mardi 11 février 2020

Les morts ne pleurent pas - L'assassin aux perles

les-morts-ne-pleurent-pas- Londres, décembre 1843. Le corps d’une deuxième femme vient d’être découvert. Scotland Yard se retrouve dans l’impasse, alors que les crimes se poursuivent. Pour faire avancer cette enquête complexe, l'inspecteur Dorian Griffiths en appelle au Dr Johnstone, un expert médico-légal confirmé qui dirige une entreprise de pompes funèbres. -

**********

Mon avis : 

Je tiens à remercier Eve Ruby Lenn, l'auteure de ce roman, de m'avoir accordé sa confiance pour la lecture et la critique de son livre.

Une enquête au coeur du Londres victorien ? Un mystère à la Arthur Conan Doyle ? Un inspecteur façon Sherlock Holmes ? Il ne m'en fallait pas plus pour me laisser tenter par ce roman autoédité intelligent et bien écrit, dans lequel la malice de l'auteure crée une ambiance oppressante où le suspense est à son comble à chaque page...

**********

  • Au carrefour du crime...

L'intrigue de ce roman est un véritable défi. Défi de réflexion, de ruse, d'attention, de compréhension... Eve Ruby Lenn nous plonge dans une enquête tourmentée où le lecteur curieux et à l'appétit livresque insatiable peut laisser libre cours à des hypothèses et des suppositions aussi farfelues que concrètes. Qui est "l'assassin aux perles" ? Pourquoi agit-il ainsi ? Qui sera sa prochaine victime ? Une affaire pleine de rebondissements qui voit s'épaissir le mystère un peu plus à chaque seconde, brouillant les esprits perdus en conjectures délicates et insensées...

Où l'auteure souhaite-t-elle nous emmener ? Quel sera le point de chute de son récit ? Parviendrons-nous à démasquer le coupable ? Seule la lecture de ce polar pourra répondre à ces questions qui, noyées dans l'inconnu, nagent dans le flou le plus total. Pourtant, l'intrigue, détaillée et complexe, ne s'attarde pas outre mesure sur la difficulté de Scotland Yard à mener à bien cette enquête. Au contraire, l'histoire ne s'essouffle jamais et trouve toujours une issue secondaire aux obscurs ennuis des deux détectives missionnés par la police britannique : une romance, légère et brève, s'inscrit sans problème dans le contexte inquiétant du livre, tout autant que le passé peu ordinaire des personnages remonte à la surface de leur mémoire et resurgit de manière brutale en ces temps troublés...

D'ailleurs, l'enquête qui nous intéresse se concentre exclusivement sur la psychologie de chacun des protagonistes. Quelques mots, un geste inattendu, une ligne ou deux savamment rédigées laissent le doute se tapir dans un recoin de notre cerveau, faisant travailler notre inconscient à l'élucidation de ce mystère. Mais finalement, qui croire ? Que penser ? À qui se fier ? L'auteure nous balade habilement de droite et de gauche, usant d'une répartie parfois cinglante pour donner le ton de cette affaire aux accents meurtriers. Tout ceci n'est pas sans rappeler les agissements de Jack l'Éventreur qui, tout comme "l'assassin aux perles", sévit lui aussi dans les bas-quartiers de Londres, emportant à tout jamais le secret de son identité. Ainsi, Les morts ne pleurent pas, un roman plein de perspicacité et de talent, se trouve être le mélange astucieux et audacieux d'un Sherlock Holmes inédit et d'une réalité glaçante de l'Angleterre victorienne.

Mais là où le détective imaginé par Arthur Conan Doyle se révèle être d'une sagacité et d'une volonté désarmantes, l'inspecteur Dorian Griffiths est plutôt le policier pacifique, spectateur en quelque sorte, désinvolte et hautain, agaçant parfois, borné et impulsif... Si ses déductions s'avèrent judicieuses, sa manière d'agir et de penser s'arrête là où celle de ce bon vieux Sherlock Holmes s'exprime librement, sans aucune limite. Et malgré tout, son personnage ne m'a pas été antipathique et détestable, car si son professionnalisme reste assez terre-à-terre et vieille école, l'empathie et l'humanité dont il fait preuve de temps à autre sont des qualités non négligeables.

En parallèle, le docteur Johnstone et sa fille Trinity sont tout aussi intriguants que cet inspecteur revêche, laissant plus d'une fois planer leur doute sur leur personne. Jeune femme déstabilisante, Trinity est hantée par les fantômes de son passé, condamnée à vivre dans la peur du monde, lasse d'évoluer dans ce semblant de société qui ne lui inspire plus confiance. Quant à son père, sa personnalité étonnante en fait un protagoniste à part entière, créant autour de lui tout un univers énigmatique que l'auteure se plaît à entretenir. Ils sont tous deux des piliers du récit, et confèrent à l'intrigue son côté tantôt humoristique, tantôt léger, mais également romantique, dramatique...

**********

  • Une découverte littéraire

Avec ce roman, je découvre la plume et le style d'Eve Ruby Lenn. Son écriture truculente m'a permis d'apprécier tout le pittoresque, la saveur piquante de cette enquête troublante. Sous son regard attentif, les personnages se font acides, silencieux, drôles, curieux aussi, et possèdent un caractère au charme suffisant pour créer un lien entre eux et le lecteur. Versé dans l'ombre, virant parfois au thriller au suspense terrifiant, Les morts ne pleurent pas nous offre une intrigue dépaysante, sanglante, angoissante et captivante à souhait, car le fin mot de cette histoire ne peut pas et, surtout, ne doit pas nous échapper ! Ainsi, l'auteure ensorcelle son lectorat du début à la fin, elle arrive à nous prendre au jeu macabre de découvrir le responsable de ces actes sans nom. Et la chute garde en elle cette part de surprise, d'attente insoutenable et de révélations insoupçonnées.

**********

En résumé, j'ai adoré ma lecture de cet incroyable roman qu'est Les morts ne pleurent pas ! Si vous êtes à la recherche d'une enquête passionnante qui renouvelle le genre du polar, où se mêlent également des intrigues secondaires qui pimentent le récit et lui apportent une touche d'inattendu, alors ce livre est fait pour vous. Partez à l'aventure et découvrez qui se cache derrière le nom de "l'assassin aux perles"...

**********

Détails sur ce livre :

Les morts ne pleurent pas - L'assassin aux perles, publié aux éditions Librinova (existe aux formats papier et numérique)

Auteur : Eve Ruby Lenn

Nombre de pages : 237 pages (au format numérique)

**********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

Posté par Sue-Ricette à 08:00 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,


jeudi 6 février 2020

Pour un murmure

pour-un-murmure- Quand Mary tombe amoureuse du Duc de Kinn, elle sait que leur amour est voué à l’échec. Amie de la reine Emma et fidèle dame de compagnie de Lady Oscar, la jeune femme sait que son rang ne la destine pas à la grandeur. Pourtant, le cœur sait se forger un chemin là où la raison refuse de s’aventurer.

Fiancé depuis son enfance à une jeune femme qu’il n’a jamais vue, Willem offre son cœur à la douce Mary sans y réfléchir à deux fois. Quand sa promise politique fait son apparition à la Cour et que le roi Arnald semble prêt à ordonner leur union, la panique gagne le jeune Duc.

Alors que Mary n’a d’autre choix que de prendre ses distances quitte à y laisser son cœur, Willem s’entête à trouver une solution qui ne peut exister.

Partagé entre devoir et sentiments, l’amour parvient-il toujours à réunir ceux qu’il a unis ? -

**********

Mon avis :

Je tiens à remercier Liv Fox, l'auteure de ce roman, de m'avoir accordé sa confiance pour la lecture et la critique de son livre.

Et si, inconsciemment, l'amour murmurait à notre oreille ? Et si le coup de foudre n'était pas le fruit du hasard, mais bien le résultat, subtil et doux, de l'amour qui s'invite dans notre coeur et lève le voile de nos appréhensions ? Un mélange suave et délicat de tendresse, d'une magie invisible et bienveillante qui oeuvre dans l'ombre à rapprocher les âmes soeurs qui se destinent l'une à l'autre.

**********

  • Quand on n'a que l'amour...

Comme pour ses précédentes romances, Liv Fox ne ménage pas ses efforts pour nous emmener au-delà du rêve, loin de la fade et triste réalité, pour parer de couleurs chatoyantes nos existences rythmées par le temps qui bat incessamment la mesure. Chaque seconde qui s'égrène est un petit pas sur le long et sinueux chemin de la vie, une avancée minuscule qui nous amène peu à peu aux carrefours majeurs du souffle qui anime chacun d'entre nous : quelle direction choisir ? Quel sens donner à la vie, lorsque celle-ci semble froidement nous abandonner ? Bien souvent, ce sont ces décisions qui nous conduisent à dessiner la nouvelle route de notre avenir. Un parcours qui, au fil du temps, nous apparaît bien en deçà de nos espérances passées, de nos rêves lointains et souvenirs effacés... Lorsque cette réalité s'impose à nous, il est trop tard, car le parcours qui fut le nôtre n'existe plus. Seule notre mémoire ravive ces années envolées, oubliées par notre seule volonté d'avancer sur une tout autre voie.

C'est ainsi que je perçois Pour un murmure, la nouvelle romance écrite par Liv Fox. Si, à la première lecture, il y est question d'amour profond et véritable, de sentiments honorables mis à mal par l'irascible et cruel destin, la seconde approche nous offre une vue plus détaillée et recherchée. Les émotions et la psychologie des personnages sont perceptibles à chaque instant, la plume de l'auteure est toujours aussi soigneuse et riche, et les thématiques abordées nous renvoient sans jugement vers nos propres questionnements. Le temps est insaisissable, immuable, tout à la fois bienveillant et impitoyable, car personne n'échappe à son emprise, aussi silencieuse soit-elle... Les aiguilles de nos horloges défilent sans relâche sous nos yeux, tandis que s'imposent à nous des choix difficiles, des dilemmes capables de voir le bonheur disparaître à tout jamais... Mary et Willem, les héros de cette histoire, se trouvent ainsi face à l'impossibilité totale de laisser libre cours à l'amour qui les unit sans nuire aux accords de paix du Royaume de Lumière. 

Respectant le rang qu'ils occupent à la Cour le jour, ils sont, la nuit venue, des amants passionnés vivant dans la clandestinité de l'amour véritable. Les baisers qu'ils échangent sont légers, sincères, porteurs des sentiments forts et nobles qui les animent tous deux. Pourtant, une ombre au tableau s'immisce sournoisement entre eux et ternit ce bonheur de courte durée, ne laissant derrière elle que le vide, les regrets amers, la solitude teintée de larmes... La distance imposée par le devoir et la raison ravage leur coeur autant qu'elle mine leur courage et brise leurs espoirs. Et cette histoire, tout à la fois belle et dramatique, m'a permis de réfléchir à cette notion, cette force universelle du temps dont il est impossible d'inverser le cours. Chaque jour qui passe nous éloigne inexorablement du bonheur auquel nous aspirons, créant un abîme de détresse insondable, le refuge sombre et imparable abritant nos rêves occultés. Le temps joue contre nous à chaque instant, et l'histoire de Mary et Willem reflète la course effrénée que nous menons pour semer les embûches qui nous guettent ici et là.

Ainsi, Rose, l'un des personnages secondaires du récit, se rapporte pour moi à des buissons épineux qui barrent le chemin et déversent nombre de difficultés dans la vie de tout un chacun. Choisir la facilité, emprunter la route libre et agréable se résume à une forme de résignation pure et simple, un abandon sans lendemain de nos croyances les plus profondes. Par amour, Mary choisit délibérément de renoncer à Willem et de s'engager sur la voie d'une raison gouvernée par les intérêts du monde extérieur. Faire face à l'adversité, affronter nos peurs et se désintéresser de l'avis général, traverser ces fourrés piqués de ronces est certes douloureux et intense, mais le bonheur n'a pas de prix et refuser de le laisser entrer dans nos vies, c'est se condamner aux maux du coeur et de l'âme...

**********

  • Une série de romances adorables

Si Liv Fox a déjà publié plusieurs autres histoires d'amour, chacune d'elle me surprend et m'interpelle à sa manière. Plus je découvre l'oeuvre de cette auteure, plus j'apprécie son talent de conteuse, son style unique, la force et la sagesse qu'elle transmet à ses personnages, les valeurs qu'elle leur inculque, les métaphores qui transparaissent au fil des pages et nous invitent à considérer des notions telles que l'amour et le temps sous un angle différent. La relation qu'entretiennent Mary et Willem m'est apparue comme la Terre, berceau d'un amour infini et coeur géant battant d'une vigueur nouvelle au sein de l'univers tout entier, un château à ciel ouvert, sous le regard attentif d'un roi lumineux, stellaire, et d'une cour composée d'étoiles incroyables et de planètes extraordinaires.

**********

En résumé, Pour un murmure, romance tendre et langoureuse, fine et observatrice, s'inscrit dans la lignée de celles qui l'ont précédée, créant une atmosphère chaleureuse et apaisante. C'est un coup de coeur pour moi, une lecture tout à la fois réconfortante et intéressante où l'érotisme, bien qu'encore présent, n'occupe plus une place primordiale dans le récit. Là où l'histoire se concentre sur la psychologie et la spiritualité émotionnelle des personnages, je dirais que les scènes plus osées font office de petit plaisir final, car elles offrent ce moment de légèreté sensuelle à l'intrigue et confèrent à chacun des romans de Liv Fox sa touche personnelle, sa patte littéraire romantique...

**********

Détails sur ce livre :

Pour un murmure, autoédité en ebook

Auteur : Liv Fox

Nombre de pages : 120 pages

**********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

coup de coeur

Posté par Sue-Ricette à 08:30 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 3 février 2020

Le septième Templier

le-septième-templier- 1307. Le roi Philippe le Bel et le pape Clément V ordonnent l'anéantissement total de l'Ordre du Temple. Mais dans l'ombre des commanderies, sept templiers vont organiser sa survivance par-delà les siècles. De nos jours, le commissaire franc-maçon Antoine Marcas reçoit l'appel désespéré d'un mystérieux frère, sur le point d'être assassiné, qui lui transmet la piste d'un secret fabuleux : le trésor des templiers. Au même moment, à Saint-Pierre de Rome, le pape s'apprête à bénir la foule quand il est abattu par un tireur d'élite... -

***********

Mon avis :

Les lectures décevantes, ça existe. Mais finalement, ces découvertes qui ne nous enchantent pas autant que nous l'aurions souhaité nous permettent ensuite de rebondir et d'aller vers de nouvelles aventures livresques trépidantes ! Et c'est ainsi que je décrirais mon premier flop de cette année 2020, car grâce à ce roman, je sais désormais avec certitude que le thriller, qu'il soit historique ou pas, n'est clairement pas ma tasse de thé... Et dans la vie d'un lecteur, nombreux sont les ouvrages qui se succèdent entre ses mains et remplissent son esprit d'émerveillement ou au contraire d'ennui total.

**********

  • Et du secret, nul ne devra rien savoir...

Pour commencer, je ne suis absolument pas familière avec l'oeuvre d'Éric Giacometti et Jacques Ravenne. Si j'ai inclus ce livre dans ma PAL du Cold Winter Challenge, c'est pour le côté polar, roman policier, enquête mystérieuse sur fond historique et franc-maçonnique que le résumé m'avait laissé miroiter. Désillusion ! La chute de mes attentes vis-à-vis de cet ouvrage fut longue et lente, jusqu'à percuter de plein fouet le sol dur de la déception.

