement dans le récit, et il s'agit d'August et Jack. Même si je pense que la psychologie d'August aurait pu être légèrement plus approfondie par R.J. Palacio, c'est vraiment un de mes protagonistes préférés avec son ami Jack. Ce dernier est le meilleur ami que chacun d'entre nous voudrait avoir ! L'histoire nous laisse indécis sur ses intentions jusqu'à la moitié du roman environ, mais Jack se révèle être d'un grand soutien pour August.

Tous les deux vont beaucoup s'apporter mutuellement : des jeux, des blagues, ils révisent leurs cours ensemble... Bref, August et Jack deviennent inséparables !

**********

  • La mise en page de Wonder

Je ne vous en parle pas très souvent, mais la mise en forme d'un livre est quelque chose d'important pour moi. Wonder est unique autant par son histoire, que par la façon dont les chapitres sont organisés. On rencontre plusieurs points de vue : Olivia, Jack, August... et d'autres encore ! J'ai trouvé cet aspect vraiment intéressant, car tous reprennent la même histoire, celle d'August, mais chacun décrit à sa manière et avec ses mots comment il a vu et vécu les choses.

Le récit avance mais il côtoie aussi le passé de chaque protagoniste. Un point positif supplémentaire, qui apporte ce réalisme dont je vous parlais au début. August souffre beaucoup de sa malformation, et Wonder nous montre également que des gens comme vous et moi peuvent rencontrer des problèmes dans leur vie. Notre différence ne se voit pas forcément, mais elle existe.

**********

Pour terminer, je dirais simplement que Wonder est un très beau roman. De mon côté, j'ai trouvé que les émotions et la psychologie des personnages auraient pu être davantage développées et approfondies par l'auteure. R.J. Palacio a une plume belle, fluide et douce, adaptée à la jeunesse mais aussi à tous les âges de la vie. Si vous aimez les histoires tendres et émouvantes, les histoires qui délivrent un message fort et de tolérance, celle-ci ne pourra que vous plaire :)

**********

Détails sur ce livre :

Wonder, publié aux éditions Pocket Jeunesse

Auteur : R.J. Palacio

Nombre de pages : 405 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

117325945

Lu pour le Pumpkin Autumn Challenge, dans la catégorie "Fall" in Love

Posté par Sue-Ricette à 06:13 - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,


mercredi 27 septembre 2017

Fahrenheit 451

fahrenheit 451- Dans une société future, la lecture est considérée comme un acte anti-social. Toute personne détenant des livres est arrêtée et sa maison brûlée par les pompiers. Montag, un de ces hommes du feu, se met pourtant à rêver d'un monde où la lecture ne serait plus proscrite et dans lequel l'imaginaire aurait sa place. Devenu un dangereux hors-la-loi, Montag est traqué à cause de ses convictions et de ses idéaux... -

**********

Mon avis :

Dans le cadre des cours, et aussi par envie de découvrir un classique de la science-fiction dystopique, j'ai lu Fahrenheit 451. Écrit par Ray Bradbury en 1953, ce court roman est rapidement devenu un récit incontournable. Je n'ai pas été déçue de ma lecture, j'ai même passé un très bon moment en compagnie du pompier Montag.

Cet homme est au service de la loi, il est chargé de faire respecter l'ordre et de condamner les personnes possédant des livres en brûlant leur maison. Un jour, il rencontre une jeune fille, Clarisse, qui lui parle de nature, d'imagination, de retour à des valeurs simples...

Montag est un individu terre à terre, il se raisonne et trouve Clarisse simplement différente mais tenant des propos plutôt étranges. Ses paroles lui reviennent régulièrement en mémoire, et un changement s'opère peu à peu en lui : le monde n'est pas ce qu'il devrait être, les gens ne sont pas heureux, ils sont conditionnés, et le loisir est préféré au bon sens.

Commence alors pour Montag une quête dans son amour grandissant pour la littérature et la liberté de tout un chacun de penser...

**********

À la fois roman d'aventures, roman philosophique, initiatique et futuriste, Fahrenheit 451 fut une belle découverte pour moi ! J'ai su apprécier cet univers fragmenté, dans lequel une manière de vivre est imposée à la population. Les esprits rebelles existent pourtant bel et bien, ils défient les lois et bravent tous les dangers. À travers trois points, je vous propose de découvrir l'oeuvre de Ray Bradbury.

