mercredi 3 janvier 2018

Les délices d'Alexandrine

les-delices-d-alexandrine- Fière et indépendante, Alexandrine dirige d'une main de maître son entreprise florissante spécialisée en fruits confits, les Délices de Velay, en Auvergne. Mais cette femme de caractère a plus de difficultés dans ses relations avec ses trois filles, ne sachant ni exprimer son affection, ni esquisser les gestes de tendresse d'une mère. Marie, l'aînée, a d'ailleurs été élevée à l'écart, à la campagne. C'est pourtant à elle qu'Alexandrine confiera les rênes de la société, se libérant enfin, sur son lit de mort, de son lourd secret... -

**********

Mon avis :

Les délices d'Alexandrine faisait partie de ma PAL pour le Pumpkin Autumn Challenge l'année dernière. Je voulais un livre doudou, cosy et chaleureux, et à la lecture du résumé, je me suis dit que cette histoire était parfaite. Le roman de Jean Anglade n'a répondu à mes attentes qu'en partie, mais dans l'ensemble, j'ai bien aimé ma lecture.

En quatre points, je vous propose de découvrir Les délices d'Alexandrine, un roman de terroir fort, beau et verdoyant ! :)

**********

  • Les délices d'Alexandrine : un voyage en pays auvergnat !

Dans ce roman, on va suivre la vie d'une famille, et plus exactement la vie d'une mère et de ses trois filles. L'histoire se passe en Auvergne, après la Première Guerre Mondiale. Marie, la fille aînée d'Alexandrine, vit à la ferme des Jarousse, de braves paysans qui ont accepté de garder cette enfant et de l'élever comme leur propre fille.

Jean Anglade nous emmène dans les campagnes auvergnates, où paissent tranquillement les vaches, où l'on peut voir les lentilles pousser. Il y a également un petit ruisseau, que les enfants doivent traverser sur un pont pour se rendre à l'école, il y a ces petits villages, silencieux ou animés selon la saison.

Mais il y a aussi le temps qui passe, et qui change le cours des choses : l'auteur nous montre que rien n'est immuable, tout change. Et le temps qui s'écoule joue un grand rôle dans cette histoire, car les villes s'agrandissent, des barrages sont construits, les habitants des villages sont contraints de partir, c'est l'exode.

Avec Les délices d'Alexandrine, on apprend à connaître cet environnement, on apprend à apprécier la nature sauvage. On aime regarder les couchers et les levers de soleil avec Marie, on aime braver le froid et la neige avec elle pour se rendre à l'école, on aime se promener à travers les champs pour cueillir des fleurs ou écouter les oiseaux chanter...

Ce roman m'a permis de m'évader, de découvrir des paysages magnifiques, des gens parfois un peu brut de coffre au premier abord, mais qui se révèlent être des personnes très attachantes lorsqu'on les connaît.

**********

  • Un roman sur la modernisation, le féminisme...

Les délices d'Alexandrine n'est pas seulement un roman pour s'évader et suivre les personnages tout au long d'une histoire. C'est aussi un roman dans lequel l'auteur défend des causes, qui sont très bien amenées : les sous-entendus ne sont jamais imposés au lecteur, mais viennent progressivement à lui. Dans son livre, Jean Anglade ne prend pas position par rapport aux points qu'il met en lumière, mais il laisse entendre une certaine tristesse, une incompréhension face à ce monde où tout ne va pas toujours pour le mieux.

Le féminisme est la première cause sur laquelle l'auteur se penche. Et c'est Marie qui en est le personnage principal : Alexandrine, sa mère, porte en elle un lourd secret qui, à l'époque, est un sujet tabou. Il ne faut pas en parler, cela entache la réputation des bonnes familles. C'est pourquoi Alexandrine décide de se séparer de sa fille aînée. Plus tard dans l'histoire, Madeleine, la fille cadette d'Alexandrine, reçoit des avances mais aussi des menaces d'un homme. Le chantage est de mise, mais Madeleine refuse de se donner à cet homme. Cela lui coûtera une mauvaise appréciation pour son travail d'institutrice, mais elle ne regrettera jamais de ne pas avoir cédé.

Le féminisme est un sujet qui touche beaucoup de femmes à travers le monde, et Jean Anglade le traite avec tact et sensibilité.

La seconde cause abordée par l'auteur est la modernisation. J'en ai parlé plus haut, en expliquant l'agrandissement des villes, les technologies prenant peu à peu le pas sur les outils manuels et la nature, le départ des paysans de leurs campagnes vers les villes, pour tenter de refaire leur vie dans un monde trop moderne pour eux. Dans Les délices d'Alexandrine, la modernisation est amenée sous deux angles différents : les bons et les mauvais côtés.

Tout n'est pas tout noir, mais ce n'est pas tout blanc non plus. La modernisation a ses avantages comme ses inconvénients, les gens de la ville trouveront un certain plaisir à inventer de nouveaux objets pour faciliter le quotidien de nombreuses personnes, tandis que les villageois, les paysans, ne trouvent leur bonheur qu'en travaillant la terre eux-mêmes, avec leurs mains, à la sueur de leur front.