Dès le début, les deux auteurs m'ont confrontée à un flot d'informations et d'anecdotes se rapportant aux précédents volumes de cette série de livres, une quantité trop importante de détails qui ont nui à l'intérêt que je portais à l'intrigue. En effet, je me suis lancée dans cette lecture sans rien connaître des personnages, de leur caractère et des aventures qui ont fait leur succès. Piqûre de rappel pour certains, tout ceci m'a embrouillée malgré les notes, succinctes, en bas de page. Il m'a été difficile de rentrer pleinement dans le coeur du roman, car le passé des protagonistes les rattrape à chaque instant, sans pour autant que je parvienne à démystifier et décoder leur personnalité.

Antoine Marcas, le personnage principal, m'a insupporté plus d'une fois, je l'ai trouvé léger et assez peu préoccupé par les enjeux qui découlent de cette enquête. Il m'a semblé creux et je n'ai pas trouvé la centralité qu'on lui donne si intéressante et justifiée que cela. Je le pense davantage spectateur qu'acteur de cette affaire, son rôle est plutôt mineur pour moi, il ne dégage pas une réelle importance. Le fait qu'il soit franc-maçon n'arrange pas son cas, car les rituels, titres, règles et autres cérémonies de ce style qui jalonnent l'histoire sont d'une complexité, à mon sens, affolante pour les non initiés que nous sommes à ces pratiques ! J'ai été en quelque sorte dégoûtée de cette "philosophie de vie", car au fil des pages, les deux auteurs renforcent l'idée d'un art de vivre cadencé par des rites de passages, des initiations... Si j'étais à la base curieuse d'en savoir davantage à ce sujet, mon intérêt s'est vite estompé et les annexes placées en fin de livre me sont restées inconnues, car je ne souhaitais pas m'embourber plus que je ne l'étais déjà.

Dommage, en somme, car cette thématique historico-franc-maçonne mérite une attention un peu particulière de notre part, car les templiers revêtent cette part de mystère qui nous échappe, et le mythe qui les entoure aurait pu être travaillé, je pense, de façon plus énigmatique et prenante, sans y mêler des détails foisonnants parfois incompréhensibles des néophytes. Le secret du trésor caché est fabuleux, la fin laisse en bouche un petit goût de satisfaction émerveillée, mais la majeure partie de l'histoire court de droite et de gauche sans véritablement embarquer le lecteur à ses côtés. Du moins, ce fut le cas pour moi, car le potentiel de ce roman se tapit au coeur même des pages, mais l'accessibilité de sa lecture à un public large se voit réduit par le contexte de l'intrigue primaire, à laquelle se mêlent des histoires secondaires du domaine politique, financier et religieux.

**********

  • ... Car l'histoire qui s'écrit demeurera à jamais !

Malgré les points négatifs évoqués juste avant, Le septième Templier compte aussi quelques aspects positifs. Je pourrais notamment vous parler de la découpe des chapitres, qui crée un voyage spatio-temporel entre 1307 et notre époque actuelle, mais également de Paris au Vatican, et ce, sans bouger de notre fauteuil ! De ce point de vue-là, l'immersion au coeur de l'histoire est totale, et donne une narration passionnante d'un siècle à l'autre. Le côté épique et chevaleresque des templiers ressort sans problème, ce qui contribue à entretenir l'aura fantomatique qui les enveloppe. la légende, tant de fois remaniée à travers les âges et les récits, se forge ici dans un nouvel acier et plonge au plus profond des racines médiévales.

Éric Giacometti et Jacques Ravenne conduisent l'intrigue de manière solennelle, telle une cérémonie symbolique menée dans le plus grand respect d'une tradition ancestrale. La franc-maçonnerie, bien que complexe à appréhender, s'avère être fort singulière et parfaite pour troubler tant l'esprit des personnages que celui des lecteurs. Et finalement, ce point relève plus de la demi-teinte que de la négativité pure et simple. Avec ce livre, on se retrouve plongé dans un monde inconnu, bercé entre Histoire des temps anciens et réalité moderne du XXIe siècle. De plus, je ne peux pas nier que la chute imaginée par les deux auteurs s'imbriquait parfaitement au reste du récit, car démasquer le véritable coupable de cette affaire relève presque de l'impossible et comprendre ses motivations est quelque peu intriguant.

**********

En résumé, Le septième Templier est une lecture qui marquera ma vie de lectrice à sa manière ! Un moment confus, laborieux, ennuyeux par moments, mais une intrigue passionnante placée sous le signe de l'Histoire, celle avec un grand H. Un voile de mystère entoure le secret de l'Ordre du Temple, un secret qui traverse les siècles et fascine plus d'une personne en ce bas monde, un secret silencieux qui vivra à jamais dans l'imaginaire collectif, noirci par les taches d'encre d'auteurs à l'esprit fertile...

**********

Détails sur ce livre :

Le septième Templier, publié aux éditions Pocket

Auteurs : Éric Giacometti et Jacques Ravenne

Nombre de pages : 568 pages

**********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

Cold Winter Challenge 2019

Posté par Sue-Ricette à 11:56 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 1 février 2020

Cold Winter Challenge 2019 - Suite et fin

Cold Winter Challenge 2019

 

Bonjour à toutes et à tous,

Ça y est, l'édition 2019 du Cold Winter Challenge est officiellement terminée depuis hier ! Nous avions deux mois pour nous plonger, au travers de lectures tantôt envoûtantes, tantôt frissonnantes, dans la magie des fêtes de fin d'année et l'ambiance cocooning de l'hiver... Aujourd'hui, en ce 1er février, le CWC initié depuis plusieurs années par Margaud Liseuse prend un nouveau tournant et évolue avec son temps. L'édition 2020 n'arrivera qu'au mois de décembre, mais l'essence même du challenge disparaît un peu avec la vidéo publiée hier par Margaud sur sa chaîne.

**********

J'ai participé pendant quatre ans à ce défi lecture, et même s'il continuera d'exister au fil des années, c'est triste de se dire qu'il n'aura plus la touche personnelle de Margaud, sa patte, sa signature que nous avons été nombreux et nombreuses à apprécier. Bien sûr, je serai toujours partante pour suivre le CWC, car c'est un challenge que j'aime beaucoup et dont j'attends le top départ chaque 1er décembre avec impatience ! Alors, même si Margaud passe le flambeau à quelqu'un d'autre, le Cold Winter Challenge et celle qui l'a animé durant toutes ces années vivront toujours dans nos coeurs et en chacun des livres que nous lirons.

Après cette première partie chargée en émotions, je vous propose de faire le point sur mes lectures de l'édition 2019 de ce défi. Souvenez-vous... J'avais sélectionné six livres (ICI) à lire durant les deux mois que dure le challenge, et j'ai finalement réussi à en valider trois. Un ratio lu/pas lu équilibré qui me convient parfaitement, compte tenu que décembre et janvier ont été des mois bien remplis ! Du coup, passons maintenant aux choses sérieuses avec le bilan de mon CWC.

 

♥ Lecture coup de coeur ♥

bilbo-le-hobbit

Chronique à retrouver ICI

 

! Très bonne lecture !

la-dissonante-mélodie-des-souvenirs

Chronique à retrouver ICI

 

... Lecture décevante ...

le-septième-templier

***********

Un chouette bilan qui conclut de manière sympathique cette édition quelque peu spéciale du Cold Winter Challenge ! Cependant, les trois autres livres qui faisaient partie de ma PAL n'attendront pas le mois de décembre pour être lus, car j'ai bien l'intention de les découvrir sans tarder. Et vous, quels sont les ouvrages qui vous ont accompagné(e)s durant ces deux derniers mois ? Des coups de ♥ ? Des découvertes insoupçonnées ? Ou bien des lectures à la saveur amère de la déception ? Dites-moi tout !

Je vous dis à bientôt pour un prochain article.

Sue-Ricette

Posté par Sue-Ricette à 10:36 - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 31 janvier 2020

BILAN - Janvier... Et bienvenue en 2020 !

giphy

 

Bonjour à toutes et à tous,

La nouvelle année n'a commencé que depuis un mois, et nous voilà déjà en février ! Le temps file à une vitesse folle, il nous échappe et ne laisse au fil des jours que des souvenirs du mois qui vient de s'écouler. Du coup, je vous propose que l'on prenne le temps de souffler et de s'attarder un peu sur tout ce qui a rythmé chacun de ces trente et un jours. De nouveaux projets voient le jour, des idées nouvelles germent dans notre esprit, certaines de nos résolutions prennent forme tandis que d'autres objectifs s'avèrent plus difficiles à réaliser...

Pour commencer, qu'ai-je lu en janvier ? J'ai envie de dire que ce mois-ci fut un mois idéal en terme de lectures, car j'ai réussi à lire cinq ouvrages qui furent pour la plupart de très belles découvertes. Trois coups de coeur, une quatrième excellente lecture et une dernière assez mitigée, voire même plutôt décevante. Tout d'abord, une rencontre fantastique et inattendue avec la plume enchanteresse et les incroyables personnages de J. R. R. Tolkien dans Bilbo le Hobbit, puis une immersion douce et magique au pays des livres et de l'enfance grâce à Dans la Grand-Rue, sans oublier un passionnant détour par l'univers fantastico-médiéval imaginé par Liv Fox dans Pour une caresse ! Vient ensuite un beau moment de tendresse et de confiance avec À jamais dans mon coeur !, de Lucie Farigoul, suivi de la lecture du Septième Templier, un thriller historique signé Eric Giacometti et Jacques Ravenne, un roman sur lequel je n'ai pour ainsi dire pas accroché.

Côté blog, cinq articles publiés au cours du mois, six avec le bilan jourd'hui. Chacune de mes lectures (sauf Le septième Templier) a fait l'objet d'une chronique, il ne vous reste qu'à cliquer ICI, ICI, ICI, et pour les découvrir si ce n'est pas déjà fait ! Je lis toujours vos commentaires avec plaisir et attention, et je suis contente que les articles vous plaisent et vous rendent curieux/curieuses de vous plonger dans ces livres. Rédiger ces posts me permet de laisser s'exprimer tous ces ouvrages, certes de manière indirecte, mais les mots qui les composent voyagent jusque sur ces pages et m'inspirent la mise en forme du ressenti que j'ai eu grâce à chacun d'eux. Avec ces billets, j'ai envie de parler de tout ce qui m'a fait vibrer, des émotions qui m'ont été transmises chapitre après chapitre, des leçons que j'ai pu en retirer et que je souhaite partager avec vous... Que j'aie aimé ou pas un livre, j'essaie toujours de vous proposer des articles réfléchis et aboutis, pour que chacune de ces lectures attise à sa manière votre curiosité de lecteur/lectrice.

giphy (1)

**********

En janvier, j'ai passé un certain temps à chiller devant Netflix, car pas mal de nouveautés que j'attendais avec impatience ou que j'avais hâte de découvrir sont sorties au cours du mois sur la plateforme ! Je pense notamment à la saison 3 de la série Anne with an E sortie le 3 janvier, ou encore la saison 3 des Nouvelles Aventures de Sabrina le 24 janvier. Si la première, véritable coup de ♥ télévisé, a été dévorée en quelques jours à peine, la seconde, une pépite également, est en cours de visionnage.

 

**********

Côté résolutions, je dois bien avouer que j'ai été mauvaise élève vis-à-vis de mon Bullet Agenda, que j'ai rempli dès les premiers jours et rangé par la suite. Du coup, j'espère, et je vais tout faire pour, être plus assidue à la bonne tenue de mon carnet. D'autant que j'aime beaucoup garder une trace de ce qui a rendu chaque jour si particulier à mes yeux, des activités qui m'ont occupée, des objectifs mensuels que j'ai réussi à atteindre ou pas... Alors en février, on se motive ! Autrement, des projets auxquels je n'avais pas pensé en début d'année sont venus remplir un peu plus mon quotidien déjà bien rythmé et m'apparaissent essentiels en cette fin de mois. Je ne vous en dirai pas davantage pour le moment, mais c'est important pour moi de franchir ce nouveau cap. Mystère, mystère...

En février, vous le savez certainement, mon petit blog fêtera ses trois ans d'existence. Déjà, et oui ! Mais il est encore un peu tôt pour vous raconter tout ce que la blogosphère et chacun(e) d'entre vous m'ont apporté. Du coup, pour rester dans la thématique "écriture" (un blog est avant tout un espace de partage et d'échange au travers d'articles), janvier a été un mois assez peu productif de ce côté-là. Le projet de roman que j'ai stagne légèrement, mais je ne désespère pas de reprendre de manière plus régulière cette activité. Vous êtes nombreux et nombreuses à attendre avec impatience mes prochains écrits, et j'ai hâte que vous puissiez découvrir mon premier vrai roman. Donc, courage, force et motivation sont les maîtres-mots pour le mois de février !

giphy (2)

**********

Voilà, c'est terminé ! Un premier bilan pour cette année 2020, un mois de janvier qui marque un tournant dans nos existences, puisque nous voilà engagés sur le chemin de la deuxième décennie de ce siècle... Que nous réserve février ? Seul le temps nous le dira. En attendant, j'espère que vous avez vous aussi passé un bon mois de janvier, n'hésitez pas à me partager dans le commentaires vos petits et grands bonheurs, vos lectures, découvertes et autres bons moments...

Je vous dis à bientôt pour un prochain article.

Sue-Ricette

giphy (3)

Posté par Sue-Ricette à 16:55 - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :


samedi 25 janvier 2020

Comme une évidence

comme-une-évidence- Lors d’une séance photo improvisée, Bénédicte et Yoann se rencontrent. Elle est l’héritière d’une marque de luxe spécialisée dans le prêt-à-porter, il est un jeune footballeur professionnel à l’avenir prometteur. Entre eux, c’est comme une évidence, un véritable coup de foudre. Au fil des jours, leurs sentiments se renforcent. Entourés de leurs familles et de leurs amis, ils se construisent un avenir radieux. Fortune, mariage, enfant... Leur vie s’annonce sans nuages. Mais tant de chance et de succès suscitent toujours de la jalousie… Comment réagir face à la trahison d’un proche ? Où trouver le courage de surmonter les épreuves de la vie ? Envers certaines douleurs, l’argent ne peut rien… Leur amour, pourtant si fort, pourra-t-il résister ? -

**********

Mon avis :

Je tiens à remercier Anaïs Raphaël, l'auteure de ce roman, de m'avoir accordé sa confiance pour la lecture et la critique de son livre.

L'amour. Une émotion, un sentiment aussi rare que subtil, une évidence telle qu'elle nous échappe parfois. L'effleurement délicat de deux âmes solitaires, l'envol léger de centaines de papillons colorés, la fusion chaleureuse des corps dans une danse suave... L'amour pourrait se résumer à tant de bonheur et d'insouciance. Mais la voie du coeur est-elle aussi rayonnante qu'elle ne le laisse paraître ? Lorsque tout semble aller pour le mieux, le miroir de nos peines et de nos souffrances passées continue-t-il de nous hanter ?

**********

  • On va s'aimer...

Si la phrase emblématique de la chanson de Gilbert Montagné m'a inspiré le titre de ce paragraphe, c'est tout simplement parce que je trouve qu'il reflète à merveille l'idée qui se dégage de cette histoire et que Anaïs Raphaël, l'auteure, a su transmettre à son lecteur de façon tout à la fois légère et dramatique : le véritable amour, celui qu'on ne connaît qu'une seule fois au cours de son existence, celui-là même que l'on écrit avec un A majuscule est une évidence émotionnelle qu'aucun(e) de nous ne peut délibérément ignorer. Les êtres humains sont en quelque sorte tributaires du sentiment amoureux, car depuis la nuit des temps, c'est une quête encore inassouvie à ce jour que de connaître le bonheur idéal.