  • Une société conditionnée

Dans son roman, l'auteur a voulu dénoncer plusieurs choses qui se produisaient durant la seconde moitié du XXe siècle. Replaçons-nous dans le contexte historique de l'écriture de ce roman. En 1953, la guerre est terminée depuis quelques années mais le monde entier est à rebâtir et de nouveaux conflits font leur apparition. Avec la guerre froide qui oppose les États-Unis à l'URSS, reviennent la censure, la propagande, la dictature, l'oppression, la suppression de nombreuses libertés et le conditionnement culturel des populations...

C'est ce que Ray Bradbury a voulu montrer, grâce à des métaphores et une histoire inventée de A à Z. Ces ouvrages sont dits d'anticipation, car les erreurs commises par l'homme qui y sont évoquées sont censées permettre une prise de conscience de la part des gens, afin de ne pas reproduire ces erreurs dans le futur.

Dans l'univers de Fahrenheit 451, lire est considéré comme un crime. Les personnes défendant l'esprit critique et la liberté d'opinion de chacun sont condamnées, leur maison et leurs livres brûlés. Au fur et à mesure que l'histoire avance, on commence à comprendre que les dirigeants ont proscrit la lecture non pas pour des raisons de paix à cause des avis divergents des différents auteurs qui pourraient faire éclater une guerre, mais plutôt par intérêt personnel.

Cette interdiction en vient même à toucher l'intellect des populations, qui sont assommées depuis des années de discours tenus par la "famille". Ces personnes virtuelles, retranscrites par images sur des téléviseurs accrochés aux murs du salon de chaque foyer,  imposent aux gens une façon de penser. Plus personne n'est capable de réfléchir par lui-même et de se faire son propre avis sur la question !

Les écoles sont peu à peu fermées, la culture est progressivement remplacée par du divertissement télévisé. Tout le monde est soumis à une propagande quotidienne et ininterrompue, grâce à des petits écouteurs implantés dans les oreilles en permanence. Fahrenheit 451 pourrait être comparé à l'allégorie de la caverne de Platon, dans laquelle des prisonniers pensent connaître le monde et sa réalité depuis la caverne où ils sont enchaînés depuis leur plus jeune âge. Ils sont contraints d'observer des ombres projetées sur le mur qui leur fait face, des ombres matérialisées par la lueur d'un feu situé derrière eux.

Dans l'allégorie de la caverne, si un des prisonniers réussissait à se libérer de ses chaînes et à sortir au dehors, il serait aveuglé par la lumière et rapidement effrayé à l'idée de découvrir un monde qu'il ne connaît pas. C'est ce que j'ai pu retrouver dans le roman de Ray Bradbury, où des personnages, tels que la femme de Montag, ne veulent pas affronter leur peur et aller au devant de l'inconnu : ils préfèrent retourner dans la caverne pour rester avec ce qu'ils connaissent, avec leur réalité.

  • Clarisse, une jeune fille étrange

Guy Montag est pompier, son rôle est de brûler les livres des personnes ne respectant pas la loi. Un jour qu'il a terminé son service, en rentrant chez lui il tombe nez à nez avec une jeune fille. Elle lui dit s'appeler Clarisse et commence à lui parler de la beauté du ciel, de la lune et des étoiles. Montag l'écoute sans vraiment la prendre au sérieux.

Mais après leur entrevue, il va régulièrement repenser à ce qu'elle lui disait ce soir-là. Clarisse est étrange, différente des autres, sensible et nostalgique du temps d'autrefois... S'il était comme tout le monde, Montag l'aurait dénoncée pour ses propos bizarres et suspicion de détention de livres ; au de lieu de cela, il décide de la revoir et apprend avec elle des choses qui lui étaient inconnues.

Sa rencontre avec Clarisse est en quelque sorte le déclencheur de ce changement qui s'opère peu à peu en lui. La jeune fille ne lui a pas explicitement parlé des livres, pourtant elle a nourri en lui un amour grandissant pour la simplicité des choses, le savoir et la connaissance.

  • Le rythme, l'univers et les personnages

Dans Fahrenheit 451, on ne peut pas s'attacher aux personnages. Ils sont trop peu présents, et même le personnage de Montag est très effacé. J'ai trouvé cela normal de sa part, et l'auteur a vu juste en lui attribuant un caractère plein de doutes et de questionnements. Cela nous amène à réfléchir, et sans s'identifier au héros, on peut se mettre à sa place et imaginer son incompréhension à la découverte de cette face cachée du monde.

L'univers futuriste créé par Ray Bradbury est quasiment inexistant dans le roman. On trouve très peu de descriptions de la ville, des maisons, des lieux de travail... Cette absence de détails accentue l'impression d'inconnu. On se rapproche de Montag, on intègre son "apprentissage" en même temps que lui.

Le rythme est fluide, les pages défilent toutes seules et Fahrenheit 451 se lit rapidement. J'ai parfois eu du mal à comprendre certaines réflexions proposées par les personnages, et je pense qu'une relecture un de ces jours me fera du bien. L'auteur emploie un vocabulaire riche, varié, assez complexe et ponctué de nombreuses métaphores. J'ai trouvé les comparaisons vraiment intéressantes, les exemples sont mieux assimilés par le lecteur.

**********

Pour terminer, je dirais que les amateurs de science-fiction et de littérature classique peuvent le lire sans attendre ! À défaut d'être une pépite dans le genre de la dystopie, c'est une lecture enrichissante, profonde et qui donne matière à réfléchir. Fahrenheit 451 est un récit initiatique qui pose des problèmes qui existaient déjà au XXe siècle et Ray Bradbury a su y mettre les mots pour expliquer par la fiction ce qui se passe dans notre réalité.

**********

Détails sur ce livre :

Fahrenheit 451, publié aux éditions Folio

Collection : SF

Auteur : Ray Bradbury

Nombre de pages : 236 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

Posté par Sue-Ricette à 06:45 - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 20 septembre 2017

The Mortal Instruments - Tome 1

9782266244299- Lorsque Clary voit le plus beau garçon de la soirée tuer un homme sous ses yeux, rien ne laissait présager qu'elle se retrouverait impliquée dans une guerre ancestrale opposant des entités maléfiques aux Chasseurs d'Ombres, des hommes traquant monstres et autres forces démoniaques. Clary apprendra à ses dépens qu'elle est bien plus importante que ce qu'elle pensait, et qu'elle a un rôle fatal à jouer dans cette histoire... -

**********

Mon avis :

J'adore lire de la Fantasy ! Certaines séries sont pour moi des coups de coeur, tandis que d'autres sont de bonnes lectures, sans plus... C'est ce qui s'est passé avec la saga The Mortal Instruments, dont j'ai lu le premier tome il y a quelques temps.

Dans cette histoire, nous allons faire la connaissance de Clary, une adolescente de 16 ans. Elle mène une vie tranquille, avec Jocelyne, sa mère, Luke, son beau-père, et Simon, son meilleur ami. Un soir, la jeune fille veut s'amuser et décide d'aller faire la fête dans un club de nuit.

L'endroit est étrange, les gens aussi. Clary aperçoit deux adolescents, à peu près du même âge qu'elle, emmener un garçon dans une pièce éloignée de la piste de danse et qui semble invisible aux yeux de tout le monde. Poussée par la curiosité, elle les suit et découvre qu'ils sont en train de tuer le garçon...

Clary n'en croit pas ses yeux ! Elle prévient aussitôt Simon, qui la rejoint mais ne voit absolument rien : ni adolescents meurtriers, ni corps sans vie... La jeune fille ne le sait pas encore, mais elle vient de pénétrer dans un monde qu'elle seule arrive à voir, et se retrouve impliquée dans un conflit millénaire entre les forces du mal et les Chasseurs d'Ombres.

