de-la-terre-a-la-lune- Après la fin de la Guerre de Sécession, le Gun Club de Baltimore et son président, Barbicane, lancent le projet à première vue insensé de projeter un boulet de canon sur la Lune. Après plusieurs réunions, le Gun Club s'organise et lance une collecte de fonds en direction de toute la planète. L’argent récolté, le projet prend forme et un immense canon, le Columbiad, voit le jour. -

**********

Mon avis :

En avril, ne te découvre pas d'un fil... même si tu dois aller sur la Lune ! Un voyage spatial peu commun, une quête cosmique incroyable, inédite, et que Jules Verne parvient pourtant à visualiser avec une imagination détonante, un panache révolutionnaire... Au coeur du firmament étoilé, quels secrets l'astre du soir renferme-t-il ? Aux frontières du réel, au-delà de tout ce qui peut exister et dépasser les barrières de l'inconscience même, l'homme peut-il espérer fouler son sol encore inexploré ?

**********

  • Le génie de l'écriture

Lorsque l'on parle d'inventivité, de créativité, d'évasion libératrice et visionnaire, comment ne pas songer à Jules Verne et son oeuvre ? Il est, je trouve, impossible de dissocier l'écrivain de ses romans, tant ceux-ci sont inoubliables et façonnent dans un recoin de notre cerveau des histoires tout à la fois improbables et grandioses, merveilleuses et farfelues... Les mers autant que les airs, les mystères de l'inconnu terrestre autant que spatial fascinent l'imaginaire collectif en même temps qu'ils le troublent, et Jules Verne a su saisir l'essence même de cet engouement pour l'inacessible, l'insoluble, l'incompréhensible.

Peu d'ouvrages de l'auteur à mon actif jusqu'à maintenant, deux pour être exacte, mais l'attraction qu'exercent ses différentes intrigues relève, je trouve, autant d'un goût prononcé pour l'aventure que d'une curiosité scientifique à moitié satisfaite. Son écriture ciselée, analytique, schématique, possède également en elle une part indéniable de rocambolesque, de magie, et peut-être même, disons-le, de féerie moderne, contemplative... Jules Verne découpe et calcule chacun de ses romans de telle sorte qu'ils apparaissent comme une oeuvre à part entière qui se dévoile petit à petit, laissant tout son potentiel grandir au fil des pages pour créer chez le lecteur une sorte d'implosion émerveillée, telle la course majestueuse d'une étoile filante galopant à travers les cieux. Ainsi, le mental humain s'adapte, se contorsionne et tente de se fondre dans les innombrables détails qui affluent au cours de l'histoire. Ici, Jules Verne saupoudre d'astronomie, de physique, de chimie et d'autres paramètres plutôt retors les quelques deux cents cinquante pages de son roman lunaire.

Des chiffres écrits noir sur blanc en anciennes unités de mesure compliquent la tâche et font s'embourber le lecteur dans un marécage numérique auquel il lui est presque impossible d'échapper. Les réflexions mathématiques et autres pensées savantes émises par les personnages induisent une confusion quasi indescriptible : pour ma part, je me suis sentie refoulée, rejetée par cette intrigue dont le sens ne m'apparaissait pas toujours de façon claire. J'ai eu le sentiment d'être plus d'une fois étrangère à ce récit d'un autre temps, dont le style rédactionnel trouve toute sa beauté dans une redondance aussi passionnante qu'ennuyeuse. Perdue entre deux points de vue, je ne parvenais pas à me faire un avis qui semblait rendre hommage à cette épopée visionnaire, autant qu'il me permettait d'être pleinement objective. Jules Verne est ce romancier hors du commun, cet auteur mythique aux idées géniales, cet écrivain à la plume riche, vivante et qui crée des protagonistes aux personnalités fougueuses et indépendantes, aux noms mémorables traversant les âges... Jules Verne était un rêveur invétéré qui a écrit pour les rêveurs des siècles à venir, pour l'emmener au bout du monde, le faire voyager vers des contrées lointaines au coeur même de la Terre, lui permettre, à sa manière, de s'évader de son quotidien vers un ailleurs enchanteur plein de promesses.

**********

  • Entre Terre et Lune, quelle est la place de l'homme ?

Pas d'inquiétude, je ne vais pas me lancer ici dans un panégyrique philosophique (même si, entre nous, le thème de ce paragraphe m'inspire beaucoup) ! Malgré tout, comment, après avoir lu un tel roman et découvert un sujet aussi innovant qu'imposant, ne pas réfléchir à la question de la place de l'homme en ce monde ? Après tout, l'humanité, même si elle a les capacités et possède les outils nécessaires à la conquête de l'univers, peut-elle se permettre de franchir les limites de son habitat ? C'est, à mon sens, une interrogation essentielle pour comprendre au mieux les mécanismes de ce roman. Au XIXe siècle, Jules Verne imaginait déjà les voyages lunaires. Ici, pourtant, le raisonnement à adopter se scinde en deux parties distinctes : l'auteur a-t-il eu l'idée de mettre sur pied un tel concept pour laisser son imagination florissante vagabonder librement ? Ou bien s'est-il servi de cette thématique improbable pour mettre en lumière la décadence sociale et sociétale, le déchéance humaine, le progrès qui, au lieu d'être salutaire pour le bien commun, incite l'homme à devenir plus conquérant et expansionniste qu'il ne l'a jamais été au cours de l'Histoire ?

Jules Verne pensait-il réellement que ce projet, tel qu'il le décrit dans son roman, unirait toutes les nations du monde dans un effort historique et économique ? Ou alors, était-ce pour mieux décrire, de manière implicite, la déliquescence progressive des états et leurs rivalités mutuelles qui, au fil du temps, ne font que s'accroître ? La vision futuriste et originale de l'auteur n'était-elle pas en réalité une alerte silencieuse, manuscrite, sur la régression lente et destructrice qui, inévitablement, conduirait les hommes à leur perte ? Peut-on qualifier Jules Verne de génie fataliste ? Avait-il compris, comme tant d'autres penseurs, que tout, finalement, n'était qu'une question de temps...

C'est, en tout cas, ainsi que je perçois cette réflexion. Une société se construit et se définit progressivement, elle écrit son histoire et trace son propre chemin ; mais sa route ne peut-elle pas être brutalement amenée à dévier de sa trajectoire ? Tout autant qu'il a su capter les désirs inassouvis de l'homme, Jules Verne a, je pense, magistralement retranscrit les questionnements divers, les défauts indélébiles et intemporels, car malheureusement toujours actuels, qui avaient déjà cours à son époque.

**********

En résumé, De la Terre à la Lune est un roman que j'ai apprécié, même s'il ne m'a pas totalement convaincue ! C'est une histoire incroyable, savante mais passionnante, qu'une écriture tantôt palpitante, tantôt rigoureuse, conduit de manière assez aléatoire. Les chapitres se succèdent et nous offrent des passages aussi intrigants qu'indéchiffrables, mais le tout est d'une singulière originalité qui donne tout son charme au roman. Un voyage stellaire merveilleux et indémodable !

**********

Détails sur ce livre :

De la Terre à la Lune, publié aux éditions Le Livre de Poche

Auteur : Jules Verne

Nombre de pages : 255 pages

***********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette