mercredi 18 avril 2018

Dans les forêts de Sibérie

dans-les-forets-de-siberie- Assez tôt, j'ai compris que je n'allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m'installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie. J'ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal. Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j'ai tâché d'être heureux. Je crois y être parvenu. Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à la vie. Et si la liberté consistait à posséder le temps ? Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d'espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures ? Tant qu'il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu. -

**********

Mon avis :

Dans les forêts de Sibérie est un livre que je souhaitais lire pour le Cold Winter Challenge 2017, mais que j'ai finalement lu en février, à la fin du challenge. Le roman de Sylvain Tesson m'a fait voyager au fin fond de la Sibérie, au bord du lac Baïkal, blottie dans une cabane en bois... La lecture idéale, donc, pour passer un moment cocooning !

Ce matin, je vous propose de vous couvrir bien chaudement, car voici mon avis sur Dans les forêts de Sibérie, de Sylvain Tesson :)

**********

  • Un roman de nature writing immersif

Le nature writing est un genre littéraire que j'aime beaucoup, car les récits proposés sont variés et peuvent s'avérer totalement immersifs ! Dans les forêts de Sibérie est le journal de bord de Sylvain Tesson, l'auteur, qui passa six mois coupé du reste du monde, perdu au beau milieu de la Sibérie, dans une cabane située sur les bords du lac Baïkal.

Nous allons suivre son quotidien de pêcheur, observateur, amoureux du voyage, de l'évasion, de la nature dans ce qu'elle a de plus simple et de plus beau... Le lecteur est plongé au coeur même de l'immensité sibérienne, on y découvre des paysages véritablement magnifiques, froids mais n'inspirant aucune hostilité, appelant plutôt à un retour à la simplicité, aux sources, à la paix intérieure.

Dans les forêts de Sibérie est un roman immersif, on a vraiment l'impression de vivre les journées de Sylvain Tesson, de marcher dans la neige, de patiner sur le lac gelé, de dormir dans une grotte humide, d'entendre souffler le vent au dehors... C'est un récit dépaysant, sublime, intense, riche en descriptions, foisonnant de détails très intéressants sur la vie en ermite !

**********

  • La pensée de l'auteur : une réflexion parfois un peu floue

Si j'ai adoré ce voyage littéraire, j'ai un peu moins accroché à la pensée de l'auteur. Non pas du point de vue de la façon de penser, mais plutôt sur la bonne compréhension des propos de Sylvain Tesson. Seul dans sa cabane, l'auteur réfléchit et médite sur la vie des hommes en société, la surconsommation, le monde qui va de plus en plus mal... et si j'ai compris sa réflexion dans la grande majorité, certaines petites choses sont restées un peu abstraites pour moi !

Je pense qu'une relecture un de ces jours ne me fera pas de mal, et me permettra certainement de mieux comprendre les pensées philosophiques de Sylvain Tesson. Dans les forêts de Sibérie n'est pas seulement un roman de nature writing, c'est aussi, à mon sens, un recueil de pensées à lire pour apprendre à mieux percevoir le monde qui nous entoure.

**********

Cette chronique est un peu plus courte que d'habitude, mais je n'ai pas grand chose d'autre à ajouter sur ce roman, sinon qu'il mérite d'être lu, d'être découvert ! C'est un récit avec lequel on voyage, avec lequel on observe plus attentivement les petites choses qui font partie de notre quotidien, avec lequel on réapprend à vivre, à respirer, mais aussi à réfléchir et à mieux comprendre tout ce qui nous entoure :)

**********

Détails sur ce livre :

Dans les forêts de Sibérie, publié aux éditions Gallimard

Collection : Blanche

Auteur : Sylvain Tesson

Nombre de pages : 267 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

challenge

Challenge Lire des romans en 2018 ! - 6/50 livres lus

Posté par Sue-Ricette à 07:53 - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,


mercredi 11 avril 2018

Verte - Tome 1

verte- À onze ans, la petite Verte ne montre toujours aucun talent pour la sorcellerie. Pire que cela, elle dit qu'elle veut être quelqu'un de normal et se marier. Elle semble aussi s'intéresser aux garçons de sa classe et ne cache pas son dégoût lorsqu'elle voit mijoter un brouet destiné à empoisonner le chien des voisins. Sa mère, Ursule, est consternée. C'est si important pour une sorcière de transmettre le métier à sa fille. En dernier ressort, elle décide de confier Verte une journée par semaine à sa grand-mère, Anastabotte, puisqu'elles ont l'air de si bien s'entendre. Dès la première séance, les résultats sont excellents. On peut même dire qu'ils dépassent les espérances d'Ursule. Un peu trop, peut-être... -

**********

Mon avis :

Verte est un roman jeunesse qui traînait dans ma PAL depuis un certain temps, et j'ai eu plaisir à le découvrir en début d'année ! On y suit les aventures de Verte, une jeune fille pas tout à fait comme les autres, car partagée entre vie normale et sorcellerie.

Entre une maman prête à tout pour que sa fille soit une bonne sorcière, une grand-mère drôle et compréhensive, un ami très sympa et des révélations pour le moins inattendues... Je vous propose d'enfourcher votre balai pour connaître mon avis sur Verte, de Marie Desplechin :)

**********

  • Un roman sur l'adolescence

Verte est une histoire qui s'adresse surtout à un public jeune, car l'auteure aborde le sujet de l'adolescence avec beaucoup de pédagogie et d'humour. Verte a onze ans, elle commence à changer, à se poser des questions sur tout un tas de sujets différents ! Des thèmes tels que les relations avec ses parents, les premiers amours, le fait de grandir et de changer... tout cela est traité avec brio par l'auteure !

J'ai été tout de suite touchée par l'histoire de Verte, et me suis remémoré ma propre adolescence. C'est l'âge où on cherche à mieux comprendre le monde qui nous entoure, on se pose des questions mais on n'arrive pas forcément à obtenir les réponses, on cherche où est notre place... Et Marie Desplechin a réussi à se mettre dans la situation du lecteur ! Qu'on soit adolescent ou qu'on ait passé cet âge, on se sent concernés par le quotidien de Verte et de sa famille.

C'est un point qui m'a beaucoup plu, car on s'identifie aux personnages. Et cela peut nous rendre nostalgiques de notre adolescence, ou au contraire nous aider à mieux l'appréhender :)

**********

  • Un mot sur la plume de l'auteure...