Les hommes ont cherché à comprendre et percer les mystères de l'amour, mais celui-ci reste aujourd'hui encore une notion bien vague à nos yeux, se rapportant tout autant à la joie qu'au plaisir, mais également aux chagrins du coeur et autres déconvenues sentimentales. Ainsi, Comme une évidence s'impose comme un roman qui fait fi du voile épais de brume enveloppant l'amour et ses nombreuses définitions, car l'histoire imaginée par Anaïs Raphaël a pour seul et unique but de laisser le coup de foudre soudain, totalement inattendu, parler pour nous. Dès lors, à bas les doutes, les hésitations, les tergiversations inutiles, l'incertitude profonde qui tiraille notre esprit ! Place à la liberté et aux joies simples de la vie amoureuse.

Indépendante et sûre d'elle, Bénédicte incarne la femme moderne émancipée, belle sans être fatale, forte et courageuse, réfléchie et intelligente. Pourtant, si l'héritière de la famille Lance semble déterminée à se tailler une place dans ce monde sans pitié, l'assurance qu'elle affiche n'est pour elle qu'un moyen de dissimuler la souffrance qui l'habite. Blessée par une relation sans avenir, Bénédicte imagine difficilement se reconstruire avec un autre homme, quitte à finir célibataire... Mais c'était sans compter sur ce farceur de destin, qui a le don de placer sur notre route des évènements ou des personnes insoupçonnés et ce, aux moments les plus importants de notre existence ! Bénédicte ne se serait jamais doutée que Yoann entrerait de manière aussi impromptue dans son quotidien, mais sa surprise immédiate face à cette rencontre insolite est-elle le signe d'une peur incontrôlée, réminiscence de son passé douloureux ? Heureusement, l'auteure travaille ses personnages en profondeur et leur accorde une ambiguité émotionnelle très réaliste, tout en ménageant une part de suspense romantique que l'on prend plaisir à découvrir.

**********

  • Frontières imaginaires

Ancré dans un monde bien réel, Comme une évidence est une romance qui fait tout autant la part belle à l'extase amoureuse qu'au drame conjugal, voire même familial. Pas de risque de spoil ici, soyez rassuré(e)s ! Mais je trouve intéressant d'analyser ces deux aspects de l'histoire, car ils introduisent deux notions, à mon sens, fondamentales dans la mise en lumière et la définition de l'amour : la félicité qui en découle et la tragédie qui en résulte. Par comparaison, les pièces de William Shakespeare sont le penchant sombre et mélancolique du sentiment amoureux, décrivant avec un lyrisme inégalé l'accablement, la tristesse immense qui s'empare de chacun de ses personnages. Ainsi, la détresse de Roméo et Juliette n'est-elle pas portée par les tourments interminables dont souffre leur coeur, battant à l'unisson jusque dans la mort ? Ou encore Hamlet, dont la célèbre vengeance n'est que le reflet de l'amour qu'il vouait à son père ?

Les exemples ne manquent pas, mais il m'apparaît plus judicieux de vous parler plus en détail de Comme une évidence. Une romance contemporaine piquante, sensuelle, mais si réaliste et juste dans son message implicite d'amour au-delà des mots, de bonheur éternel... Une lumière bienveillante et réconfortante par-delà les tempêtes incessantes qui croisent parfois notre chemin. La relation de Bénédicte et Yoann ne se base pas uniquement sur une attirance physique réciproque, mais sur la durabilité des sentiments de chacun, sur la force du lien qui les unit, sur cette folle complicité qui les rapproche un peu plus chaque jour. D'ailleurs, la couverture de ce roman évoque parfaitement la dimension de l'histoire écrite par Anaïs Raphaël : le coeur, symbole même de l'amour, se compose de deux points d'interrogation. Car après tout, l'amour est une interrogation constante, un principe émotionnel méconnu, objet des plus grands sujets de réflexion de ces deux derniers siècles...

**********

En résumé, Comme une évidence est une excellente lecture ! Un ouvrage à lire en deux temps, afin de mieux l'appréhender et d'en saisir toute l'essence. Une romance belle et bien écrite, pour un sujet philosophique passionnant et passionné. La découverte d'une auteure à l'écriture addictive, aux côtés de personnages touchants et savamment imaginés. Lui faire un peu de place sur vos étagères ? C'est comme une évidence !

***********

Détails sur ce livre :

Comme une évidence, autoédité en ebook (existe aussi au format papier)

Auteur : Anaïs Raphaël

Nombre de pages : 226 pages (au format numérique)

À paraître le 8 février 2020

**********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

Posté par Sue-Ricette à 17:16 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 24 janvier 2020

À jamais dans mon coeur !

a-jamais-dans-mon-coeurVictoire a eu une enfance heureuse et équilibrée entre son père vétérinaire et sa mère Élodie, championne d’équitation qui lui a transmis sa passion des chevaux. Le rêve de l’adolescente est donc de suivre les traces de cette femme aimante et dynamique, appréciée de tous. Mais un jour, tout s’effondre. Lors d’une compétition, Élodie fait une chute qui lui est fatale. À partir de ce moment, Victoire ne peut approcher un cheval sans revoir la tragédie et ne veut plus entendre parler de Dream, la jument que montait sa mère et qu’elle avait aidé à dresser. Aux grands regrets de ses amis et de son père, qui tient beaucoup à Dream, Victoire est décidée à se séparer de la jument qu’elle rend responsable du décès de sa mère, quitte à oublier son rêve d’enfant. -

**********

Mon avis :

Je tiens à remercier Lucie Farigoul, l'auteure de ce roman, de m'avoir accordé sa confiance pour la lecture et la critique de son livre.

L'histoire d'une vie, un récit poignant, un drame familial qui brisera des coeurs et mettra à mal l'amour et la confiance... Peut-on encore croire en nos rêves, peut-on encore espérer lorsque le doute est omniprésent ? Tandis que la peur et l'incompréhension assaillent notre esprit, un destin qui n'est pas le nôtre se joue dans l'ombre, redessinant la route de notre existence, traçant dans le silence de notre chagrin un chemin cahoteux vers l'inconnu...

**********

  • À la croisée de nos coeurs

Le visuel de ce livre est une ode à la tendresse, à l'amour, au souvenir. Comme un lien invisible entre le passé, le présent et l'avenir, cette couverture résume à elle seule l'étendue philosophique, la dimension spirituelle et émotionnelle que renferme ce roman. Notre histoire est inscrite en nous, elle nous suit jour après jour et nous survit même au-delà des heures les plus tristes de notre existence. Dans notre coeur s'écrivent à chaque instant les moments qui tracent au fur et à mesure notre route, nos décisions influant sur la difficulté de ce parcours, les hauts et les bas que nous serons amené(e)s à traverser tôt ou tard. Et c'est ainsi que Victoire modifie de façon radicale le destin de Dream, sa jument préférée qu'elle rend responsable du décès de sa mère lors d'une compétition équestre.

Du jour au lendemain, la jeune fille, qui aimait Dream d'un amour inconditionnel, voue une haine viscérale à l'animal et décide d'occulter tout ce qui se rapporte à la pauvre bête. Une figurine, des photos, des souvenirs heureux partagés avec sa mère... Affligée par la disparition aussi soudaine que brutale d'Élodie, Victoire ne trouve refuge que dans la nostalgie, un univers hors du temps dans lequel sa mère est toujours là, à ses côtés, souriante et pleine de vie. Mais avec son imagination pour seul rempart face à la dure réalité qui l'attend, il est impossible pour elle d'envisager de côtoyer Dream sans éprouver de la crainte ou de la colère à son égard.