**********

The Mortal Instruments est une saga que l'on voit pas mal circuler sur les blogs, chaînes YouTube et réseaux sociaux. J'avais envie de me faire mon propre avis, et je dois dire que ma lecture de ce premier tome est mitigée. Aujourd'hui, je vous propose de découvrir les plus et les moins de La Cité des Ténèbres ! :)

  • L'intrigue et l'univers

The Mortal Instruments suit le schéma habituel d'une saga Fantasy : un monde (imaginaire ou réel) peuplé de créatures magiques, un héros/une héroïne dont le destin a été modifié suite à une légende, prophétie, ou menace, et un personnage malveillant cherchant à obtenir le pouvoir par la terreur et les pires coups bas... D'une série à l'autre, ce qui fait la différence est la complexité de l'intrigue et de l'univers imaginé par l'auteur.

Dans ce roman, l'Amérique et ses rues servent de décor. Par rapport à tout ce qui arrive à Clary, le choix de Cassandra Clare de situer son histoire dans des quartiers assez sombres et inquiétants, de placer des lieux stratégiques avec une connotation religieuse et légendaire est intéressante. Le lecteur est rapidement immergé dans cet univers plutôt addictif.

La mythologie des créatures et les légendes qui gravitent autour des Chasseurs d'Ombres sont bien imaginées. Ces petites anecdotes rapportées tout au long des 571 pages du livre donnent un certain réalisme à l'histoire. Le récit est prenant, l'intrigue évolue avec les personnages et le lecteur... c'est un point que j'ai vraiment apprécié ! Cassandra Clare a créé cet ensemble magique et mystérieux pour que le lecteur en fasse partie.

  • Les personnages et le rythme

Là où l'intrigue et l'univers m'ont bien plu, les personnages et le rythme de l'histoire m'ont un peu déçue. J'ai trouvé que tout s'enchaînait très rapidement, trop même. Alors oui, c'est prenant et les pages défilent sous nos yeux... mais si j'aime beaucoup les rythmes effrénés et haletants, il ne faut pas confondre vitesse et précipitation ! Dans La Cité des Ténèbres, les informations arrivent les unes après les autres, sans que le lecteur aie le temps d'intégrer ce qu'il vient de lire. 

C'est plutôt dommage, compte tenu de l'imagination dont l'auteure fait preuve vis-à-vis de son histoire et de tout ce qui gravite autour. 

Passons maintenant aux personnages. Clary, qui est pourtant le protagoniste principal, m'a énervée ! C'est une héroïne naïve, niaise, têtue et au final pas si utile que ce que le résumé du premier tome laisse entendre... Sans vous spoiler quoi que ce soit, Clary a un rôle important à jouer, elle est centrale. Et malgré tout, j'ai l'impression qu'elle ne fait pas grand chose tout au long de l'histoire. Pour moi, elle est plus observatrice qu'héroïne.

Jace, le second personnage principal, est assez arrogant, prétentieux, un peu casse-cou... Même si on apprend peu à peu à mieux le connaître, son caractère froid, distant et hautain m'a pas mal tapé sur les nerfs ! C'est un garçon malheureux, son passé est triste, mais je trouve que son attitude n'arrange pas les choses.

Il reste les autres protagonistes et les antagonistes. Ces personnages sont vraiment très secondaires, aussi bien la mère de Clary, que Luke, ou encore Valentin. Seul Simon semble un peu plus important, son aide sera précieuse dans la guerre qui oppose les Chasseurs d'Ombres aux forces maléfiques. Malgré tout, je pense que Cassandra Clare aurait pu raccourcir son roman en enlevant certaines scènes et donc en laissant de côté certains personnages.

**********

Cette chronique est presque terminée, et pour conclure je dirais que je ne sais pas si je lirai la saga dans son intégralité. En tout cas, je lirai le tome 2 pour être totalement fixée. Dans ce roman, il y a eu des bons et des mauvais points, surtout au niveau des personnages : je trouve que beaucoup d'entre eux n'ont pas forcément leur place, ou alors l'auteure aurait pu mieux travailler leur personnalité et leur psychologie. Pour moi, ce tome 1 est malgré tout un quiproquo intéressant entre les éléments de base et la construction des héros.

**********

Détails sur ce livre :

The Mortal Instruments - Tome 1, publié aux éditions Pocket Jeunesse

Auteur : Cassandra Clare

Nombre de pages : 571 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

Posté par Sue-Ricette à 08:15 - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 13 septembre 2017

Foxcraft - Tome 1

Foxcraft-1- Isla, une petite renarde, vit heureuse avec sa famille jusqu'au jour où celle-ci disparaît mystérieusement, ne lui laissant aucun indice pour qu'elle les retrouve. Autour de leur tanière en feu, Isla repère un groupe de renards qui se met en tête de la traquer ! Elle fuit, mais la meute des Possédés la poursuit inlassablement. Comment va-t-elle s'en sortir ? Réussira-t-elle à remonter la trace de ses parents et de son frère ? Au fond d'elle, Isla sait que sa famille n'est pas morte et elle fera tout pour rejoindre Pirie, Ma', Pa' et GrandMa'. -

**********

Mon avis :

Dernièrement, j'ai lu le tome 1 de Foxcraft que j'avais repéré sur la chaîne de Margaud Liseuse. J'aime beaucoup les renards, ce sont des petites bêtes adorables ! Alors, quand j'ai vu la couverture et pris connaissance du résumé, j'ai tout de suite craqué.

Dans ce premier volume, nous rencontrons Isla, une petite renarde qui vit dans l'insouciance du jeune âge : les balades dans la campagne, les jeux avec son frère, les histoires de son père, de sa mère et de sa grand-mère... Mais un jour, alors que toute sa famille rentre à la tanière, Isla s'éloigne et revient un moment plus tard pour découvrir le terrier incendié, ainsi que ses parents et son frères disparus !

Près de la tanière, elle aperçoit un groupe de ses semblables qu'elle ne connaît pas. Ils sont inquiétants, leur épaule arbore une rose imprimée sur la peau, leur yeux sont injectés de sang... Isla a peur, elle s'enfuit vers la ville. Mais trop tard, les renards l'ont repérée et se mettent à la pourchasser !

Notre jeune héroïne est perdue, sa famille n'est plus là et elle est maintenant devenue la proie de cette meute de goupils qui semblent très intéressés par Pirie, son frère. Isla décide de commencer par chercher des réponses à toutes les questions qui lui taraudent l'esprit dans la Grande Rumeur.

C'est pour elle le début d'une aventure palpitante, entre amitiés, trahisons, vérité, mensonge, famille et honneur !

**********

Foxcraft n'est pas une saga Fantasy, on en est même très éloignés ! L'histoire se déroule dans notre monde, avec nos forêts et nos campagnes, la ville, les immeubles, les voitures... Le côté fantastique de ce roman vient de deux choses, qui sont pourtant bien réelles et que je vous propose de découvrir :)

  • Le thème des animaux

Si vous ne le savez pas, Inbali Iserles a également signé plusieurs romans de la saga La Guerre des Clans, qui rejoint Foxcraft sur certains points. Notamment celui des animaux doués de sensibilité et pouvant parler. Si j'ai aimé cette histoire, c'est pour plusieurs raisons, dont celle des animaux. Plutôt que de toujours se placer du point de vue des humains, pourquoi est-ce que l'on n'essaierait pas d'imaginer ce que pensent nos amis les bêtes ?

Inbali Iserles a vraiment réussi à m'immerger dans le personnage d'Isla, je me suis beaucoup attachée à cette petite renarde. Elle a des valeurs fortes, telles que la famille et l'honneur, elle est courageuse, drôle parfois, aventurière, assez têtue, très gentille, rusée... Isla est un personnage haut en couleurs ! En 229 pages, l'auteure a su la faire évoluer et la faire passer de l'enfance à l'âge adulte.

Un personnage assez secondaire dans ce roman, mais qui a pourtant son importance, est Siffrin. Comme tous les renards, il est très malin ! Tellement, que je n'arrive toujours pas déterminer ses véritables intentions. À plusieurs reprises, on pense pouvoir dire que c'est un ami, et à d'autres que c'est en réalité un traître. L'auteure a donc réussi à me laisser sur ma faim pour ce personnage. Je pense que le tome 2 sera décisif en ce qui concerne Siffrin : sa sincérité sera certainement mise à l'épreuve, ou quelque chose dans ce genre-là, et on saura enfin qui il est vraiment !