Marie Desplechin a un style qui correspond au message qu'elle cherche à faire passer, son écriture est douce, drôle, touchante, fluide, piquante parfois...! Quel que soit son âge, le lecteur passera un très bon moment avec ce roman, et pour ma part, c'est grâce au mélange savamment dosé des messages de cette histoire et de la plume de l'auteure que j'ai beaucoup aimé ce roman !

**********

  • Mon seul regret : le nombre de pages !

Si je ne devais émettre qu'un seul regret, ce serait celui du nombre de pages. J'ai trouvé ce roman trop court, je ne voulais pas que l'histoire s'arrête aussi vite ! ^_^ Mais je relativise et me dis qu'il me reste encore deux tomes à lire pour connaître la suite des aventures de Verte ! Toutefois, cela m'a un peu chagrinée de quitter aussi rapidement ces personnages, cette intrigue...

**********

En résumé, Verte est une excellente histoire à lire à tous les âges de la vie ! Vous y découvrirez le quotidien peu ordinaire d'une jeune fille à laquelle chacun(e) pourra s'identifier, en tant qu'adolescent ou en tant qu'adulte. Un livre à mettre en toutes les mains, et à savourer avec un peu de poudre de perlimpinpin :)

**********

Détails sur ce livre :

Verte, publié aux éditions L'école des loisirs

Collection : Neuf

Auteur : Marie Desplechin

Nombre de pages : 180 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

challenge

Challenge Lire des romans en 2018 ! - 5/50 livres lus

Posté par Sue-Ricette à 08:25 - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 4 avril 2018

Le colonel Chabert

le-colonel-chabert- Chabert ! Un nom dur à porter pour cet homme foudroyé. Célèbre, certes, mais qui passe désormais pour un imposteur. Car Chabert, colonel, comte d'Empire, est mort à Eylau, et son décès, historique, est consigné dans les actes militaires. Enseveli vivant ! Tel fut le sort de Chabert. Jeté dans une fosse au milieu des cadavres, sortant de ce charnier par miracle pour rester pendant six mois entre la vie et la mort. Un espoir ultime reste à ce malheureux : retrouver son identité. Hélas ! Enterré sous des morts, le voilà maintenant enterré sous des actes. On le croit fou. Il gêne. Même sa veuve, remariée et héritière de ses biens, souhaite le voir rentrer sous terre... -

**********

Mon avis :

J'ai lu Le colonel Chabert pour les cours, et j'ai passé un très bon moment tout au long de ces 190 pages ! Balzac a su m'émouvoir avec cette histoire, j'ai été touchée par le destin du colonel Chabert, un homme que la vie n'a pas épargné...

Ce fut une excellente lecture pour moi, et je vous propose de découvrir mon avis sur ce classique de la littérature :)

**********

  • Un roman fort et émouvant

Le colonel Chabert est un court roman, dans lequel nous allons suivre le retour inattendu de Chabert, colonel dans l'armée de Napoléon, et laissé pour mort sur le champ de bataille d'Eylau. Chabert est un homme éprouvé par la vie, orphelin parti de rien, il a réussi à se faire sa place sous l'Empire, mais se retrouve dépossédé, sans le sou, injustement condamné par les hommes de la Restauration, à cause d'un mauvais diagnostic...

Dans ce roman, Honoré de Balzac nous propose un thème fort, celui de la misère et de la cruauté, de l'injustice. Chabert est méprisé par la société dans laquelle il vit, c'est un homme de l'Empire, un traître aux yeux de ceux qui l'entourent...

Sa femme, devenue comtesse Ferraud après sa "mort", sera impitoyable envers lui, prête à tout pour garder la fortune de son ancien mari, sans renoncer aux privilèges offerts par la nouvelle société ! Balzac a écrit une histoire pour laquelle j'ai ressenti beaucoup d'émotion, mais aussi énormément d'aversion envers les personnages les plus vils...! C'est un tour de force émotionnel, un roman qui suscite à la fois l'amour et la haine, la compassion et la répugnance.

Tous les personnages sont bien travaillés, et on a plaisir à suivre l'évolution de l'intrigue, on a envie de savoir comment Derville va réussir à concilier les deux partis tout en restant un protagoniste neutre. Balzac a écrit un roman empreint de réalisme, il décrit avec beaucoup de justesse et de sensibilité les travers et les vices des hommes, c'est vraiment un auteur de talent !

**********

  •  Balzac : un auteur de talent !

J'ai beaucoup aimé le style d'écriture de Balzac, un style à la fois direct, sensible, lyrique, le tout sur un ton très juste et beau. J'ai été transportée par les descriptions, je m'imaginais facilement l'étude des avoués, la demeure de la comtesse Ferraud... En bref, Balzac m'a surprise et je lirai d'autres oeuvres de La Comédie Humaine !

**********

  • Redécouvrir la littérature classique

Certain(e)s d'entre vous sont parfois rebuté(e)s par les auteurs classiques, l'école n'a pas forcément arrangé les choses, et des romanciers tels que Balzac font maintenant un peu peur aux lecteurs. Pour ma part, Le colonel Chabert fut une excellente lecture ! Peut-être pas un coup de coeur, mais ce moment partagé avec le livre fut très agréable.

Je pense donc que Le colonel Chabert est très bon roman pour renouer avec la littérature classique, et redécouvrir Honoré de Balzac pour celles et ceux qui n'apprécient pas forcément son oeuvre. Si vous n'avez pas ou peu aimé les classiques à l'école, donnez leur une seconde chance aujourd'hui. Ce qui ne nous plaît pas maintenant nous plaira peut-être plus tard, mais tant que l'on n'a pas essayé, on ne peut pas le savoir :)

**********

En résumé, Le colonel Chabert est un excellent roman, que je vous recommande chaudement ! Tout est bien imaginé, bien construit, le récit est immersif, les personnages réalistes... Et je trouve que c'est une histoire idéale pour renouer avec la littérature classique ! :)

**********

Détails sur ce livre :

Le colonel Chabert, publié aux éditions Folio

Collection : Classique

Auteur : Honoré de Balzac

Nombre de pages : 190 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

challenge

Challenge Lire des romans en 2018 ! - 4/50 livres lus

Posté par Sue-Ricette à 06:54 - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 28 mars 2018

Sirius

sirius- Alors que le monde se meurt, Avril, une jeune fille, tente tant bien que mal d'élever son petit frère, Kid. Entre leurs expéditions pour trouver de la nourriture et les leçons données au petit garçon, le temps s'écoule doucement... jusqu'au jour où le mystérieux passé d'Avril les jette brutalement sur la route. Il leur faut maintenant survivre sur une terre stérile pleine de dangers. -

**********

Mon avis :

J'ai emprunté Sirius à la médiathèque en début d'année, après avoir lu et vu beaucoup d'avis positifs à son sujet. Je ne sais pas si j'ai placé la barre de mes attentes trop haut, mais ce fut une lecture assez décevante pour moi... Une lecture longue et plutôt laborieuse, dans laquelle j'ai malgré tout trouvé quelques points positifs !