Ainsi, la réaction de cette jeune fille m'a semblé aussi pertinente et efficace qu'elle n'est agaçante et stupide ! Grâce à son style d'écriture, Lucie Farigoul nous amène à porter un regard compatissant sur cette adolescente troublée, perdue, désemparée face à une situation qui la dépasse complètement, mais notre coeur peut aussi se révéler dissident et nous laisser en bouche la saveur amère de son comportement qui nous apparaît si puérile et superficiel... Plus d'une fois au cours de ma lecture j'ai pensé remonter les bretelles à Victoire, si cela avait été possible. Heureusement pour elle, le caractère fictif de son personnage m'en a empêché, mais son attitude irrationnelle et irréfléchie se rapporte aussi pour moi à un certain manque de discernement de sa part.

Bien sûr, l'amour qu'elle porte à sa mère balaie sans problème la logique qu'il convient d'adopter, et Dream se trouve être bien malgré elle le bouc émissaire de celle qui la chérissait tant auparavant. L'objectivité de la jeune fille est totalement brouillée, et je comprends parfaitement que sa peine puisse altérer sa capacité à faire les bons choix, mais son entêtement la pousse dans un extrême émotionnel qui me semble purement illogique. Pourtant, si son personnage est par moments très énervant, Victoire n'en reste pas moins attachante et sensible, grâce à l'auteure qui a su retranscrire avec une habile justesse son humanité. Car finalement, si sa réaction m'a paru exagérée, disproportionnée au cours de ma lecture, je me rends compte à présent que la jeune fille laissait tout simplement s'exprimer l'humanité qui dormait en elle, et qui sommeille en chacun de nous.

Être humain, c'est accepter d'être imparfait, impuissant face à certaines situations qui nous semblent terriblement injustes, car nous ne sommes pas ces super-héros aux pouvoirs et à la force démentiels. Pas d'araignée radioactive, de kryptonite, de mutations génétiques ou autres... Si ces qualités nous apparaissent comme des dons que nous rêvons toutes et tous de posséder, je pense pour ma part que notre humanité est notre plus grand pouvoir. Grâce à elle, nous pouvons faire preuve d'empathie, nous pouvons aimer, consoler, rassurer, soutenir, aider, écouter... Notre force, aussi insoupçonnée soit-elle, est en nous et ne demande qu'à voir le monde et les trésors qu'il renferme avec un regard neuf.

**********

  • Une nouvelle découverte

Lucie Farigoul a créé une histoire très touchante, elle a imaginé une intrigue où la nature humaine occupe une place importante, renforcée par l'opposition constante des sentiments contradictoires qui animent tout à la fois le lecteur et les protagonistes. Un duel émotionnel riche et rondement mené, dans lequel l'auteure joue aisément avec notre perception des choses, notre compréhension du monde et des personnes qui nous entourent, sans oublier les fragilités qui sont propres à chacun(e) de nous. La plume de cette jeune romancière est limpide, un peu courante parfois, mais toujours portée par cette touche subtile d'optimisme, d'espoir quasi imperceptible...

**********

En résumé, À jamais dans mon coeur ! est une jolie lecture ! Un récit que je qualifierais d'inter-générationnel, car il est susceptible de toucher toutes les âmes qui se laissent porter au fil des pages. Une histoire d'amour, de confiance, d'amitié aussi, de tolérance, un roman pour croire et rêver, se souvenir avec tendresse et imaginer avec ferveur, espérer et cultiver la petite graine de bonheur qui germe en chacun(e) de nous.

**********

Détails sur ce livre :

À jamais dans mon coeur !, publié aux éditions Edilivre

Auteur : Lucie Farigoul

Nombre de pages : 130 pages

Existe aux formats papier et numérique

**********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

Posté par Sue-Ricette à 18:53 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 19 janvier 2020

Pour une caresse

pour-une-caresse- Ancienne maîtresse du roi Arnald, lady Arela est désespérée. Devenue traîtresse pour sauver son cœur brisé, elle a épousé le Prince Siegfried, régent du Royaume du Froid et ennemi de ses terres natales.

Dans ce pays de glace, rien ne lui apporte le réconfort nécessaire à son bonheur, pas même les gestes tendres de son époux qui tente par tous les moyens d’adoucir sa peine et sa solitude. Tombé sous son charme à la seconde où il l’a aperçue, Siegfried fait tout son possible pour lui être agréable, mais le cœur de son épouse semble atteint d’un mal que rien ne peut guérir.

Quand l’espoir renaît et que son cœur s’emballe, Arela déchante et Siegfried se résout à faire taire ses sentiments.

Un cœur brisé peut-il renaître de ses cendres au pays des neiges éternelles ? -

**********

Mon avis :

Je tiens à remercier Liv Fox, l'auteure de ce roman, de m'avoir accordé sa confiance pour la lecture et la critique de son livre.

L'hiver. Une saison de froid, de magie glacée, de coeurs brisés et endurcis par la blanche solitude de la neige, de blizzard puissant soufflant sur les terres gelées... Un monde aux confins de l'imagination, baigné d'un pâle soleil aux tièdes rayons, immaculé de blancheur, bercé par un folklore aux sonorités mystiques. C'est dans ce cadre dépaysant que Liv Fox nous invite à la suivre pour découvrir la nouvelle romance issue de son esprit fertile, une histoire d'âmes éplorées, tourmentées par leur passé, désespérées au point de ne plus croire en l'amour...

**********

  • Les pièces d'un puzzle

Petit à petit, l'auteure façonne son univers et étoffe chacun de ses protagonistes au travers de récits qui, bien que se concentrant sur certains couples, voient passer au fil des pages des personnages découverts dans de précédentes aventures. Ainsi, Arnald et Emma, que nous avons connus dans Pour un soupir, apparaissent ici comme des ennemis, une menace qui pèse sur le royaume du Prince Siegfried sans pour autant représenter un danger potentiel. Ils sont la toile de fond de cette histoire, le fil rouge conducteur qui amène toutes les préoccupations, tous les sentiments contradictoires d'Arela et de Siegfried. Sans eux, Pour une caresse n'aurait pas cette saveur hésitante, ce goût d'incertitude romanesque et romantique qui nous touche, nous remue intérieurement et nous bouleverse au plus profond de notre coeur.

Siegfried et Arela sont un peu les Roméo et Juliette de la romance érotique. Tiraillés entre devoir, honneur, amour et souvenirs d'un passé lointain, ils semblent tous deux empêtrés dans le malheur de leur situation : l'exil, peut-être même la mort, leur apparaissent par moments comme des solutions enviables. Prisonniers des regrets, rongés par le remords, ils sont comme invisibles l'un pour l'autre. Leur vie n'est rythmée que par le faste, les réceptions mondaines, les réunions du Conseil... Une existence parée de diamants en apparence, et pourtant si terne en réalité. Grâce à sa plume, Liv Fox transporte son lecteur au coeur même des tourments les plus profonds de ses personnages. La détresse d'Arela est perceptible à chaque instant, la tristesse ravage autant son coeur qu'elle détruit à petit feu son esprit embrumé par la déception et la nostalgie.

De son côté, Siegfried, bien que téméraire, est un homme doux et patient, compréhensif au point d'aimer son épouse sans aucun jugement ni aucune opinion défavorable. Pour lui, Arela n'est pas le mariage arrangé qui scellera sa future accession au trône et lui donnera une descendance, tout autant qu'elle n'est pas davantage la parjure du Royaume de Lumière ayant vendu son âme et son corps au souverain du territoire ennemi. Non, Siegfried la voit telle qu'elle est, il ressent sa souffrance et comprend la peine qui pèse sur sa conscience. Alors que la belle se perçoit comme une traîtresse - une impression renforcée par les remarques acerbes des conseillers du Prince, des dames de la cour, mais également de sa propre famille - lui ne souhaite que la voir sourire et s'épanouir au sein de son royaume : il aimerait la réconforter, soulager sa peine, sécher ses larmes, mais Arela affiche un masque d'indifférence et de mélancolie qui désespère Siegfried et le conduit doucement sur le chemin de pensées moroses...