J'ai énormément apprécié le fait que les animaux soient les héros de cette histoire. C'était très intéressant de se retrouver dans la tête d'Isla, et de se dire que peut-être nos compagnons à quatre pattes pensent de la même manière, mais que nous ne le savons pas... Inbali Iserles a prêté notre langage à ses héros, tout en conservant des traits de caractère propres aux animaux. Par exemple, la ville est désignée sous le nom de la Grande Rumeur, les voitures sont des Broyeuses et la route serpentant à travers les rues s'appelle la Rivière de la Mort.

  • L'aventure et le mystère

Je lis souvent des romans d'aventures et Foxcraft fut une de mes plus récentes lectures avec un récit prenant et haletant. Tout va de Charybde en Scylla pour Isla, du jour où sa famille disparaît. N'ayant nulle part où se réfugier, elle court vers la Grande Rumeur pour échapper à ses poursuivants, tente de survivre en chassant des souris, rencontre un molosse armé jusqu'aux dents... et bien d'autres péripéties encore !

Ce premier tome ne la laisse jamais souffler, et le lecteur n'a pas non plus le temps de se reposer un peu. Notre héroïne court, saute, mord et gratte, mais pas une seule fois elle ne prend un instant pour se remettre de ce qui vient de lui arriver. D'ailleurs, j'ai trouvé ce rythme un peu trop rebondissant... C'est rocambolesque, riche en émotions, intense, mais peut-être trop.

Cependant, le mystère est présent à chaque page, entre la meute des Possédés, Siffrin, les Anciens... on ne voit pas le temps passer quand on se plonge dans cette lecture !

**********

Pour terminer, je dirais que Foxcraft est une saga prometteuse. La plume d'Inbali Iserles est très belle, j'ai beaucoup aimé son style : le vocabulaire est varié, simple mais addictif, le rythme est fluide ! L'univers imaginé est bien construit, la ville et et ses rues sont un véritable labyrinthe plein de dangers pour notre petite renarde ; le suspens, le doute et le mystère maintiennent le lecteur en haleine ! J'espère que le tome 2 sera tout aussi bon et que le rythme, même s'il est assez soutenu, laissera les personnages et le lecteur se remettre de leurs émotions. En tout cas, ce tome 1 fut pour moi une très bonne lecture :)

**********

Détails sur ce livre :

Foxcraft - Tome 1, publié aux éditions Albin Michel

Auteur : Inbali Iserles

Nombre de pages : 229 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

Posté par Sue-Ricette à 08:00 - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 6 septembre 2017

Les Étoiles de Noss Head - Tome 2

image- Hannah et Leith sortent ensemble depuis plusieurs mois, ils vivent une magnifique histoire d'amour qui les emmène étudier à l'université à St Andrews. Hannah ne pourrait rêver meilleure vie, avec un petit ami qui l'aime et dont elle seule connaît le secret, et des études qui lui prennent énormément de temps mais qui l'intéressent... Seulement voilà, elle n'avait pas prévu que les ennemis ancestraux de Leith se trouveraient à St Andrews et qu'elle en paierait le prix bien malgré elle ! -

**********

Mon avis :

Je dédie cette chronique à Lulubel, qui a adoré le tome 2 de la saga de Sophie Jomain et qui s'est retenue de me dévoiler la fin même si elle en brûlait d'envie ;)

**********

Balises spoilers : ces balises seront mises en place pour chaque tome 2 d'une saga que je chroniquerai sur le blog. Si vous n'avez pas lu le tome 1 ou si vous n'aimez tout simplement pas vous faire spoiler, passez votre chemin lorsque vous verrez ces symboles  /!\ ... /!\ . Bonne lecture !

**********

Je vous avais donné mon avis sur le tome 1 des Étoiles de Noss Head juste ICI. Ce n'était pas un coup de coeur, mais en tout cas une très belle découverte dans les genres Bit-Lit, Fantasy et romance. Aujourd'hui, je vais vous parler de Rivalités, le tome 2, qui fut une lecture intense et riche en rebondissements !

Tout va bien pour Hannah et Leith, nos deux jeunes héros très complices et amoureux. Hannah connaît le secret de Leith, cela fait plusieurs mois qu'ils sont ensemble et leur relation est toujours aussi belle. À la fin du tome 1, ils avaient décidé de partir tous les deux étudier à l'université à St Andrews dès la prochaine rentrée.