Voici donc mon avis sur Sirius, de Stéphane Servant :)

**********

  • L'auteur avait de bonnes idées... mais n'a pas su les exploiter !

Stéphane Servant nous propose ici un roman post-apocalyptique, dans lequel évoluent les deux personnages principaux, Avril et son petit frère Kid. Le monde est dévasté, les hommes vivent dans la terreur et la violence, la faim, le froid... Malgré ces conditions de vie très difficiles, Kid et Avril arrivent à subsister, jusqu'au jour où leur abri est détruit et que le passé de la jeune fille la rattrape !

Ce sont les grandes lignes de Sirius, qui n'a pas réussi à m'offrir un rythme haletant digne d'un roman d'aventures, ni à m'éclairer sur certains points : beaucoup de choses sont en effet restées floues, et cela a quelque peu gâché ma lecture.

Stéphane Servant donne un fil rouge à suivre au lecteur, mais pour moi, ce fil a cassé à plusieurs reprises et je n'ai pas toujours compris où l'auteur voulait en venir. Quel rôle joue exactement le personnage de Sirius ? Qui est vraiment Avril ? Et Kid ? Pourquoi Kid adopte-t-il soudain un comportement étrange ?

Ce sont autant de questions auxquelles l'auteur n'a, à mon sens, pas su apporter de réponses ! Stéphane Servant a de bonnes idées de base, mais j'ai trouvé qu'il n'avait pas su les mettre en forme, et au bout du compte, certains sujets soulevés restent trop en surface... et c'est dommage !

**********

  • Des personnages assez creux et énervants

Autre point qui m'a agacée durant ma lecture : les personnages. Je n'ai pas du tout adhéré au caractère et à la psychologie des deux personnages principaux, j'ai trouvé Avril trop molle, trop secrète et assez creuse dans l'ensemble ; Kid m'a énervée, c'est un personnage auquel je ne me suis pas du tout attachée... En revanche, j'ai eu un gros coup de ♥ pour le Conteur, un vieil homme solitaire accompagné de son âne, contant des histoires des temps passés à qui veut bien l'écouter !

**********

  • L'éthique animale et le respect du vivant

Parmi les points négatifs que je viens d'évoquer, j'ai quand même réussi à trouver un point positif à ma lecture de Sirius ! Si Stéphane Servant n'a pas su exploiter les grandes lignes de son histoire et faire évoluer correctement les personnages, il a abordé avec beaucoup de justesse le sujet de l'éthique animale et du respect des êtres vivants !

C'est un sujet qui me touche énormément, et ici, l'auteur a écrit un véritable plaidoyer sur l'importance de prendre soin du monde qui nous entoure, de faire attention aux plantes et aux animaux qui peuplent la Terre, pour vivre dans un monde respectueux de chacun, qu'il soit homme, animal ou végétal :) Et en fait, ceci est la morale de cette histoire : regardez le monde avec les yeux d'un enfant, et soyez soucieux de laisser une Terre saine, verte et peuplée d'êtres vivants aux générations futures !

**********

En résumé, Sirius est pour moi une lecture mitigée. Si j'ai adoré la manière dont l'auteur a traité le respect des êtres vivants, j'ai en revanche moins apprécié les idées non abouties et les personnages qu'il a imaginés. Sirius est donc un livre qui m'a moyennement plu, il n'a pas su me convaincre autant que ce que j'espérais, mais je suis malgré tout assez contente de l'avoir découvert :)

**********

Détails sur ce livre :

Sirius, publié aux éditions du Rouergue

Collection : Épik

Auteur : Stéphane Servant

Nombre de pages : 474 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

challenge

Challenge Lire des romans en 2018 ! - 3/50 livres lus

Posté par Sue-Ricette à 08:04 - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 21 mars 2018

Misery

misery- Misery Chastain est morte. Paul Sheldon l'a tuée avec plaisir. Tout cela est bien normal, puisque Misery Chastain est sa créature, le personnage principal de ses romans. Elle lui a rapporté beaucoup d'argent, mais l'a aussi étouffé : sa mort l'a enfin libéré. Maintenant, il peut écrire un nouveau livre. Un accident de voiture le laisse paralysé aux mains d'Annie Wilkes, l'infirmière qui le soigne chez elle. Une infirmière parfaite qui adore ses livres mais ne lui pardonne pas d'avoir fait mourir Misery Chastain. Alors, cloué dans sa chaise roulante, Paul Sheldon fait revivre Misery. Il n'a pas le choix... -

**********

Mon avis :

J'ai lu Misery pour le Cold Winter Challenge 2017, et je dois dire que je n'ai pas du tout été déçue de ma lecture ! Je me lance doucement mais sûrement dans les thrillers, et le roman de Stephen King était parfait à lire cet hiver, bien au chaud sous un plaid, accompagnée d'une tisane réconfortante...

J'ai passé un très bon moment de lecture avec Misery, et je vous propose de découvrir pourquoi :)

**********

  • Un très bon thriller !

Le thriller est un genre littéraire qui nous fait frissonner et trembler. Misery est un roman idéal à lire pour se faire une petite frayeur, car c'est un très bon thriller ! On va y suivre le quotidien de Paul Sheldon, romancier célèbre pour sa saga Misery Chastain et pour le personnage du même nom qu'il a créés.

Un jour qu'il roule sur une route enneigée, enivré par quelques verres de vin, Paul est victime d'un grave accident. Annie Wilkes, infirmière passant par-là au moment des faits, le recueille, le soigne et lui avoue être sa plus grande fan... C'est là que le cauchemar de Paul Sheldon commence !