Jean Anglade le dit clairement dans son livre, ces gens se retrouvent désoeuvrés et passent leurs journées sans rien faire, puisque le travail se fait tout seul grâce aux machines. Les vies changent, les gens changent, et sur beaucoup de points : l'alimentation moderne remplace progressivement les lentilles que l'on faisait pousser, et c'est plus rapide d'aller au supermarché de quartier, ou d'aller manger au restaurant.

**********

  • Une narration assez impersonnelle

Sur cette lecture, je n'ai que deux points négatifs à mettre avant. Tout d'abord, la narration. Jean Anglade nous raconte l'histoire d'Alexandrine, Marie, Madeleine et Marguerite d'un point de vue externe. Il est observateur et cela rend la narration assez impersonnelle. Je n'ai pas vraiment accroché au style d'écriture de l'auteur, même s'il est très beau et poétique à de nombreuses reprises.

J'ai trouvé que cela créait une certaine distance entre l'auteur et le lecteur, et j'ai souvent eu l'impression de n'être que simple spectatrice des faits, et non pas une personne vivant le quotidien de cette famille. C'était plutôt déroutant, d'autant plus que le caractère froid d'Alexandrine n'arrange pas forcément les choses. Mais au final, je peux comprendre son attitude, ce masque qu'elle a décidé de porter pour tenter de tirer un trait sur son passé, et je lui pardonne son comportement vis-à-vis de Marie au début du roman.

**********

  • Le patois auvergnat : un petit lexique en fin de livre...

Le deuxième point négatif de ma lecture est la présence de mots du dialecte auvergnat. J'ai trouvé cela intéressant, de partager des comptines, des expressions, des mots de tous les jours... avec le lecteur. Seulement, les traductions ne sont pas toujours présentes, sauf si l'auteur intervient en intégrant à l'histoire la signification de tel ou tel terme.

Un lexique ou des notes en bas de pages se seraient avérés utiles, pour une meilleure compréhension des scènes imaginées par Jean Anglade.

**********

En résumé, Les délices d'Alexandrine est un livre qu'il faut lire ! C'est le deuxième roman de terroir que je lis, et j'ai beaucoup aimé me promener dans les campagnes auvergnates, découvrir les petits villages nichés dans des vallées, ou situés près d'un ruisseau... Jean Anglade a écrit une histoire qui parle de l'émancipation progressive des femmes, de leur indépendance nouvelle et de leurs droits, mais aussi des bons comme des mauvais côtés de moderniser le monde qui nous entoure. Le tout est abordé avec tact, précision, sans aucune ambiguïté et sans position adoptée par l'auteur : le choix est laissé au lecteur de s'investir ou pas dans cette histoire.

Deux petits points négatifs pour moi cependant, notamment au niveau de la narration assez distante et impersonnelle, dans laquelle je me suis senti mise un peu à l'écart de la vie de cette famille, et l'absence d'un lexique ou de notes en bas de pages, afin de mieux comprendre le patois auvergnat.

**********

Détails sur ce livre :

Les délices d'Alexandrine, publié aux éditions Pocket

Auteur : Jean Anglade

Nombre de pages : 347 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

117325945

Lu pour le Pumpkin Autumn Challenge, dans la catégorie "Fall" in Love

Posté par Sue-Ricette à 08:41 - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,


mercredi 13 décembre 2017

Les Proies

les-proies- En pleine guerre de Sécession, un caporal nordiste échappe à un brasier et trouve refuge dans un pensionnat pour jeunes filles confédéré. Mais l'intrusion soudaine d'un mâle vient perturber la vie des huit femmes qu'abrite encore l'institution, huit recluses pétries de valeurs puritaines et de pulsions refoulées. Objet de tous les fantasmes, le soldat va s'employer à les incarner avec un art consommé de la manipulation, jusqu'à une nuit où tout bascule. -

**********

Mon avis :

J'ai lu ce roman pour le Pumpkin Autumn Challenge, car le résumé laissait entendre que c'était un thriller terrifiant, un huit-clos angoissant, un "conte gothique démentiel" selon la remarque de Stephen King sur la quatrième de couverture...

Au final, j'ai été déçue. Entre une action inexistante, des personnages creux, naïfs et niais, une histoire qui n'avance pas et une fin plate et inintéressante... ma lecture des Proies aura été laborieuse et décevante !

En trois points, je vous propose de découvrir le livre de Thomas Cullinan :)

**********

  • La lenteur du récit : on s'ennuie...

Je vais être honnête, Les Proies n'est pas le thriller haletant auquel on peut s'attendre en lisant le résumé. On en est loin, puisque l'action ne commence à apparaître que vers 300 - 350 pages... sur environ 700 pages que compte le livre ! J'ai donc été déçue de ce point de vue-là, car le rythme est lent, très lent.

L'histoire n'avance pas, et les 350 premières pages englobent une journée dans la vie de la pension pour jeunes filles, c'est-à-dire le jour de l'arrivée du soldat blessé. La seconde moitié ne rattrape pas cette lenteur extrême, le tout reste très plat : l'intrigue n'évolue pas, et à la fin le lecteur se retrouve à peu près au même point qu'au début...