Le tome 2 démarre donc à l'université, où Hannah découvre une nouvelle vie : la colocation, les études universitaires très intenses, ainsi que de nouvelles personnes avec qui elle se liera d'amitié... ou pas !

De fil en aiguille, la jeune femme s'intègre à cet environnement et parvient même à se faire des amis avec un groupe que Leith déteste. Mais pourquoi donc ?! Hannah apprendra à ses dépens qu'ils sont ennemis depuis fort longtemps, et que tôt ou tard, elle paiera le prix de ces rivalités...

*********

J'ai dû attendre un ou deux jours avant de commencer un autre livre. Ce tome 2 était renversant et bouleversant ! Je l'ai lu en trois jours seulement, j'ai même passé une nuit éveillée pour le terminer. Écrire cette chronique me fait de nouveau ressentir l'injustice que j'ai éprouvée lorsque j'ai tourné la dernière page. Je vais essayer de bien structurer mes idées, car j'ai réellement été chamboulée par cette lecture...

Pour commencer, parlons des personnages. Hannah me plaît toujours autant ! J'aime beaucoup son caractère, même si elle m'a énervée par moments cette fois-ci. C'est une fille débrouillarde, intelligente, gentille aussi et qui ne craint pas de s'attirer des ennuis. Hannah a une personnalité assez forte, elle est intéressante. Seule la chute du roman l'ébranle et la déstabilise, mais elle reste quelqu'un de combattif, même dans les moments les plus durs...

Leith, bien qu'il soit beau et qu'il ait un secret, m'a un peu déçue sur ce tome. J'avoue l'avoir préféré dans le premier volume, où l'on rencontre un homme prêt à tout pour protéger celle qu'il aime, quoi qu'il arrive. Ici, il a quand même été assez cachottier vis-à-vis de Hannah. De plus, s'il est aussi abasourdi par la fin que je l'ai été, je peux comprendre son désarroi mais pas son geste, que je trouve impardonnable...

Sophie Jomain nous propose de découvrir de nouveaux personnages, dont celui de Darius, qui est assez central dans ce tome 2. Je pense d'ailleurs qu'il va jouer un rôle encore plus important dans le tome 3. Darius est l'ennemi juré de Leith, mais le grand ami de Hannah. Leur relation ne va pas au-delà de l'amitié, même si certaines phrases ou attitudes m'ont laissée pensive à ce sujet... Bref, c'est un personnage présent et à l'écoute, calme, attentif et compréhensif.

Si l'auteure m'a déçue avec Leith, j'ai rapidement su apprécier Darius. J'ai hâte de voir comment Sophie Jomain va le faire évoluer par la suite.

**********

J'enchaîne sur l'intrigue, qui était comme toujours bien menée. Elle suit un fil rouge droit, sans cafouillage ; c'est un aspect que j'aime dans une saga : d'un tome à l'autre, la continuité de l'histoire est lisse et graduelle. Les intrigues s'imbriquent parfaitement les unes dans les autres, ce qui facilite la compréhension pour le lecteur. Pour l'instant, je connais Sophie Jomain seulement à travers cette saga, mais j'aimerais également approfondir son style dans d'autres séries telles que Felicity Atcock.

/!\ Comment vous parler de Rivalités sans évoquer la fin ?! Je m'attendais à tout sauf à ça. J'ai fini de le lire durant la nuit, j'étais choquée et indignée par la chute. Cela ne peut pas se terminer comme ça, et pourtant si ! J'ai ressassé pendant un long moment les dernières pages, tentant de me convaincre que ce n'était pas possible que Hannah devienne un... ... Vous ne pensiez quand même pas que j'allais vous le dire ??? Bande de curieux ^^ /!\

**********

Je termine en vous disant que même si je suis encore toute retournée par ma lecture, j'ai passé un très bon moment en compagnie de ce livre et des personnages. Pour l'instant, le tome 3 attend sagement dans ma wish-list, et il me tarde de connaître la suite ! En tout cas, si vous aimez les romances, certes un peu cliché mais qu'on se plaît à lire, si vous aimez le genre Bit-Lit et si vous cherchez une saga qui regroupe tous ces éléments, Les Étoiles de Noss Head est fait pour vous ;)