Car oui, Annie Wilkes vit dans une fan attitude extrême, et Stephen King décrit très bien cette ambiance lourde, cette femme pleine d'idolâtrie pour le personnage de Misery Chastain. Lorsque Annie, en lisant le dernier tome de la saga écrite par Paul Sheldon, découvre que ce dernier fait mourir son héroïne, son humeur, son attitude... tout change en elle !

Annie Wilkes ou le "dragon femelle", comme l'appelle Stephen King dans son roman, nous procure un certain frisson et une sensation de malaise : le lecteur voudrait pouvoir échapper à cette femme, tout comme Paul. On a véritablement l'impression de vivre ce qu'il vit, de ressentir sa peur, sa détresse, son dégoût, sa fatigue... Misery fait partie de ces romans qu'on ne lâche plus, pour lesquels on a peur de quitter le héros, de le laisser aux mains du méchant !

**********

  • Être fan d'une saga, d'un personnage...

Je voudrais vous parler plus en détails du personnage d'Annie, car il a retenu mon attention. Dans Misery, Stephen King aborde avec brio le sujet de la fan attitude. Jusqu'où doit-on aller lorsqu'on est fan d'une saga ou d'un personnage ? Quelles sont les limites à ne pas dépasser ? Ce sont des questions auxquelles l'auteur a su répondre à travers le personnage d'Annie, qui pousse la fan attitude jusqu'à la paranoïa, la folie...

On peut être fan de quelque chose, aimer un roman, un film, un acteur... bref, ce que l'on veut ! Mais Stephen King nous montre ici qu'il y a des limites à respecter, car sinon, le piège se referme sur vous et vous étouffe jusqu'à ce que vous ne pensiez plus qu'à cela. Bien sûr, Annie Wilkes est un personnage tordu dès le départ, elle n'est pas bien intentionnée, mais sa fan attitude la rend malade, la pousse à commettre des choses impensables...

Donc, je pense qu'il faut savoir faire la part des choses, être fan ne veut pas dire tomber dans l'obsession de quelque chose !

**********

  • Du livre au film

Si Misery est une pépite littéraire, le film qui en a été tiré en 1990 est vraiment top ! Pour l'avoir déjà vu deux ou trois fois, l'adaptation cinématographique est fidèle au roman de Stephen King, quoiqu'un peu plus soft, pour être visible du plus grand nombre. Car oui, le roman présente des scènes parfois violentes et assez choquantes, donc attention si vous êtes sensibles.

**********

En résumé, Misery fut une très bonne lecture ! Ce n'est pourtant pas un coup de ♥, car il faut parfois avoir le coeur bien accroché, mais j'ai passé un super moment en compagnie de ce livre. Si vous aimez les thrillers, ce roman est fait pour vous ! Mystère, angoisse et frissons garantis :)

**********

Détails sur ce livre :

Misery, publié aux éditions Le Livre de Poche

Auteur : Stephen King

Nombre de pages : 391 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

cold-winter-challenge

Lu pour le Cold Winter Challenge, dans la catégorie Stalactites ensanglantées

challenge

Challenge Lire des romans en 2018 ! - 2/50 livres lus

Posté par Sue-Ricette à 06:51 - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , ,


mercredi 14 mars 2018

Belle

belle- Belle était loin d'être aussi jolie que ses sœurs. À quoi bon ? Aux soirées mondaines, aux robes somptueuses, elle préférait les chevaux et les auteurs anciens. Quand son père se trouva ruiné, elle en fut réduite à aller avec sa famille habiter une pauvre maison, dans un village au fond des bois. Tous auraient pu vivre ainsi, heureux d’une existence loin du luxe et des lumières de la ville, mais le destin s’acharna une fois encore sur eux. Quand son père revint au foyer avec l’histoire d’un château magique et de la terrible promesse qu’il avait dû faire à la Bête qui y vivait, Belle partit de son plein gré affronter le monstre et sa question sans cesse répétée : « Belle, voulez-vous… ? » Ceci est son histoire… une histoire d’amour et de rêve. -

**********

Je dédie cette chronique à ma copinaute Lizelandre, avec qui j'ai lu Belle en lecture commune. J'ai beaucoup aimé lire ce livre avec toi, même si nos avis divergent un peu :)

**********

Mon avis :

Je vous avais montré ce livre dans le Book Haul de mes 18 ans juste ICI, et je n'ai pas tardé à le sortir de ma bibliothèque, puisque je l'ai lu en janvier. Ma copinaute Lizelandre, du blog Lizelandre's Bookshelf, l'avait dans sa PAL, alors je lui ai proposé que nous le lisions ensemble en lecture commune.

Si nos avis ne sont pas tout à fait les mêmes sur ce roman, nous avons beaucoup aimé lire Belle, surtout moi, puisque ce fut mon premier coup de ♥ littéraire de l'année ! Je vous propose donc sans plus tarder de découvrir mon avis sur Belle, de Robin McKinley :)

**********

  • Une magnifique réécriture de contes

En lisant le résumé, vous aurez certainement deviné que Belle est une réécriture du célèbre conte de La Belle et la Bête. Mais si Robin McKinley a repris l'idée de base de l'histoire imaginée par Madame Leprince de Beaumont, elle a innové et proposé de nouvelles idées, que j'ai trouvées très intéressantes !

Il y a tout d'abord les personnages et le travail que l'auteure a fait dessus, mais j'en parlerai un peu plus tard. J'ai par exemple beaucoup aimé les paysages, les voyages et les descriptions que l'auteure fait pour nous présenter les lieux. Cela m'a fait penser au tome 1 de La Passe-Miroir, de Christelle Dabos (ma chronique ICI), car j'ai retrouvé cet aspect élégant mais pas trop redondant non plus dans sa plume.

Robin McKinley a su donner un nouveau souffle au conte originel de La Belle et la Bête, et bien que le roman soit court (260 pages environ), le temps s'arrête pendant un moment, on se perd dans les magnifiques descriptions savamment dosées, on suit les personages chaque jour et dans chaque action qu'ils entreprennent, on espère voir naître l'histoire d'amour que nous connaissons tous... bref, les idées de l'auteure sont incroyables et vraiment innovantes !