En bref, je me suis ennuyée, et j'ai dû me forcer pour continuer à lire le roman de Thomas Cullinan. Je n'aime pas abandonner un livre en cours de route, car tout peut basculer en quelques pages, mais je n'ai pas réussi à accrocher sur le rythme et l'évolution de cette histoire. À cause de cette lenteur, l'effet attendu par le lecteur, le coté thriller des Proies, disparaît presque complètement.

Il ne disparaît pas totalement malgré tout, mais c'est plus une ambiance malsaine qui émane de ce récit, qu'une note d'angoisse palpable et d'attente insoutenable...

**********

  • L'ambiance : malsaine mais pas terrifiante !

Dans ce roman, l'atmosphère est pesante, trouble et malsaine. Sans vous spoiler quoi que ce soit, l'auteur nous laisse penser pendant une bonne partie de l'histoire que le caporal McBurney est un pervers, un manipulateur et un opportuniste. C'est un point assez embarrassant, car la plupart des personnages féminins sont des adolescentes âgées de 11 à 17 ans. Cela donne à chaque action, chaque geste, chaque pensée, un coté dérangeant.

La personnalité de McBurney n'est en réalité pas celle que l'auteur cherche à nous faire croire, mais le retournement de situation qui nous est proposé ne surprend pas le lecteur dans le bon sens du terme : on s'en étonne, mais c'est évoqué très rapidement, trop même... et cela rend l'effet de surprise inefficace ! De plus, Les Proies ne comporte presque aucun suspens. L'ambiance est malsaine, mais pas angoissante. Lorsque je l'ai lu, je n'ai pas eu l'impression de lire un thriller, ni un roman policier ou à suspens.

La chute de ce livre n'arrange rien, car avec la lenteur du récit et l'atmosphère plutôt déroutante, le lecteur s'attend à une fin en apothéose...! Malheureusement, les dernières pages restent plates et Thomas Cullinan nous offre une fin qui, je trouve, n'en est pas une.

**********

  • Les personnages : mais comment est-ce possible ?!

Tous les points que j'ai évoqués jusqu'à maintenant forment un tout avec les personnages, qui sont en quelque sorte le gros défaut de cette histoire. Après McBurney, qui est manipulateur, opportuniste et pervers (jusqu'à un certain point, comme je l'ai dit plus haut), viennent les protagonistes féminins. L'auteur nous offre une palette de femmes et de jeunes filles énervantes, crédules, naïves et niaises !

Les dirigeantes du pensionnat, Harriet et Martha Farnsworth, sont des femmes assez réfléchies au début, mais qui se laissent rapidement décontenancer avec l'arrivée du caporal McBurney. Elles tentent de conserver leur autorité sur les pensionnaires de l'établissement, mais perdent peu à peu leur sérieux. Sous son air timide, Miss Harriet se révèle être quelqu'un d'extraverti, à l'inverse de sa soeur, qui est sévère à l'extérieur mais humaine voire un peu molle à l'intérieur.

Les jeunes filles, quant à elles, ne font que minauder et essayer d'attirer l'attention de McBurney, certaines par pure amitié, d'autres par envie. Les plus jeunes, comme Amelia et Marie, ne remarquent pas vraiment la personnalité ambiguë du caporal, qui s'emploie à être un ami, un confident, une épaule pour pleurer... J'ai du mal à accepter leur attitude, même si leur jeune âge peut atténuer les choses, mais elles m'ont paru aveugles à plusieurs reprises : McBurney a parfois des paroles ou des gestes assez équivoques sur ses intentions, mais on dirait que personne ne s'en rend compte.

De plus, j'ai trouvé les différents personnages assez creux. Thomas Cullinan propose au lecteur un roman choral, c'est-à-dire avec plusieurs points de vue : chaque chapitre se place dans la tête d'un personnage. Dans Les Proies, tous les personnages féminins sont mis en avant. On découvre les moindres recoins de leur cerveau, ce qu'elles pensent, ce qu'elles se disent entre elles. Pourtant, j'ai eu l'impression que ce que chacune racontait était creux : beaucoup de dialogues, de récit, mais c'était en quelque sorte parler pour ne rien dire !

**********

En résumé, je n'ai pas aimé ma lecture et je ne vous recommande pas ce livre. Je ne relirai pas Les Proies, le rythme est lent et long, l'histoire véhicule des messages plutôt malsains, et met en scène des personnages inintéressants et énervants. Dommage, parce que ce roman avait du potentiel, notamment au niveau des idées de l'auteur : moins de blablatages, plus d'action, et une fin digne d'un thriller. Tout cela aurait pu être mieux exploité et mis en forme, pour nous offrir un véritable huit-clos angoissant et haletant.

**********

Détails sur ce livre :

Les Proies, publié aux éditons Rivages

Collection : Rivages/Noir

Auteur : Thomas Cullinan

Nombre de pages : 668 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

117325945

Lu pour le Pumpkin Autumn Challenge, dans la catégorie Hurlons dans les Bois

Posté par Sue-Ricette à 07:31 - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 9 décembre 2017

Pumpkin Autumn Challenge - Bilan

Source: FlickrBonjour à toutes et tous,

Je vous retrouve aujourd'hui pour mon bilan du Pumpkin Autumn Challenge ! Nous avions jusqu'au 30 novembre pour lire autant de livres que nous voulions, en rapport avec la saison de l'Automne, l'ambiance halloweenesque mais aussi chaleureuse et cocooning... Le challenge est maintenant terminé depuis quelques jours, alors je vous propose de faire le point sur mes lectures du PAC :)

**********

117325945

**********

Rappelez-vous, Guimause nous avait soumis un programme composé de quatre menus et huit catégories. Selon nos envies et nos livres, on pouvait choisir un, deux, trois ou les quatre menus. La seule condition : lire un livre pour valider une catégorie.

pac-menus

**********

Pour ma part, j'avais choisi les quatre menus et composé une PAL assez éclectique avec huit livres (ICI). J'ai réussi à tous les lire et j'en ai même lu d'autres par la suite, parce que je n'arrivais pas à calmer ma boulimie livresque ! (je n'avais plus de bonbons d'Halloween, alors il fallait bien que je dévore autre chose... ^^).

Au total, j'ai donc lu 10 livres, et sans plus tarder, je vous propose de découvrir quels sont les livres que j'ai adorés, ceux que j'ai beaucoup aimés, ceux qui m'ont bien plu et celui qui m'a déçue !

**********

♥ Excellentes lectures ♥

l-epouvanteur

 

! Très bonnes lectures !

lectures-2

tobie-lolness

 

- Bonnes lectures -

lectures-3

 

... Lecture décevante ...

les-proies

**********

Les chroniques déjà disponibles :

Miss Peregrine et les enfants particuliers - T.1

Wonder

Tobie Lolness - Tomes 1 et 2

**********

Je profite de ce post pour partager avec vous un petit jeu-concours, déniché sur le blog de Babeth, qui nous propose de gagner deux livres des enquêtes d'Agatha Raisin :) Si vous souhaitez participer, toutes les informations sont ICI.

N'hésitez pas à aller faire un tour dans l'univers de Babeth, vous y découvrirez de belles balades dans la nature, des lectures, des ouvrages en tricot... et d'autres choses encore ! :)

**********

Voilà les ami(e)s, c'est tout pour aujourd'hui ! Les chroniques à venir seront comme d'habitude publiées au rythme d'un article par semaine, et mercredi vous pourrez lire mon avis sur Les Proies, de Thomas Cullinan. Maintenant que le Pumpkin Autumn Challenge est terminé, un autre défi lecture est venu le remplacer... Saurez-vous deviner de quel challenge il s'agit ? Je vous donne un indice : CWC ! Sur ce, je vous laisse.

Je vous dis à demain pour vous parler du CWC et à très bientôt pour un prochain article.

Sue-Ricette

Posté par Sue-Ricette à 06:55 - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 8 novembre 2017

Tobie Lolness - Tomes 1 et 2

tobie-lolness- Tobie Lolness est le fils de Sim, un éminent scientifique de l'Arbre connu pour ses travaux sur la vie, les insectes, les oiseaux... Le jour où Sim dévoile une invention qui pourrait changer le cours des choses des Cimes jusqu'aux Basses branches, tout le monde se retourne contre lui et sa famille. Désormais ennemis publics n°1, les Lolness n'ont plus qu'une chance de s'en sortir : Tobie. Il s'est enfui et est devenu un fugitif, mais il est prêt à tout pour sauver ses parents et Elisha, une jeune fille aussi mystérieuse que belle, une amie et peut-être même plus... -

**********

Mon avis :

J'adore la nature, les arbres, le vent, les feuilles et leurs couleurs changeantes... Et cet amour se ressent également à travers la littérature ! Un roman qui narre les aventures d'un petit homme pas plus haut que le pouce, un roman jeunesse où la nature est le coeur même de l'histoire... Tobie Lolness ne pouvait que me plaire, et ce fut le cas !

**********

Le coup de coeur n'est pas passé loin, mais j'ai beaucoup apprécié ma lecture. Timothée de Fombelle a écrit une histoire magnifique qui peut être lue à tout âge. En trois points, je vous propose de découvrir ces romans plein de vie ! :)

  • L'intrigue : notre monde expliqué par la fiction

Tobie Lolness est une duologie jeunesse incroyable. J'ai adoré les personnages, leur façon d'agir et de penser, les décors naturels, la société de l'Arbre qui possède des codes presque similaires aux nôtres... À la base, le monde dans lequel vivent Tobie et sa famille est paisible. Sim Lolness est un scientifique reconnu et apprécié, jusqu'au jour où il dévoile une machine révolutionnaire, capable de changer le quotidien de tout un chacun.

Jo Mitch est l'antagoniste de cette histoire, et il tentera par tous les moyens d'obtenir le secret de cette machine ! Peu importe si l'anarchie s'installe progressivement dans l'Arbre, peu importe si l'on place un tyran à la tête de la société, peu importe si la moralité et le bon sens sont bafoués... Le peuple de l'Arbre n'est pas différent de nous : ils sont humains au fond, mais certains sont trop fiers, d'autres n'en ont pas conscience et d'autres encore sont privés de leur humanité.