**********

Détails sur ce livre :

Les Étoiles de Noss Head - Tome 2, publié aux éditions J'ai Lu

Auteur : Sophie Jomain

Nombre de pages : 379 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

Posté par Sue-Ricette à 08:00 - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 30 août 2017

Les Carnets de Cerise - Tome 1

Couv_171787- Cerise, une petite fille de 10 ans, aimerait devenir romancière pour raconter des tas d'histoires plus tard. Elle a de la chance, sa voisine est écrivaine, et peut donc l'aider dans les enquêtes qu'elle mène et couche sur le papier. Dans ce premier tome, Cerise et ses amies suivent un mystérieux monsieur, toujours tâché de peinture et accompagné d'un perroquet... mais que cache-t-il ? -

**********

Mon avis :

Dans ma vie de lectrice, je n'ai pas lu beaucoup de bandes dessinées... J'ai récemment découvert Les Carnets de Cerise, que j'ai dévoré en trois jours et qui s'est rapidement retrouvé dans ma liste de lectures coup de coeur. C'est vrai que j'ai encore commencé une nouvelle saga, mais cette BD est pour moi une pépite !

Dans ce premier tome, nous rencontrons Cerise, 10 ans, débordante d'énergie et curieuse de tout ce qui l'entoure. Sa passion dans la vie ? Écrire, pour plus tard devenir romancière. Avec ses deux amies, Erica et Line, elle mène des enquêtes à la manière de Sherlock Holmes et raconte ses aventures dans son journal intime afin d'exercer sa future plume d'écrivain.

Depuis quelques temps, Cerise et ses amies observent un vieil homme. Il se promène en forêt, toujours tâché de peinture et un perroquet juché sur son épaule... Ni une, ni deux, Cerise décide d'enquêter !

**********

Les Carnets de Cerise est une bande dessinée relativement courte, elle contient moins de 100 pages. Mais le temps s'arrête l'espace d'un moment, un moment que le lecteur partage avec le livre. Je ne pensais pas que cette lecture serait aussi belle, aussi prenante... Les personnages sont tous très attachants. Cerise est certainement mon préféré, car elle est intrépide et aventurière, sympathique et généreuse. Le regard qu'elle porte sur le monde qui l'entoure est celui d'un enfant, bien qu'elle soit proche de l'adolescence.

Je trouve cette idée bien travaillée et intéressante. Cerise s'attache à des choses matérielles, comme les liens qu'elle entretient avec les habitants de son village. Elle sort se balader en forêt, elle construit une cabane en bois avec ses deux meilleures amies, son imagination est sans borne... J'ai adoré son personnage du début à la fin de l'histoire !

**********

Maintenant, comment chroniquer une BD sans parler des illustrations ?! Les planches sont dessinées par Aurélie Neyret, et j'ai complètement accroché sur son coup de crayon. Il est beau et simple, mais aussi de grande qualité et recherché. N'étant pas très douée pour le dessin, j'étais émerveillée devant le savoir faire et la palette de couleurs utilisés par l'illustratrice. Par moments, les planches étaient si riches en détails et réalistes, qu'il me semblait ne plus être simple lectrice, mais bien un personnage à part entière de cette bande dessinée. J'avais l'impression de faire partie du décor, d'être totalement immergée dans l'histoire...

Pour terminer, Les Carnets de Cerise est une idée originale de Joris Chamblain. Merci à lui d'avoir créé les aventures de Cerise, d'avoir imaginé les dialogues sérieux, humoristiques et empreints d'amour inscrits dans les bulles... Ce fut un plaisir pour moi d'avoir découvert cette bande dessinée, il me tarde de retrouver tout ce petit monde dans le tome 2 ! ;)

**********

Détails sur ce livre :

Les Carnets de Cerise - Tome 1, publié aux éditions Métamorphose

Auteur : Joris Chamblain

Illustrateur : Aurélie Neyret

Nombre de pages : 76 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

116742601_o

Posté par Sue-Ricette à 08:30 - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,