Lorsque le froid emplit nos coeurs, la lumière peut-elle rejaillir et faire fondre la glace qui meurtrissait nos âmes perdues ? Car finalement, cette lecture m'a permis d'établir un parallèle entre les deux royaumes ennemis, une évidence telle que l'histoire d'Arela et Siegfried est à même de mettre un terme à la rancune ancestrale opposant les deux territoires. La belle lady est pour son prince le rayon de soleil qui a ravivé en lui des émotions qu'il croyait éteintes, la lumière qui n'a pas laissé cette toute petite étincelle d'espoir se consumer. D'un autre côté, Siegfried est la glace, cet obstacle qui, au début, entrave le chemin de la jeune femme, car l'éclat de son amour est comme terni et ne peut briller face à un avenir qui lui semble si incertain. Du tragique de leur histoire résulte la richesse émotionelle de cette romance, car la métaphore de cet univers nous apprend que rien n'est immuable. Cachée derrière les nuages grisonnants du chagrin, la lumière parviendra-t-elle à embrasser la glace pour découvrir toute la beauté du monde ?

**********

  • Seul le temps...

Liv Fox nous livre ici une histoire aussi romantique que profonde. Peu de scènes érotiques dans ce tome-ci, l'intrigue se concentre davantage sur les sentiments qui animent les personnages. Elle amène le lecteur à laisser le temps s'écouler au fil des pages, à profiter de cet instant présent si fugace, à faire une place dans son coeur au véritable amour. Et comme le disait Marcel Proust :

"L'amour, c'est l'espace et le temps rendus sensibles au coeur."

Enfin, pour clore cette chronique sur une note chaleureuse, la chanson Only Time, interprétée par Enya, me rappelle combien il est important d'aimer et de chérir tout et tous ceux qui nous entourent, ici et maintenant.

**********

En résumé, Pour une caresse est une romance coup de ♥ ! Un petit livre à lire au coin du feu, blotti(e) sous un plaid, une tasse de chocolat chaud posée non loin. Laissez-vous tenter par la douceur de cette histoire, laissez Arela et Siegfried se tailler une place dans votre coeur de lecteur/lectrice... Une lecture doudou, un ouvrage tout à la fois sensuel et profond, merveilleux et bien écrit !

**********

Détails sur ce livre :

Pour une caresse, autoédité en ebook

Auteur : Liv Fox

Nombre de pages : 120 pages

**********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

coup de coeur

Posté par Sue-Ricette à 16:45 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 14 janvier 2020

Dans la Grand-Rue

dans-la-grand-rue- May est une fillette silencieuse, souffre-douleur de sa classe depuis la disparition de son père dans d’étranges circonstances. Grâce à un livre, sa vie et celles des personnes qui l’entourent chambouleront : celles d’une maman vide d’émotions, d’un couple intraitable, d’une vieille dame opulente, d’une enseignante autoritaire... Chacun découvrira alors la lumière qu’il garde au fond de soi. -

**********

Mon avis :

Je tiens à remercier Virginia Gil Rodr­íguez, l'auteure de ce roman, de m'avoir accordé sa confiance pour la lecture et la critique de son livre.

Pour commencer l'année en douceur, quoi de mieux que de s'envoler vers les terres espagnoles, dans une ville nommée Hondarribia, au coeur même des rues de la cité... Un couloir pavé sinueux, sombre et silencieux, animé seulement par le souffle chaud d'un vent léger. C'est là, dans la Grand-Rue, que notre aventure commence. Entrons, entrons sans bruit dans la vie de May et découvrons avec elle les trésors cachés et les secrets insoupçonnés de cette rue atypique !

**********

  • Piensa en mí...

L'accent chantant, rythmé, saccadé, entrecoupé parfois d'un parler tantôt sifflant, tantôt roucoulant... Voilà tout le charme de l'Espagne, la saveur de ce pays ensoleillé ! Une terre à la frontière des cultures orientale et occidentale, un monde de couleurs bordé par la mer et l'océan. C'est dans ce cadre quelque peu idyllique que notre voyage débute, dans le dédale vide et serpentant de la Grand-Rue de Hondarribia. Magie inattendue ou imagination débordante, qui peut savoir... Car la disparition de Ian, le père de la jeune May, inspire davantage l'abandon pur et simple de sa famille que l'apparition soudaine d'un portail inter-dimensionnel.

Mais le coeur des enfants est bon, généreux, naïf quelquefois, et May ne trouve refuge que dans le silence, loin de la cohue, des moqueries incessantes, de la rigueur enseignante, de la froideur de son foyer... Son seul réconfort est de pouvoir se confier à son père par le biais d'un journal intime. Elle lui fait part de ses craintes, de ses doutes, de ses déceptions, de ses envies aussi, des journées qui se suivent et se ressemblent. Au fond d'elle, la petite fille est convaincue que l'être cher qui manque à sa vie est là, tout près. Il ne l'a jamais vraiment quittée, même si sa présence est imperceptible, comme invisible.

Pourtant, tout doucement, le coeur des habitants et commerçants de la Grand-Rue de Hondarribia se métamorphose peu à peu. La découverte d'un livre unique en son genre, relié et orné de belles lettres dorées aurait-il libéré le bonheur et l'amour ? L'arrivée d'une nouvelle institutrice, plus douce et compréhensive envers ses élèves, serait-elle un signe ? Un monde entre rêve et réalité, onirique sans être fantastique, magique sans être couvert de poussières d'étoiles... Un livre de merveilles et de sagesse, une histoire universelle, un récit de quelques 130 pages au cours desquelles les souvenirs de nos propres joies enfantines ressurgissent. C'est un moment nostalgique empli de tendresse, des émotions longtemps contenues qui rejaillissent, le passé qui refait surface sous la plume malicieuse de Virginia Gil Rodríguez.

Il se dégage de son style d'écriture des notes rondes, sucrées, douces, tel un bon vin rouge teinté d'une légère amertume. Le sel de la vie se traduit par ce petit arrière-goût parfumé et délicat, cette saveur qui fait toute l'authenticité de la boisson et qui rend l'existence si pétillante. Le destin de May et de sa famille, de toutes les personnes qui logent ou commercent dans cette rue des possibles, l'histoire de chacun(e) s'écrit sous le regard bienveillant de cette petite fille, à l'encre d'une intrigue rêveuse portée par la sensibilité et l'amour des livres.

**********

  • Un récit métaphorique

Dans la Grand-Rue est une lecture qui bouleverse le coeur et fait vibrer l'âme. Les chapitres se succèdent tel l'alphabet et évoluent au fil des lettres, tandis que l'auteure s'applique à créer un parallèle entre son univers hors du temps et notre monde. Une société qui court perpétuellement après le temps et le bonheur, des hommes et des femmes qui se consolent dans leur solitude et cachent tant bien que mal leur souffrance derrière les plaisirs d'un instant, le travail et l'indifférence. Le poids des années se faisant de plus en plus ressentir, l'aigreur des vieux jours pointe également le bout de son nez et laisse parfois la place à une éternelle insatisfaction.

Un lien invisible se tisse entre ces mondes, faisant ainsi de certains personnages du roman des caricatures de notre propre mode de fonctionnement. Monsieur "JSTP", par exemple, est cet homme pressé, obstinément dévoué à un travail dont nous, lecteurs et lectrices, ne savons rien, une profession lointaine et contraignante, routinière par certains côtés, si ordinaire qu'elle en devient obsessionnelle, plus importante que tout le reste, plus précieuse encore que son propre enfant. Mais finalement, c'est ce contexte quelque peu parodique qui rend ce récit si attachant et beau à lire et à interpréter ! Le temps d'une lecture, chacun(e) de nous se redécouvre et ouvre les yeux sur les bonheurs simples de la vie.