À travers la fiction, Timothée de Fombelle transmet un message d'actualité au public. C'est un peu la même chose que dans le roman de Ray Bradbury, Fahrenheit 451 : l'auteur s'implique de manière implicite dans son ouvrage, pour dénoncer des faits majeurs, pour attirer l'attention des gens sur des causes importantes. Tobie Lolness vise principalement la jeunesse, car les jeunes sont assez réceptifs à ces messages cachés, mais les adultes peuvent tout autant lire cette duologie riche en valeurs altruistes et humaines !

**********

  • La plume de l'auteur : unique !

J'ai totalement adhéré à la plume de l'auteur ! Timothée de Fombelle a un style unique, direct, beau, fluide, piquant parfois, émouvant... bref, j'ai énormément apprécié son écriture ! On passe de la tristesse à la joie, du doute à la certitude, de la bienveillance à la méchanceté et d'autres encore ! Les mots sont soigneusement choisis, rien n'est laissé au hasard, pas même les expressions de notre quotidien.

L'auteur donne un sens original à des phrases telles que vieille branche, il n'est pas dans son assiette... Chaque action des personnages, chaque pensée, chaque parole est essentielle et les mots prennent un sens nouveau sous nos yeux ! Les personnages sont très recherchés, leur psychologie est fouillée, du recoin le plus sombre du cerveau de Léo Blue jusqu'à la petite étincelle de bonté qui caractérise si bien Tobie.

C'est un point qui m'a beaucoup plu. On se représente très bien les Cimes, les Basse branches ou encore les Rameaux, car chaque ligne de ces romans regorge de détails immersifs. Les animaux peuplant l'Arbre ne sont pas oubliés non plus, et on arrive facilement à s'imaginer dans la peau de Sim Lolness ou Tobie pour mieux observer les oiseaux, les charançons, les fourmis...

**********

  • Tobie : dans son coeur et dans sa tête...

Le seul point plutôt négatif de ma lecture est le personnage de Tobie. Nous allons suivre ses aventures à travers deux livres, nous allons apprendre à mieux le connaître, car il faudra affronter les insectes, le froid, la faim, la haine de ses amis... mais malgré tout, il me manquait quelque chose ! J'avais placé la barre de mes attentes très haut, et on pourrait penser que je chipote, mais je n'ai pas eu l'impression de sentir Tobie totalement impliqué dans ce tout ce qui lui arrive.

Alors oui, on le suit dans sa tête et dans son coeur, mais au niveau des dialogues et des différentes interactions entre les personnages, Tobie est assez absent. Étant donné qu'il est le héros de cette histoire, j'aurais aimé "l'entendre" davantage. À de nombreuses reprises, ses silences parlent d'eux-mêmes et nous laissent deviner qu'il a un plan, une idée pour aider tout le monde...

Ce sera peut-être un détail pour vous lorsque vous lirez les romans de Timothée de Fombelle, mais cela a eu un certain effet sur moi. Ce n'est pas grand chose et ma lecture n'en a pas pour autant été gâchée, mais je trouve que cela aurait été un plus à ajouter à l'univers rocambolesque de Tobie Lolness !

**********

En résumé, j'ai adoré ma lecture ! Tout était fait pour me plaire, j'ai adhéré à l'imagination débordante de l'auteur, à sa plume et aux personnages qu'il a créés. J'aurais pu encore évoquer d'autres aspects de ces livres, comme les révélations inattendues qui surprennent le lecteur, le rythme prenant, les illustrations... Mais les points que j'ai soulevés ici sont ceux qui m'ont le plus marquée.

Je ne ressors pas du tout déçue de cette duologie, au contraire, même s'il me manque cette petite note d'implication totale de la part de Tobie. En tout cas, ces romans sont à découvrir et à partager. Que vous soyez jeunes, moins jeunes, amateurs de littérature jeunesse ou pas, foncez !

**********

Détails sur ces livres :

Tobie Lolness - Tomes 1 et 2, publiés aux éditions Gallimard

Auteur : Timothée de Fombelle

Nombre de pages : 311 pages (tome 1) et 343 pages (tome 2)

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

117325945

Lus pour le Pumpkin Autumn Challenge, dans la catégorie Féérique Citrouille, Bibbidi-Bobbidi-Boo !

Posté par Sue-Ricette à 08:34 - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 18 octobre 2017

Miss Peregrine et les enfants particuliers - Tome 1

miss-peregrine- Jacob Portman, 16 ans, se souvient qu'il adorait écouter les histoires de son grand-père étant plus jeune. La Seconde Guerre Mondiale, l'orphelinat au Pays de Galles, Miss Peregrine Faucon, les enfants particuliers... Jusqu'au jour où son grand-père l'appelle, paniqué. Jake vient le voir au plus vite et le découvre blessé à mort. Le jeune garçon entr'aperçoit le visage effrayant d'une créature présente sur les lieux, et pour comprendre les dernières paroles de Abe, son grand-père, il va partir à la recherche des enfants particuliers... -

**********

Je dédie cette chronique à Loulou et à mes ami(e)s Livraddictien(ne)s, avec qui j'ai lu le premier tome de Miss Peregrine et les enfants particuliers :) Merci à toutes et tous, c'était vraiment chouette !

**********

Mon avis :

J'ai lu ce roman dans le cadre d'une lecture commune sur Livraddict, et j'ai beaucoup aimé ma lecture. Nous sommes sur un roman Fantasy/fantastique, avec une intrigue originale et prenante ! Miss Peregrine et les enfants particuliers est une très bonne histoire, seuls deux éléments ont fait baisser ma note. Je vous propose de détailler tout ça avec moi :)

  • Jacob : entre héros et personne lambda

Je vais commencer par un des deux points négatifs de ma lecture, à savoir le personnage principal : Jacob. Pour moi, il n'est ni héros, ni Monsieur-tout-le-monde. Sa vie bascule du jour au lendemain, son grand-père meurt dans d'étranges conditions et il doit comprendre ce qui s'est passé.

Je suis d'accord avec l'auteur au premier abord : en allant au Pays de Galles, on ne s'attend pas vraiment à découvrir des enfants particuliers doués de capacités extraordinaires, ni à faire des voyages dans le temps ! Mais j'ai trouvé Jacob trop terre à terre pendant une bonne partie de l'histoire.

Il se croit en plein rêve jusqu'à la moitié du roman environ. Il y a un mieux à partir de là, mais on retombe rapidement dans l'état d'esprit de ce garçon qui n'arrive toujours pas à y croire. Sans vous spoiler quoi que ce soit, vers la fin du livre, Jacob a découvert beaucoup de choses sur le passé de son grand-père. Il est comme lui, mais se refuse à cette idée : lui veut vivre une vie normale.

C'est une facette de ce personnage que j'ai trouvée agaçante. Découvrir une chose à laquelle on ne s'attendait pas du tout suscite toujours l'étonnement et le doute. Mais une fois que l'on a tous les éléments en main, que la vérité s'est imposée à nous, comment peut-on encore rejeter ce que l'on a devant les yeux ?

De plus, Jacob est un personnage assez plat. Avec lui, je n'ai pas ressenti autant d'émotions que le roman de Ransom Riggs voulait en faire passer. À certains moments, il m'a fait penser à Clary dans The Mortal Instruments : plus observateur, que héros. Je trouve qu'il faut savoir doser le niveau d'action dans un roman. Trop de rebondissements, et tout va trop vite. Pas assez, la lecture n'avance pas et le rythme est lent.

Dans Miss Peregrine et les enfants particuliers, le rythme est bien jaugé. L'auteur a réussi à me prendre au jeu de son histoire, tout en ménageant les révélations inattendues ! Pourtant, le personnage de Jacob est parfois trop plat vis-à-vis de certaines situations : il ne réagit pas, ou alors assez tardivement, ou encore pas comme il aurait fallu...

Si mon amie Plouf (je te fais plein de bisous si tu passes par ici ♥) était là, elle dirait : "C'est un personnage intéressant, parce qu'il ne passe pas d'une personne comme toi et moi, au héros invincible, qui sait déjà comment se battre et qui a une mentalité à toute épreuve !". Et je suis d'accord, Jacob a au moins ça pour lui qu'il reste humain malgré tout, avec ses peurs, ses doutes, ses points forts et ses points faibles...

**********

  • La fin du roman : pas une chute en soi...

Rassurez-vous, je ne vais pas vous dévoiler les dernières pages de Miss Peregrine et les enfants particuliers ! :) Je tenais simplement à éclaircir ce point, qui me semble un peu bâclé par l'auteur. Alors oui, les toutes dernières lignes nous laissent présager un très bon second tome, mais j'ai eu l'impression d'un cheveu sur la soupe. J'aurais aimé avoir une fin plus étoffée, avec une phrase clôturant ce premier tome.

Je pense que l'auteur aurait pu la travailler davantage : faire planer le doute du lecteur sur le tome 2, mais ne pas laisser le tome 1 en suspens. En bref, je suis un peu restée sur ma faim !

**********

  • L'intrigue et les personnages

On passe aux points positifs de cette lecture, avec tout d'abord l'intrigue. Ransom Riggs nous propose un roman au titre assez accrocheur et à l'intrigue pour le moins originale ! Miss Peregrine et les enfants particuliers est ce genre de livres que j'apprécie énormément, avec des thèmes inhabituels et/ou peu exploités d'ordinaire dans la littérature Fantasy/fantastique.

Avec le livre de Ransom Riggs, nous restons dans notre monde. Seuls les décors, les lieux et le temps changent. La traversée du temps est le thème que j'ai préféré dans cette histoire ! C'est vraiment bien imaginé, à aucun moment l'auteur ne s'emmêle dans ses explications de boucles, de futur et de passé... Bref, j'ai adoré !

Je vous ai parlé plus haut de Jacob, mais les enfants particuliers sont de loin les personnages que je préfère dans ce roman. Millard, le garçon invisible, est drôle, sensible et ce serait super sympa d'avoir un ami comme lui ; Bronwyn, c'est un peu le garçon manqué de la bande : sous sa force surhumaine, se cache une petite fille au grand coeur ; il y aussi Claire, Hugh, Fiona, les Jumeaux, Olive, Enoch et Emma, que j'ai su apprécier à mesure que l'histoire avançait.

J'ai beaucoup aimé aussi le fait que des photos soient incluses sur certaines pages, cela donnait un côté vrai et authentique au roman. Elle représentent pour la plupart les enfants particuliers, mais aussi des lieux, des souvenirs... J'ai trouvé très agréable d'avoir un support pour mieux imaginer l'univers de ce livre.

**********

En bref, j'ai passé un très bon moment de lecture ! Si vous êtes amateur de Fantasy et/ou de littérature fantastique, je vous recommande chaudement Miss Peregrine et les enfants particuliers. Et si vous n'aimez pas particulièrement ces genres littéraires, je vous le conseille également ^^ Mis à part Jacob, qui est parfois énervant et un peu décevant, l'histoire est top !

**********

Détails sur ce livre :

Miss Peregrine et les enfants particuliers - Tome 1, publié aux éditions Le Livre de Poche Jeunesse

Auteur : Ransom Riggs

Nombre de pages : 436 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

117325945

Lu pour le Pumpkin Autumn Challenge, dans la catégorie Creepy, Spooky, Halloween

Posté par Sue-Ricette à 08:12 - Commentaires [47] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 11 octobre 2017

Wonder

wonder- August Pullman, dix ans, n'est jamais allé à l'école. Né avec une malformation au visage, il va pourtant intégrer un collège et se faire peu à peu accepter par les autres élèves. La vie est faite de bonheur, de joie, de petits tracas comme de gros chagrins, de réflexions, d'amitié et de solidarité. Wonder est une magnifique leçon de vie, un petit bijou de sensibilité et de drôlerie ! -

**********

Mon avis :

Avec Wonder, je ne suis pas passée loin du coup de coeur. Ce roman touchant et émouvant n'a pas réussi à me transporter autant que ce que j'aurais souhaité. J'en ai peut-être attendu trop, avec tous les avis positifs que j'ai pu lire et voir sur la blogosphère et BookTube...

Nous y rencontrons August, un petit garçon de dix ans né avec une malformation faciale. Il n'est jamais allé à l'école, il a appris avec sa mère et le reste de sa famille. Le regard des autres, leur jugement... c'est un frein pour August, qui décide pourtant d'intégrer le collège Beecher à la rentrée.

L'établissement semble accueillant, le personnel à l'écoute. Pour l'aider à s'adapter, le directeur réunit trois élèves pour lui faire visiter le collège. Tout pourrait bien se passer, mais Julian, un des trois collégiens, fait des remarques déplaisantes sur le visage d'August, le bouscule et commence à le prendre à part...

C'est le début de bien des malheurs pour August, qui saura malgré tout retrouver sa joie de vivre.

**********

Wonder fut une lecture poignante et magnifique, mais je n'ai pas accroché sur certains points. J'ai vécu de très beaux moments en compagnie d'August, mais je n'étais qu'observatrice et l'auteure n'a pas su totalement m'immerger dans l'histoire de ce petit garçon.

  • Les intentions de l'auteure

R.J. Palacio a écrit un roman complètement empreint de réalisme. En effet, la malformation dont souffre August dans l'histoire existe bel et bien, et elle touche un assez grand nombre de personnes à travers le monde. L'auteure a voulu sensibiliser le public à ce genre de problèmes, auxquels chacun peut être confronté au cours de sa vie.

Le quatrième de couverture indique : Ne jugez pas un livre un garçon sur sa couverture son visage. Pour moi, cette phrase résume à elle seule l'esprit du livre : ne pas se fier aux apparences. Derrière un garçon au visage repoussant, se cache un enfant au grand coeur, drôle et attachant ! La vie est faite de telle sorte, que tout le monde ne démarre pas et n'évolue pas de la même manière. Mais chacun d'entre nous a droit aux mêmes chances de vivre et de réussir, quels que soient ses origines, ses convictions, sa couleur de peau, son état de santé, son âge, son sexe...

**********

  • Les personnages et leurs émotions

Si Wonder est aussi unique, c'est pour son histoire ! Parler d'une personne comme vous et moi n'aurait pas un intérêt particulier, sauf si cette personne développe des capacités physiques, mentales ou intellectuelles extraordinaires. August ne lit pas dans les pensées, il ne court pas super vite, il n'a pas une force surhumaine... Il est juste difforme, mais c'est sa différence physique qui le rend si particulier !

On s'attache très rapidement à lui, on entre peu à peu dans son quotidien, entre sa famille et l'école. August est un garçon adorable et courageux, mais pour moi l'auteure n'a pas su restituer toutes les émotions véhiculées par son roman. Peut-être que je chipote un peu, mais je pense que la personnalité des héros de cette histoire, même si elle est recherchée et travaillée, demandait à être encore un peu plus fouillée.

Olivia, la soeur d'August, est tiraillée entre deux émotions : l'amour et la jalousie. Elle aime son petit frère d'un amour incommensurable, mais ses parents se soucient beaucoup d'August à cause de sa santé, et elle se sent un peu oubliée... L'alternance de ces deux ressentis est très bien imaginée, mais j'aurais voulu m'émotionner davantage, vivre l'inquiétude et la sérénité, la tristesse et le bonheur de la famille Pullman.

Seuls deux personnages ont réussi à m'immerger totalement dans le récit, et il s'agit d'August et Jack. Même si je pense que la psychologie d'August aurait pu être légèrement plus approfondie par R.J. Palacio, c'est vraiment un de mes protagonistes préférés avec son ami Jack. Ce dernier est le meilleur ami que chacun d'entre nous voudrait avoir ! L'histoire nous laisse indécis sur ses intentions jusqu'à la moitié du roman environ, mais Jack se révèle être d'un grand soutien pour August.

Tous les deux vont beaucoup s'apporter mutuellement : des jeux, des blagues, ils révisent leurs cours ensemble... Bref, August et Jack deviennent inséparables !

**********

  • La mise en page de Wonder

Je ne vous en parle pas très souvent, mais la mise en forme d'un livre est quelque chose d'important pour moi. Wonder est unique autant par son histoire, que par la façon dont les chapitres sont organisés. On rencontre plusieurs points de vue : Olivia, Jack, August... et d'autres encore ! J'ai trouvé cet aspect vraiment intéressant, car tous reprennent la même histoire, celle d'August, mais chacun décrit à sa manière et avec ses mots comment il a vu et vécu les choses.

Le récit avance mais il côtoie aussi le passé de chaque protagoniste. Un point positif supplémentaire, qui apporte ce réalisme dont je vous parlais au début. August souffre beaucoup de sa malformation, et Wonder nous montre également que des gens comme vous et moi peuvent rencontrer des problèmes dans leur vie. Notre différence ne se voit pas forcément, mais elle existe.

**********

Pour terminer, je dirais simplement que Wonder est un très beau roman. De mon côté, j'ai trouvé que les émotions et la psychologie des personnages auraient pu être davantage développées et approfondies par l'auteure. R.J. Palacio a une plume belle, fluide et douce, adaptée à la jeunesse mais aussi à tous les âges de la vie. Si vous aimez les histoires tendres et émouvantes, les histoires qui délivrent un message fort et de tolérance, celle-ci ne pourra que vous plaire :)

**********

Détails sur ce livre :

Wonder, publié aux éditions Pocket Jeunesse

Auteur : R.J. Palacio

Nombre de pages : 405 pages

**********

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article et je vous souhaite de faire de belles lectures.

Sue-Ricette

117325945

Lu pour le Pumpkin Autumn Challenge, dans la catégorie "Fall" in Love

Posté par Sue-Ricette à 06:13 - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 9 septembre 2017

Pumpkin Autumn Challenge

Source: FlickrBonjour à toutes et tous,

Et oui, me revoilà ! Aujourd'hui, je viens vous parler d'un défi lecture pour cet Automne : le Pumpkin Autumn Challenge. Lancé par Guimause, du blog et de la chaîne YouTube Le Terrier de Guimause, ce challenge nous invite à lire des livres pour célébrer le changement de saison, le passage de l'été à l'Automne...

**********

À la base, je pensais ne pas y participer. Mais les articles fusent sur la blogosphère et les livres sur l'Automne traînent dans ma PAL et ma bibliothèque ! Malgré mes études, les deux challenges littéraires auxquels je participe déjà et toutes mes autres activités, j'ai donc décidé de m'inscrire au Pumpkin Autumn Challenge ;)

Le principe est simple, du 1er septembre au 30 novembre on peut lire autant de livres que l'on souhaite sur les thèmes suggérés par Guimause dans son programme...

pumpkin autumn challenge

Trois menus nous sont proposés, avec deux catégories chacun. On peut choisir un, deux ou trois menus, ainsi que les catégories qui nous intéressent. La seule règle à respecter est de lire au moins un livre par catégorie. Si vous souhaitez participer, je vous invite à suivre le lien juste ICI et à visionner la vidéo de Guimause.

Pour ma part, j'ai choisi les trois menus : L'Automne Frissonnant, L'Automne Douceur de vivre et L'Automne Enchanteur. Dans ce billet, je vous propose de découvrir les lectures de ma PAL pour ce challenge.

**********

Menu L'Automne Frissonnant - Hurlons dans les Bois :

  • Les Proies, de Thomas Cullinan

Les-proies

**********

Menu L'Automne Douceur de vivre - Creepy, Spooky, Halloween :

  • L'Épouvanteur - Tomes 11 et 12, de Joseph Delaney
  • Miss Peregrine et les enfants particuliers - Tome 1, de Ransom Riggs (que j'ai commencé à lire en lecture commune sur Livraddict il y a quelques jours)

image

Menu L'Autome Douceur de Vivre - "Fall" in Love :

  • Wonder, de R.J. Palacio
  • Les délices d'Alexandrine, de Jean Anglade

image 2

**********

Menu L'Automne Enchanteur - Féérique Citrouille, Bibbidi-Bobbidi-Boo ! : 

  • Tobie Lolness - Tomes 1 et 2, de Timothée de Fombelle

image 3

**********

Vous retrouverez bien sûr les chroniques de ces livres sur le blog, dans la rubrique Livres du menu horizontal, ainsi que dans la rubrique Défis. Merci à Guimause d'organiser ce défi sympathique, chaleureux et convivial. Le Pumpkin Autumn Challenge me permet de lire des livres sur ma saison préférée, des romans Fantasy, des thrillers, des romans jeunesse, des romans frissonnants, des romans sur la nature, des romans sur l'amour et l'amitié mais aussi des romans de terroir...

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article.

Sue-Ricette

Posté par Sue-Ricette à 07:15 - Commentaires [63] - Permalien [#]
Tags : ,