**********

  • Des personnages attachants et bien travaillés

Si Lizelandre n'a pas vraiment apprécié les personnages et leur caractère, je me suis au contraire attachée à eux. J'ai adoré les suivre, comme je le disais juste avant, leur façon de penser m'a énormément plu, chacun pèse le pour et le contre de ce qui est en train de leur arriver, mais ils ne sont ni trop terre à terre, ni trop léger dans leur jugement et c'est un point que j'ai su apprécier.

Belle est sans doute le personnage que j'ai préféré, et tout comme Ophélie dans La Passe-Miroir, elle fait partie de mes personnages féminins favoris ! Belle a le sens de l'honneur, elle est douce, attentionnée, intelligente... Ses soeurs, contrairement au conte de Madame Leprince de Beaumont, ne sont pas de petites pestes hautaines et vaniteuses, mais bien de jeunes filles sensibles, raisonnées, aimant le faste certes, mais pas puériles et dépourvues de bonté ! Toutes les trois forment ainsi, avec leur père et les autres membres de la famille, un clan soudé et uni jusque dans les moments les plus difficiles.

Robin McKinley a su travailler ses personnages avec tact et sensibilité : on ne tombe jamais dans la mièvrerie romantique, mais l'histoire n'est pas non plus rigide. Certains protagonistes sortent même tout droit de son imagination, un autre point que j'ai beaucoup aimé !

**********

  • Un mot sur la plume de l'auteure : sublime !

J'en ai rapidement parlé plus haut, mais la plume de l'auteure est tout simplement sublime ! Lorsque je lisais Belle, j'ai pu comparer le style d'écriture de Robin McKinley à celui de Christelle Dabos, l'auteure de La Passe-Miroir. Car oui, j'ai trouvé que les deux romancières avaient une écriture magique, fluide, élégante mais jamais trop soutenue, les descriptions sont bien intégrées à l'histoire et ne gênent pas la narration et les dialogues... bref, il y avait des similitudes entre les romans des deux auteures, et j'ai beaucoup aimé retrouver cette atmosphère et cette plume dans les deux livres !

**********

En résumé, Belle est une lecture coup de ♥ pour moi, et je vous la recommande chaudement ! Si vous avez lu et aimé La Passe-Miroir, vous apprécierez sans aucun doute Belle. Les personnages sont tous très attachants, bien imaginés et travaillés tout au long de l'histoire, les idées de Robin McKinley sortent des sentiers battus et cette réécriture du conte de La Belle et la Bête est à découvrir, tout simplement :)

**********

Détails sur ce livre :

Belle, publié aux éditions Pocket

Auteur : Robin McKinley

Nombre de pages : 256 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

116742601_o

challenge

Challenge Lire des romans en 2018 ! - 1/50 livres lus

Posté par Sue-Ricette à 07:53 - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 7 mars 2018

L'Épouvanteur - Tomes 1 à 13

l-épouvanteur- L'Épouvanteur raconte les aventures de Thomas Ward, septième fils d'un septième fils, et devenu Épouvanteur bien malgré lui... Si au début, Tom ne se sent pas l'âme de combattre l'obscur, il va vite découvrir qu'il est plus important que ce qu'il pense et que son rôle d'Épouvanteur est essentiel. Avec l'aide de son maître, John Gregory, et Alice, une jeune sorcière, Tom va devoir affronter quotidiennement l'obscur pour comprendre qui il est vraiment. -

**********

Mon avis :

L'Épouvanteur est une saga que j'adore et j'avais hâte de pouvoir vous parler du premier cycle sur le blog ! Beaucoup d'entre vous attendaient cette chronique avec impatience (Dylan, je pense notamment à toi ^_^), alors c'est parti ! :)

**********

  • Une saga Fantasy et jeunesse

L'Épouvanteur est une série de 13 livres, mélangeant les genres Fantasy et jeunesse. Je suis une grande amatrice de littérature Fantasy, et les lectures jeunesse me plaisent beaucoup également. Je me suis donc lancée sans trop réfléchir dans le tome 1 de la saga écrite par Joseph Delaney il y a un an de cela, et ce premier tome fut un gros coup de ♥ (ma chronique est juste ICI). J'ai alors enchaîné les tomes suivants rapidement, puisque j'ai dévoré les dix premiers volumes en deux mois !

L'auteur a su habilement doser l'effet frissonnant, sans jamais tomber dans un récit glauque et angoissant. Bien sûr, L'Épouvanteur est une saga un peu effrayante, on le ressent avec la peur de Tom tout au long de la saga, mais cette peur reste légère, adaptée à un public jeune. Donc, si vous hésitez encore à lire ces livres, parce que vous craignez d'avoir peur, sachez que L'Épouvanteur procure un frisson léger et que c'est très agréable à lire :)

**********

  • Les personnages de L'Épouvanteur

Parlons maintenant des personnages de la saga de Joseph Delaney ! Je vais commencer par Tom, le protagoniste principal de l'histoire, qui est un garçon de 13 ans au début et finit en jeune homme dans le tome 13. Dans L'Apprenti Épouvanteur, Tom, bien que jeune, est très mâture pour son âge : il ne fonce pas tête baissée dans un combat, mais calcule ses chances de réussite, réfléchit à une bonne stratégie de défense, apprend avec assiduité les leçons de son maître... bref, c'est un personnage très intéressant à tous les niveaux !

Il y a aussi John Gregory, le maître de Tom, qui est un homme quelque peu rude en dehors, mais qui s'avère être bon à l'intérieur. Son passé n'est pas toujours très heureux, il a connu des hauts et des bas... Tom apprend à connaître son maître, il l'aide jour après jour et écoute ses conseils avec attention, et tous deux finissent même par nouer une relation amicale.

Vient ensuite Alice, un personnage très important également, car tiraillée entre le Bien et le Mal. Qui est-elle vraiment ? Dans le tome 12, qui se concentre exclusivement sur son personnage, Alice est confrontée à l'obscur et va devoir lutter pour ne pas sombrer du mauvais côté. Tout au long de la saga, c'est un personnage ambigu, on a du mal à cerner ses intentions, et pour cela l'auteur sait jouer avec nos sentiments, et plus particulièrement le doute !

Enfin, il y a encore toute une palette d'autres personnages, qu'ils soient bons ou mauvais, mais que Joseph Delaney sait introduire d'un tome à l'autre. Il arrive à les faire évoluer, à les faire avancer, à les éliminer ou bien encore à les conserver pendant plusieurs tomes et à les dévoiler toujours un peu plus au lecteur... C'est un aspect que j'ai beaucoup aimé dans L'Épouvanteur : la plume de l'auteur !

**********

  • La plume de Joseph Delaney

L'auteur a une plume incroyable ! À travers sa saga de L'Épouvanteur, on peut voir la richesse et la complexité de son écriture. Il arrive à mêler les descriptions d'ambiance, de paysages, de combat sans jamais tomber dans une narration interminable, son style d'écriture n'est ni trop redondant, ni trop jeunesse, et la richesse de ses idées n'est pas des moindres !

Déjà, pour les personnages que j'ai évoqués plus haut, aussi bien du point de vue du nombre de protagonistes, que de leur psychologie. Ensuite, pour son imagination débordante ! Joseph Delaney a créé tout un univers entre terre et mer, monde extérieur et monde souterrain, différents genres de monstres, sorcières et autres créatures obscures qu'il faut savoir reconnaître, et ainsi adapter sa technique de combat... bref, l'auteur a beaucoup de talent !

**********

En résumé, la saga de L'Épouvanteur m'a conquise pour son histoire, ses personnages, la plume de l'auteur et tout le talent qu'il a mis dans chaque tome ! Est-ce que je vous recommande cette série de livres ? Sans aucune hésitation ! La longueur de la saga peut en rebuter certain(e)s, mais une fois dedans, ce sont des romans qu'on ne lâche plus :)

**********

Détails sur ces livres :

L'Épouvanteur - Tomes 1 à 13, publié aux éditions Bayard Jeunesse

Auteur : Joseph Delaney

Nombre de pages : entre 300 et 400 pages selon les tomes

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

116742601_o

Posté par Sue-Ricette à 07:04 - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 21 février 2018

Les garçons ne tricotent pas (en public)

les-garçons-ne-tricotent-pas-en-public- Après avoir volé de l'alcool dans un supermarché, Ben, 16 ans, doit suivre un "parcours de réinsertion pour jeunes délinquants" et, dans ce cadre, s'inscrire à un cours de tricot. Autant dire que ça ne l'enchante pas. Mais Ben accepte de jouer le jeu, tant que Megan (la fille dont il est amoureux), son père, ses copains...bref, tant que PERSONNE n'est au courant ! Le hic, c'est qu'il se découvre une passion dévorante pour le tricot. Et bientôt, il ne pense plus qu'à ça : point mousse, douceur et couleur de laines, patrons compliqués. Au point de cacher des aiguilles sous son lit, de participer à des concours, de vendre ses créations sur Internet et de transformer sa vie... en grosse pelote de mensonges impossible à démêler ! -

**********

Mon avis :

Les garçons ne tricotent pas (en public) est un roman que j'ai lu en décembre et que j'ai bien aimé. Vous le savez, j'adore le tricot et le crochet, alors quand j'ai vu ce livre à la médiathèque, je n'ai pas hésité une seconde ! ^_^ J'ai passé un bon moment, ce fut une lecture sympa, mais pas inoubliable non plus...

En trois points, je vous donne mon avis sur Les garçons ne tricotent pas (en public), de Tom Easton :)

**********

  • La thématique du tricot

C'est LE point positif de ma lecture ! En tricopathe que je suis, j'ai adoré redécouvrir le point mousse, les mailles endroits et envers, les différentes qualités de laines, les numéros d'aiguilles, les modèles... le tout à travers le regard de Ben, le héros de l'histoire ! J'ai beaucoup aimé m'immerger dans cet univers à la fois littéraire et créatif, qui mêle deux de mes passions dans la vie : les loisirs créatifs et la lecture ! Je me suis bien amusée à me placer du point de vue de Ben, qui débute dans le tricot et découvre le montage des mailles, l'enchaînement endroit/envers, les changements de couleurs... C'était super !

Mais cela va plus loin qu'une simple histoire sur le tricot. Les garçons ne tricotent pas (en public) nous montre que le tricot, le crochet, le point de croix... bref, quelle que soit la technique créative, ce n'est pas une activité uniquement réservée aux filles, et Ben nous le prouve bien ! Aussi bien dans le roman de Tom Easton que dans l'Histoire, celle avec un grand H, les hommes ont tricoté !

Alors messieurs, jeunes et moins jeunes, n'ayez pas peur d'essayer, ne craignez pas le regard des autres ! Si cela vous plaît, c'est l'essentiel, ne faites pas attention au jugement des personnes qui vous entourent. Épanouissez-vous avec des gens qui vous apportent quelque chose et qui vous comprennent, peu importe vos loisirs :)

**********

  • Les personnages : plutôt lourds, assez machos... mais de vrais amis !

Passons maintenant au point en demi-teinte de ma lecture : les personnages. Mis à part Ben, qui est un garçon très sympa, bien éduqué, sérieux et gentil, les autres personnages m'ont quelque peu déçue... Tout d'abord, il y a le père de Ben ! C'est un homme qui a du mal à communiquer avec son fils, à entretenir une bonne relation père/fils avec lui. Et pour cause, le père de Ben ne rate jamais une occasion de faire des blagues lourdes, tendancieuses et pas franchement drôles !

Ensuite, il y a les amis de Ben, qui sont de véritables amis pour notre jeune tricopathe, mais qui sont eux aussi assez lourds, machos, délurés et vulgaires... Même s'ils sont d'un grand soutien pour Ben, je n'ai pas vraiment apprécié leurs frasques, leurs blagues et autres bêtises !

**********

  • La mise en page : entre journal intime et journal de bord

Dans le cadre de son "parcours de réinsertion pour jeunes délinquants", Ben doit tenir un journal intime, dans lequel il va consigner son quotidien et parler des gens qui l'entourent. Et c'est sous ce format à mi-chemin entre le journal de bord et le journal intime, que nous allons suivre l'évolution de Ben ! J'ai beaucoup aimé cette mise en page, les formats "journal intime/de bord" me plaisent toujours, je trouve que cela permet de mieux connaître et comprendre le personnage principal !

**********

En résumé, Les garçons ne tricotent pas (en public) est un roman sympa que je vous recommande si vous aimez les histoires "sans prise de tête" ! Si vous n'appréciez pas vraiment les dialogues ponctués de mots vulgaires, de blagues lourdes et machos, passez votre chemin...! En revanche, si vous êtes un ou une tricopathe, je pense que vous aimerez suivre les aventures de Ben Fletcher :)

**********

Détails sur ce livre :

Les garçons ne tricotent pas (en public), publié aux éditions Nathan

Auteur : Tom Easton

Nombre de pages : 356 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

Posté par Sue-Ricette à 07:17 - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 14 février 2018

Le château de Hurle

le-chateau-de-hurle- Sophie est l'aînée des filles d'un chapelier fort réputé de la ville de Halle-Neuve, située dans le royaume d'Ingary. À la mort de leur père, les trois sœurs se voient obligées d'apprendre chacune un métier, et Sophie est tout naturellement désignée par sa belle-mère pour reprendre l'entreprise familiale. Dans le fond de l'atelier, le temps ne passe pas vite et on s'ennuie ferme à coudre des roses aux bonnets et des voilettes aux capotes de velours. Un jour pourtant, l'existence morne et solitaire de la jeune fille prend un tour inattendu lorsque la Sorcière du Désert lui rend visite et la transforme en vieille femme. Sophie se voit contrainte de quitter la ville et d'aller chercher fortune quand, sur sa route, un étrange château appartenant à un magicien nommé Hurle apparaît dans le paysage. L'homme a la terrible réputation de séduire les belles et de les croquer. Qu'à cela ne tienne, Sophie a bien l'intention de se faire adopter et de s'initier à la sorcellerie pour retrouver son apparence d'antan. Heureusement, dans ce pays enchanté, tout est possible si l'on sait être patient… -

**********

Mon avis :

Ce roman faisait partie de ma PAL pour le Cold Winter Challenge 2017 (ICI) et j'ai passé un bon moment de lecture. Un univers riche, une imagination débordante, des personnages attachants et agaçants... Le château de Hurle est une histoire qui sort des sentiers battus et que j'ai beaucoup aimée !

Ce n'est pourtant pas un coup de coeur pour moi, et je vous propose de découvrir pourquoi en trois points :)

**********

  • Un très bon roman sur la différence et l'acceptation de soi

Le château de Hurle est un roman dans lequel on va suivre les aventures de Sophie, l'aînée de trois filles qui, à la suite d'une malheureuse rencontre avec la Sorcière du Désert, se retrouve transformée en vieille femme. Pour rompre le sortilège, Sophie décide d'aller demander l'aide du magicien Hurle, réputé pour être cruel et très séduisant...

Ce sont les grandes lignes de cette histoire, qui s'avère être un peu plus complexe que le simple sort jeté par une sorcière, sort que le personnage tente de défaire par tous les moyens ! Diana Wynne Jones nous propose un roman enchanteur, un roman sur la difficulté de se faire accepter des autres lorsque l'on est différents, aussi bien d'un point de vue physique que mental. L'auteure invite le lecteur à ouvrir son esprit et à voir au-delà des apparences : Sophie, une jeune fille sans histoire, se transforme du jour au lendemain en vieille femme, et ne peut révéler à personne l'enchantement dont elle est victime !

J'ai beaucoup aimé ma lecture pour cet aspect profondément humain : ne pas se fier aux apparences. J'ai un peu retrouvé ce même sentiment lorsque j'ai lu Wonder, de R.J. Palacio (ICI), ce sentiment de différence qui n'en est pas une, et que les gens qui nous entourent doivent ressentir pour nous voir tels que nous sommes réellement... Dans Wonder, August est défiguré à cause d'une malformation faciale de naissance, mais c'est un garçon très attachant et super gentil malgré son handicap.

Dans Le château de Hurle, Diana Wynne Jones nous montre qu'une personne peut en cacher une autre, et que pour la comprendre, il faut apprendre à la connaître. Elle nous montre aussi que l'on n'a pas besoin de changer pour plaire aux autres, il faut juste être soi-même et profiter de chaque jour qui passe :)

**********

  • Sophie et Hurle : le point noir de ma lecture...

J'ai beaucoup aimé tous les personnages de ce roman, sauf Sophie et Hurle, qui ne m'ont plu que dans les dernières pages du livre... C'est dommage, je pensais m'attacher davantage au personnage de Sophie, son caractère bien trempé lorsqu'elle est une vieille femme m'a bien fait rire, mais sa personnalité ne m'a pas totalement convaincue. Elle est parfois énervante, un peu casse-cou, elle n'a peur de rien, pas même de se créer des ennuis... Elle est peut-être trop intrépide pour moi !

Pour ce qui est de Hurle, je l'ai trouvé désagréable et pas peu fier de sa personne pendant une bonne partie de l'histoire. Heureusement, ce comportement hautain prend tout son sens à la fin du roman, et on comprend mieux pourquoi Hurle affiche cette personnalité ! Si j'en suis tombée amoureuse dans les dernières pages, Hurle ne rejoindra pas pour autant ma liste de book boyfriends, car son caractère m'a agacée pendant les trois quarts du roman.

Au niveau des autres personnages, j'ai eu mon petit coup de ♥ pour Calcifer ! Ce démon du feu est adorable, dommage qu'il n'existe que dans Le château de Hurle...! ^_^

**********

  • Bon à savoir !

Si vous ne le savez pas, Le château de Hurle est le roman qui a inspiré Le Château Ambulant, un film d'animation japonais réalisé par Hayao Miyazaki. Pour l'avoir déjà vu quelques fois, l'anime est fidèle au roman de Diana Wynne Jones. On retrouve ce même univers riche, coloré, propre aux histoires Fantasy... Les personnages sont bien imaginés et retranscrits par Miyazaki, donc si Le château de Hurle vous tente, n'hésitez pas non plus à regarder Le Château Ambulant !

**********

En résumé, Le château de Hurle est un roman que je vous recommande chaudement pour les messages qu'il délivre sur la différence et l'acceptation de soi, et pour l'univers riche et en totale adéquation avec l'histoire imaginée par l'auteure ! Les personnages sont parfois un peu énervants, cela reste supportable, même si Sophie a tendance à trop jouer les têtes brûlées, et Hurle à croire qu'il est le centre de l'attention... Ce roman plaira aux jeunes lecteurs, comme aux lecteurs plus avertis. Vous y découvrirez une aventure magique, assez rocambolesque, le tout avec une pointe de romance, un peu d'humour et un beau message de tolérance !