Dans la Grand-Rue, c'est un livre touchant qui émerveillera petits et grands : son histoire, ses personnages, sa magie... Et, bien malgré moi, je ne peux m'empêcher de l'associer à Piensa en mí, une chanson de Luz Casal que j'aime beaucoup et dont le texte résonne en moi comme une évidence.

**********

En résumé, Dans la Grand-Rue est une lecture coup de coeur ! Laissez-vous bercer par cette étonnante rue, ce couloir plein de surprises, ce carrefour à la croisée des mondes... Un conte onirique servi par une plume chaleureuse, des personnages hauts en couleur, des thèmes sociaux et sociétaux abordés tout en finesse, pour le plus grand plaisir des lecteurs de tous bords !

**********

Détails sur ce livre :

Dans la Grand-Rue, autoédité en ebook (existe aussi au format papier)

Auteur : Virginia Gil Rodríguez

Nombre de pages : 135 pages

Disponible également en espagnol, sous le titre En la Calle Mayor

**********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

coup de coeur

Posté par Sue-Ricette à 15:43 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 11 janvier 2020

Bilbo le Hobbit

bilbo-le-hobbit- Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible qui n'aime pas être dérangé quand il est à table. Mais un jour, sa tranquillité est troublée par la venue d'un magicien nommé Gandalf, et de treize nains barbus qui n'ont qu'une idée en tête : récupérer le trésor de leurs ancêtres, volé par Smaug le dragon sur la Montagne Solitaire. Suite à un malentendu, Bilbo se retrouve malgré lui entraîné dans cette périlleuse expédition... -

**********

Mon avis :

Il est des livres qui, dès les premières pages, nous emportent irrémédiablement dans le flot tumultueux de leurs aventures, des ouvrages qui se dévorent dans les jours, voire même, parfois, dans les heures qui suivent. D'autres, pourtant, se révèlent être des histoires surprenantes et passionnantes, au gré desquelles notre esprit vagabonde et se perd au fil des chapitres... Ici, il n'est alors plus question de découvrir le fin mot d'un roman, mais plutôt de savourer son intrigue, d'apprendre, observer et écouter.

Qu'ils soient des coups de foudre irrépressibles ou un voyage inattendu au pays de l'imaginaire, ces livres nous transportent au bout du monde, plus loin que tout ce que nous avons pu rêver jusqu'alors ! Un univers fabuleux et magique, lumineux et paisible, une porte ouverte vers d'incroyables aventures dont même Bilbo Baggins, le jeune hobbit héros de cette histoire, ne se doutait point...

**********

  • En route vers l'inconnu !

Fable légendaire, conte moderne... Je reviendrai un peu plus tard sur ces points, car avant de pénétrer au coeur même de cette histoire, je souhaite vous parler plus en détail de tout ce qui fait la magie et la beauté de ce roman. Une intrigue fantasy ? Oui, mais ! car il y a un mais, un schéma fantaisiste qui semble pourtant si réel. Bien sûr, elfes, gobelins, loups gigantesques, insectes géants, sorciers et métamorphes, mais aussi d'autres créatures issues du plus profond de notre imagination peuplent et rythment le voyage de Bilbo Baggins et de la troupe de nains qui l'a enrôlé - quoique ce terme me paraît inapproprié, au vu du kidnapping forcé auquel fut confronté le jeune hobbit - pour cette expédition des plus trépidantes et, surtout, des plus périlleuses...

Pourtant, de cette longue marche vers la Montagne Solitaire où réside Smaug le terrible, chacun des membres de cette compagnie ressortira grandi, confiant en l'avenir, serein et plein d'enthousiasme. Qu'ils soient futés, rusés, débrouillards, combatifs, bons vivants, sages ou prudents, les joyeux drilles qui composent cette communauté soudée nous rappellent nos propres traits de caractère, notre personnalité plus ou moins revêche, les émotions contradictoires qui nous traversent l'esprit... Treize nains farouchement déterminés à reconquérir leur trésor, voilà qui a de quoi motiver ce cher Bilbo ! Mais c'était sans compter sur l'ambiguité de ses sentiments, la douceur et la chaleur de son foyer, le confort de son trou de hobbit. Pourtant, ce n'est nulle autre qu'une soif profonde de découverte, une infime part de lui-même qui l'incite à se joindre au petit groupe de voyageurs sans qu'il comprenne véritablement cette envie soudaine de partir pour des contrées lointaines, peut-être même hostiles.

Une marche rythmée par les chants de ses compagnons de route, les haltes au clair de lune, les feux de bois réconfortants, les maigres provisions à se partager, les ronds de fumée dessinés à la pipe par Gandalf, ce vieux magicien aux paroles énigmatiques, à l'allure tout aussi étrange, et à la présence cependant si rassurante. Avec ce livre, Tolkien nous invite à plonger au coeur d'une histoire envoûtante, féerique, intemporelle, drôle, pleine d'ardeur et de fougue, mystérieuse, inquiétante par moments, mais toujours portée par la puissance et la beauté des mots soigneusement choisis par l'auteur. Une envolée de termes originaux, piquants de curiosité, truculents parfois, mais accessibles à tous et riches de belles valeurs, telles que l'entraide, la fraternité, l'humilité, l'altruisme...

**********

  • Où la réalité côtoie la fiction

L'imaginaire, un refuge, un rempart à toutes les injustices, toutes les inégalités qui demeurent en ce monde. Une échappée vers des univers hors du temps, des mondes nourris pas notre soif d'évasion, colorés au gré de nos envies, créés dans nos songes d'une nuit ou d'un matin pluvieux. Si Bilbo le Hobbit se veut une lecture abordable à tout âge, c'est un ouvrage qui revêt bien des interprétations. La vie nous réserve quantité de surprises, bonnes ou mauvaises, mais c'est avec philosophie, ainsi qu'un certain détachement parfois, qu'il faut accepter tout ce qui survient au quotidien.

Bilbo ne s'attendait sans doute pas à être embarqué plus ou moins de force dans cette aventure qu'il n'est pas prêt d'oublier, mais de ces mille et une péripéties, un hobbit plus sage et réfléchi, plus fort et courageux est né. De sa rencontre inopinée avec les nains et Gandalf, le jeune Baggins retirera bien plus que des jours calmes passés au coin du feu, à tirer sur sa pipe. C'est une leçon de vie qui paraît assez évidente, mais qui est pourtant si méconnue ! Je dirais que l'on peut transposer cette problématique à notre monde, que tout ce qui nous arrive n'est pas là par hasard.

La vie est une succession d'épreuves et d'obstacles, d'embûches et problèmes divers dispersés aux quatre coins de ce parcours par moments houleux. Et finalement, la vie est à elle seule la plus belle des leçons qui soit, car chaque jour qui se lève est une nouvelle aventure qui se dessine, une porte ouverte, telle la couverture de ce livre, vers l'inconnu, une frontière invisible entre notre passé et notre futur, tous deux liés au présent qui se joue ici et maintenant.

**********

En résumé, Bilbo le Hobbit est un coup de coeur pour moi ! J'ai tout aimé dans ce court ouvrage de quelques 400 pages, de la plume légère et chantante de Tolkien merveilleusement retranscrite par la traduction de Francis Ledoux, aux personnages farfelus, profonds et bien construits, en passant par l'intrigue pleine de rebondissements et menée tambour battant du début à la fin. Un livre que je ne saurais trop conseiller aux amateurs de fantasy, comme à tout mordu de lecture qui se respecte !

**********

Détails sur ce livre :

Bilbo le Hobbit, publié aux éditions Le Livre de Poche

Auteur : J. R. R. Tolkien

Nombre de pages : 380 pages

**********

Je vous dis à bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

coup de coeur

Cold Winter Challenge 2019

Posté par Sue-Ricette à 17:08 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,