**********

Détails sur ce livre :

Le château de Hurle, publié aux éditions Pocket Jeunesse

Auteur : Diana Wynne Jones

Nombre de pages : 406 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

cold-winter-challenge

Lu pour le Cold Winter Challenge, dans la catégorie Flocons magiques

Posté par Sue-Ricette à 07:21 - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 7 février 2018

Contes

contes- Un grand-père fou, une mère servante, un père qui est le plus pauvre des cordonniers d'Odense, où il naît en 1805. À quatorze ans, il arrive à Copenhague, vit dans le quartier des prostituées, s'essaie au chant, à la danse, à l'art dramatique, tombe amoureux d'une petite bossue, plus tard d'une prestigieuse cantatrice, sans d'ailleurs avoir avec elles ni avec aucune autre femme le moindre rapport. Des romans, des poèmes, des pièces de théâtre. Puis les merveilleux contes. Très vite, le fils du plus pauvre des cordonniers d'Odense devient un des hommes les plus célèbres et fêtés d'Europe : traduit en quinze langues (et jusqu'en bengali !), il est invité par les souverains dans leurs châteaux, accueilli à Weimar comme un autre Goethe et, lorsqu'il va à Londres, c'est chez Dickens qu'il descend. Le Conte de ma vie s'achève en 1875, au moment où "le vilain petit canard" va rejoindre au pays de "la reine des neiges" "la petite marchande d'allumettes" et "la fée au sureau". -

**********

Mon avis :

Au mois de décembre, j'avais envie d'une lecture doudou, d'un livre réconfortant que je pourrais lire bien au chaud, en sirotant un bon chocolat chaud. Je voulais aussi lire un classique, car on trouve de belles histoires dans les ouvrages des temps passés, telles celles de Hans Christian Andersen dans ses Contes.

Je suis certaine que vous connaissez tous La Petite Fille aux Allumettes, Les Habits Neufs de l'Empereur ou encore Le Vilain Petit Canard, sans oublier La Petite Sirène ! J'ai donc lu les Contes d'Andersen, un recueil d'histoires pleines de poésie et de mélancolie, toujours accompagnées d'une morale sur le monde qui nous entoure...

En trois points, je vous propose de redécouvrir ce classique de la littérature pour petits et grands ! :)

**********

  • Des histoires belles, immersives et instructives...

Les Contes est un recueil dans lequel le lecteur va trouver plusieurs histoires, racontant chacune une aventure, relatant une conversation entre deux objets, narrant la curiosité des êtres vivants, donnant vie et forme à des dieux et déesses, des bibelots... Hans Christian Andersen a une imagination débordante !

Mais l'imagination à elle seule ne suffit pas, et l'auteur a un véritable talent de conteur ! Il réussit à nous transporter dans une maison de village, puis à nous emmener sur les collines danoises, en nous faisant traverser l'Italie et la Suisse, et à nous ramener à Copenhague. J'ai trouvé cela magique, Andersen a réussi à me faire voyager à travers le Danemark et l'Europe !

D'un conte à l'autre, je sentais le froid mordant, j'imaginais facilement l'eau gelée, le vent glacé sur mes joues ! Les Contes sont des récits immersifs, tant par les histoires proposées par l'auteur, que par la magie des mots. Si je suis ressortie émue par la beauté des paysages, j'ai également été bouleversée par les intrigues imaginées par Andersen... Comment vous dire que La Petite Fille aux Allumettes me fait pleurer à chaque fois que je le lis ? Ou que les malheurs du Vilain Petit Canard me touchent énormément ? Il y a aussi l'histoire d'amour tragique de La Petite Sirène, tiraillée entre son amour pour sa famille et l'amour qu'elle ressent pour le prince, prête à sacrifier sa vie pour vivre son rêve...

Plusieurs autres contes sont des récits tristes, beaux et vraiment mélancoliques pour certains. Andersen arrive à susciter beaucoup d'émotion chez son lecteur, ainsi que de l'intérêt, grâce aux morales présentes à la fin de chaque conte. Tout comme Jean de La Fontaine avec ses Fables, Hans Christian Andersen décrit les qualités des hommes, mais aussi leurs travers, tels que la curiosité, l'envie, la cupidité... Ces Contes sont de belles histoires, totalement immersives et très instructives !

**********

  • Les Contes : trop longs ou trop courts ?

Le seul point un peu mitigé de ma lecture est la longueur des Contes. Certains sont longs d'une vingtaine de pages, comme La Vierge des Glaces, d'autres très courts, moins de deux pages... J'aurais apprécié que les contes les plus courts se voient rallongés de quelques lignes. Malgré tout, je pense que si l'auteur les a imaginés tels qu'ils sont, c'est que leur longueur est idéale. Personnellement, cela m'a un peu perturbée et déçue, car j'aime m'impliquer dans une histoire et suivre les personnages le temps d'une aventure, les accompagner tout au long de leur quête !

**********

  • Une plume poétique et mélancolique

Hans Christian Andersen est un auteur de talent, et la beauté mélancolique de ses Contes se comprend et se ressent à travers sa propre histoire. Sa vie fut très triste dès le plus jeune âge, comme l'explique la quatrième de couverture. Les Contes furent l'oeuvre de toute sa vie, et s'il rencontra le succès, il n'en resta pas moins un homme éprouvé par ses jeunes années, la misère de sa famille...

J'ai adoré la plume d'Andersen, qui est fluide, très poétique, belle et triste ! On pleure avec les personnages, on brave le danger à leurs côtés, on affronte la détresse quotidienne... Andersen retranscrit avec beaucoup de justesse et de sensibilité les sentiments humains, et les lecteurs se reconnaîtront à la lecture des différentes histoires contées tout au long des 480 pages !

**********

En résumé, les Contes d'Andersen est un classique à lire ! Les plus jeunes y découvriront des histoires de sirènes, de petits garçons débrouillards et courageux, de voleurs farceurs et de souverains fort naïfs... tandis que les plus grands pourront y lire des récits empreints d'humanité et de réalisme, courts ou longs, mais tous profondément beaux, avec des morales intéressantes sur les hommes et leurs bons, comme leurs mauvais côtés.

**********

Détails sur ce livre :

Contes, publié aux éditions Folio

Collection : Classique

Auteur : Hans Christian Andersen

Nombre de pages : 480 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

Posté par Sue-Ricette à 07:00 - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :